AMRITSAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville de l'Inde, située au Pendjab, sur les grands cônes de piémont irrigués, tout près de la frontière indo-pakistanaise. La principale originalité d'Amritsar est son rôle de capitale religieuse pour la communauté des sikhs. Le nom d'Amritsar provient d'Amrita Saras (étang de Nectar). L'origine mythique de cette cité se rattache à sa fondation par le quatrième guru Ram Das, en 1574, qui ordonna de creuser un étang à l'emplacement de la ville, étang qui devait contenir le nectar sacré de la mythologie indo-européenne. Le Temple d'or des sikhs, appelé aussi Darbar Sahib (Cour divine), est construit sur une petite île au milieu de cet étang.

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Temple d'or d'Amritsar, Inde

Temple d'or d'Amritsar, Inde

Photographie

Le Temple d'or d'Amritsar, au Pendjab, centre culturel et religieux des sikhs. 

Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

Afficher

En avril 1919, une émeute éclata à Amritsar, pouvant laisser croire à l'amorce d'une révolte anti-anglaise. Cette révolte était due au sous-emploi et aux conséquences de la guerre sur l'économie de l'Inde. Le général Dyer dispersa un meeting interdit en faisant tirer sur la population civile sans aucune sommation. La foule comptait environ 20 000 personnes : il y eut 379 tués et près de 1 200 blessés. Malgré le rétablissement de l'ordre, cet événement fut, en fait, le signe de l'agonie de l'Empire britannique des Indes. La haine raciale s'ajoutant au mécontentement général aboutit à un nationalisme dont seule la présence de Gandhi pouvait contenir la violente explosion. Après l'indépendance de l'Inde, le lieu du massacre fut déclaré monument national.

Massacre d'Amritsar (1919)

Massacre d'Amritsar (1919)

Photographie

Le 13 avril 1919, à Amritsar (Pendjab), le général britannique Dyer fait tirer sans sommation sur une manifestation non violente. Jamais sanctionné par Londres, ce massacre restera dans la mémoire des Indiens comme la démonstration de la brutalité coloniale. Il est ici reconstitué par... 

Crédits : Columbia/ Goldcrest/ The Kobal Collection/ Picture Desk/ D.R.

Afficher

Le développement d'Amritsar est assez récent, puisqu'il remonte à la fin du xvie siècle. La ville est bien placée dans l'ensemble indien : c'est une étape sur la Great Trunk Road, qui relie Calcutta à Peshāwar. De plus, la prospérité relative des campagnes du Pendjab lui a offert un marché important. Si bien que de nombreux petits entrepreneurs y ont développé une industrie de biens de consommation, dont l'activité et la modernisation ont été facilitées par la proximité des centrales hydroélectriques de la bordure himalayenne. Les industries sont variées, mais c'est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Temple d'or d'Amritsar, Inde

Temple d'or d'Amritsar, Inde
Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

photographie

Massacre d'Amritsar (1919)

Massacre d'Amritsar (1919)
Crédits : Columbia/ Goldcrest/ The Kobal Collection/ Picture Desk/ D.R.

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMRITSAR  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'unité nationale à l'épreuve des Gandhi »  : […] Les élections de janvier 1980 consacrent le retour au pouvoir d'Indira Gandhi à la tête d'un nouveau parti qu'elle a créé en 1978, le Congrès (I) – I pour Indira –, qui remporte 353 sièges avec 42,7 p. 100 des voix ; le Janata Party ne conserve que 31 sièges avec 19 p. 100 des voix, tandis que le Janata Party (S) de Charan Singh gagne 41 sièges (avec 9,4 p. 100 des voix). Le Janata Party connaît a […] Lire la suite

SIKHS

  • Écrit par 
  • Denis MATRINGE
  • , Universalis
  •  • 5 456 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du royaume sikh du Panjāb à la période contemporaine »  : […] Après la mort du dernier gurū, les Sikhs propagèrent, sous la conduite de Bandā Bahādar (1670-1716), des révoltes paysannes contre le pouvoir moghol. Ce dernier écrasa le soulèvement et mit les Sikhs à mal jusqu'aux invasions afghanes de Nādir Śāh (1738) et d'Ahṃad Šāh Durrānī (1747-1769). Dans cette tourmente, les Sikhs, d'abord dispersés, s'organisèrent en douze bandes de guérilla « égales » (m […] Lire la suite

Les derniers événements

14 mars 2018 • Canada • Polémique au sujet du soutien de Jagmeet Singh au séparatisme sikh.

par New Delhi contre les sikhs en 1984, lors de l’attaque du Temple d’or d’Amritsar (Pendjab) et après l’assassinat de la Première ministre Indira Gandhi, Jagmeet Singh déclare condamner toute forme de violence et de terrorisme.  [...] Lire la suite

9-18 mai 1988 • Inde • Aggravation du terrorisme au Pendjab

À partir du 9, les forces de l'ordre assiègent le Temple d'or d'Amritsar, au Pendjab, où se sont retranchés plusieurs dizaines de séparatistes sikhs. Les 15 et 17, près de cent personnes sont tuées par des terroristes sikhs en plusieurs points du Pendjab. Plus de mille personnes ont été tuées [...] Lire la suite

25 septembre 1984 • Inde • Évacuation par l'armée du Temple d'or d'Amritsar

L'armée indienne qui occupait le Temple d'or d'Amritsar depuis le 6 juin, jour où la rébellion sikh avait été écrasée dans le sang, évacue les lieux. Cette décision est annoncée par Indira Gandhi, dans une allocution télévisée.  [...] Lire la suite

6-23 juin 1984 • Inde • Répression de la rébellion sikh par l'armée

Le 6, l'armée indienne donne l'assaut au temple d'Or d'Amritsar (Pendjab) et, après vingt-sept heures de combats acharnés, elle obtient la reddition des partisans de l'autonomie sikh qui y étaient retranchés. Les chefs extrémistes sikhs, Sant Bhindranwale et le général Shahbagh Singh, sont parmi [...] Lire la suite

14-27 février 1984 • Inde • Violents affrontements entre sikhs et hindous au Pendjab

Le 14, des affrontements entre sikhs et hindous provoquent la mort d'au moins onze personnes au Pendjab. Le couvre-feu est imposé à Amritsar, la ville sainte sikh. Le 27, des responsables autonomistes sikhs sont arrêtés pour avoir brûlé des exemplaires de l'article 25 de la Constitution indienne [...] Lire la suite

4-14 avril 1983 • Inde • Aggravation de l'agitation sikh au Pendjab

Le 4, les Sikhs, qui réclament une plus grande autonomie pour l'État du Pendjab, organisent une journée de protestation. Des affrontements violents avec la police font une vingtaine de morts. Le président du parti nationaliste sikh Akali Dal, réfugié au Temple d'or d'Amritsar (lieu sacré [...] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « AMRITSAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amritsar/