SIKHS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Textes sacrés et littérature

Le premier livre sacré des Sikhs, l'Ādi Granth, consiste principalement en hymnes écrits par les cinq premiers gurū et par le neuvième, classés selon leur mode musical. Il inclut des compositions de poètes sant et soufis, tels que Nāmdev, Kabīr et Farīd. L'édition standard de l'Ādi Granth compte mille quatre cent trente pages. L'introduction commence par le mūla mantru (« formule fondamentale ») de la foi sikhe, suivi du japu-jī (« la sainte prière »), long poème dans lequel Nānak a résumé son enseignement. La masse de l'ouvrage est consacrée aux hymnes, classés d'abord selon le rāgu (« motif musical ») sur lequel on les chante, puis selon leur longueur et leur nature, et enfin selon leur auteur, en commençant par Nānak et ses successeurs et en finissant par les Bhagats (Nāmdev, Kabīr, etc.). La description des rāgu est donnée dans un appendice final, la Rāga-mālā (« Guirlande des rāgu »). La langue de base de l'Ādi Granth, qui est noté en gurumukhī, est un idiome littéraire mêlé, avec un élément vieux hindī dominant et une composante vieux panjābī non négligeable. Certains hymnes sont en outre émaillés d'emprunts au panjābī du sud-ouest, au persan, au braj, au sanskrit. Dans le Dasam Granth (Livre du Dixième), second livre sacré des Sikhs, les quelques écrits attribuables au dixième gurū voisinent avec divers hymnes de dévotion et des légendes empruntées à la tradition hindoue. Il fut rédigé en langue braj, une trentaine d'années après la mort du gurū. D'autres textes sont vénérés, tels les hagiographies de Gurū Nanāk (Janam Sākhī) et les poèmes de Bhāī Gurdās (mort en 1633).

Du xviie siècle au milieu du xixe, les Sikhs contribuèrent de façon importante à la poésie narrative traditionnelle en panjābī, dont les deux principaux genres sont la vār et le kissā (ar.-pers. qiṣṣa). Les vār sont à l'origine des poèmes héroïques qui chantent les hauts faits de chefs tribaux. Bhāī Gurdās consacra pour sa part plusieurs vār à des épisodes de la vie des premiers gurū sikhs. La Caṇḍī kī vār de Gurū Gobind, incluse dans le Dasam Granth, chante les exploits de la déesse (Devī, Durgā) symbolisée par l'épée. Au xviiie siècle, nombre de vār eurent pour sujet le conflit des Hindous et des Sikhs avec les gouverneurs moghols du Panjāb, ainsi la Vār Hakīkat Rāī d'Āgrā Sịngh.

Les kissā sont des lais qui racontent l'histoire d'amours contrariées par les barrières tribales et sociales, et leur dénouement est généralement tragique, comme dans l'histoire de Sassī et Punñū racontée par Sevā Sịngh. Une autre forme abondamment pratiquée à l'époque était le bār̃ā m̃āh, poème des « douze mois », dans lequel Kesar Sịngh, par exemple, raconta l'histoire d'un amour brisé qu'il vécut lors d'un voyage dans les collines du Jammū.

À la fin du xixe siècle, les progrès de l'éducation de type européen, le développement des moyens de communication, de l'imprimerie et de la presse, ainsi que l'influence des littératures européenne, ourdou, hindī et bengālī modifièrent profondément les conditions de la production littéraire dans le Panjāb. Missions chrétiennes et organisations hindoues, musulmanes et sikhes de réforme religieuse se lancèrent dans une grande activité de publication. Elles diffusaient notamment des opuscules où étaient contées des histoires édifiantes. Celles des Sikhs, écrites en panjābī et généralement tirées de l'hagiographie des gurū, étaient produites par les membres de la Sịngh Sabhā, tel Bhāī Vīr Sịngh, notable issu d'une famille de riches propriétaires. Son œuvre immense et multiforme domine la littérature sikhe en panjābī du xxe siècle. Ses épisodes des vies de Gurū Nānak et Gurū Gobind furent repris plus tard en deux volumes d'environ mille pages chacun. C'est également sous forme d'épisodes séparés qu'il publia les premières fictions panjābī en prose : Sundarī (1898), Bijai Sịngh (1899) et Satvant Kaur (1900). Cette trilogie historique est consacrée aux hauts faits de trois héroïnes sikhes dans la lutte contre les musulmans au xviiie siècle. Avec Bābā Naudh Sịngh (1921), qui a pour héros un réformateur sikh, ces œuvres contribuèrent au mythe d'une communauté sikhe puissante, autonome, fière de son identité et attachée à ses valeurs traditionnelles. Sur le mode lyrique, ses poèmes des années 1920, inspirés des formes et des techniques européennes, chantent une nature abstraite, dont la beauté manifeste l'essence divine.

Les poèmes de Pūran Sịngh (1881-1931) sont eux aussi inspirés d'une vision mystique [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Le Lion du Pendjab

Le Lion du Pendjab
Crédits : Hulton Getty

photographie

Temple d'or d'Amritsar, Inde

Temple d'or d'Amritsar, Inde
Crédits : Pramod Pushkarna/ Indiapicture/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947
Crédits : The Image Bank

vidéo

Élections en Inde

Élections en Inde
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Journal asiatique

Classification

Autres références

«  SIKHS  » est également traité dans :

AKBAR (1542-1605)

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 1 494 mots

Dans le chapitre « Ses idées religieuses »  : […] Son esprit de tolérance joint à son inlassable curiosité des problèmes humains l'amena à s'intéresser aux différentes religions, à discuter avec leurs représentants et à recevoir à sa cour des jésuites portugais. Il voyait dans l'absence de sectarisme, dans la pureté de foi monothéiste des Sikhs le germe d'un lien possible entre l'hindouisme et l'islam. Il leur donna Amritsar pour capitale religi […] Lire la suite

AMRITSAR

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 512 mots
  •  • 3 médias

Ville de l'Inde, située au Pendjab, sur les grands cônes de piémont irrigués, tout près de la frontière indo-pakistanaise. La principale originalité d'Amritsar est son rôle de capitale religieuse pour la communauté des sikhs. Le nom d'Amritsar provient d'Amrita Saras (étang de Nectar). L'origine mythique de cette cité se rattache à sa fondation par le quatrième guru Ram Das, en 1574, qui ordonna d […] Lire la suite

DĪVĀLĪ ou FÊTE DES LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

La fête des lumières, Dīvalī (du sanskrit dīp a vali , « rangée de lumières »), est l’une des plus importantes dans la religion hindoue. Les jaïna et les sikhs l’ont aussi reprise à leur propre compte. La fête dure cinq jours, du treizième jour de la quinzaine sombre du mois d’ āśvina au deuxième jour de la quinzaine claire du mois de k ā rtika (habituellement vers la fin du mois d’octobre ou e […] Lire la suite

GANDHI RAJIV (1944-1991)

  • Écrit par 
  • Christiane HURTIG
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

En soufflant prématurément la vie de Rajiv Gandhi le 21 mai 1991, la « bombe humaine » disposée par les Tigres tamouls (de Sri Lanka) à Sriperumbudur, sur le parcours de sa campagne électorale dans le Sud, marqua à nouveau du signe de la tragédie une carrière étalée sur moins de dix ans. Le dernier héritier adulte du charisme de la famille Nehru marchait vers la victoire quand, en s'inclinant deva […] Lire la suite

HARYANA ou HARIANA

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

Situé juste à l'ouest de Delhi, dans ce qu'on appelle le seuil indo-gangétique, le Haryana est l'un des plus petits et des plus récents États de la république de l'Inde. Il ne groupait, en effet, selon le recensement de 2001, que 21 144 564 habitants sur 44 212 kilomètres carrés et avait été créé en 1966, alors que la carte politique de l'Inde avait été dessinée dans ses grands traits dix ans plus […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'unité nationale à l'épreuve des Gandhi »  : […] Les élections de janvier 1980 consacrent le retour au pouvoir d'Indira Gandhi à la tête d'un nouveau parti qu'elle a créé en 1978, le Congrès (I) – I pour Indira –, qui remporte 353 sièges avec 42,7 p. 100 des voix ; le Janata Party ne conserve que 31 sièges avec 19 p. 100 des voix, tandis que le Janata Party (S) de Charan Singh gagne 41 sièges (avec 9,4 p. 100 des voix). Le Janata Party connaît a […] Lire la suite

INDE BRITANNIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 587 mots

Juin 1757 L'officier anglais Robert Clive écrase à Plassey une armée indigène et, en prenant le contrôle du Bengale, permet le renforcement de la présence anglaise en Inde. 1784 L'India Act renforce le pouvoir de la Couronne britannique sur l'East India Company. 1848-1856 Le gouverneur général des Indes, lord Dalhousie, engage une politique de modernisation économique et impose l'anglais comme […] Lire la suite

KABĪR (1440-1518)

  • Écrit par 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 2 672 mots

Dans le chapitre « Les « Paroles » de Kabīr »  : […] On sait peu de choses de Kabīr, si ce n'est qu'il était un Julāhā, c'est-à-dire un tisserand musulman, et qu'il vivait à Bénarès, la cité sainte de l'hindouisme, alors soumise comme toute l'Inde septentrionale et centrale à l'hégémonie musulmane. Les Julāhās, artisans de basse caste passés à l'islam, n'étaient que superficiellement islamisés. On a même douté que Kabīr, en dépit de son nom musulman […] Lire la suite

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 129 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Jahāngīr »  : […] Fils aîné d'Akbar, Jahāngīr se couronne lui-même empereur en novembre 1605 : il a trente-six ans. L'année suivante, il doit faire face à la rébellion de son propre fils, Khusrau qui, avec l'aide de Gurū Arjūn Singh, guide religieux des Sikhs, met le siège devant Lahore ; Jahāngīr pardonne à son fils après l'avoir vaincu, mais fait exécuter ses alliés, ce qui aura pour conséquence de créer une ra […] Lire la suite

NĀNAK DEV dit GURŪ NĀNAK (1469-1539)

  • Écrit par 
  • William Hewat MCLEOD
  • , Universalis
  •  • 883 mots

Maître spirituel indien fondateur du sikhisme, Nanak Dev est né le 15 avril 1469 à Rai-Bhoi-di-Talwandi (auj. Nankana Sahib, située près de Lahore, Pakistan), mort le 7 mai 1539 à Kartarpur (Pendjab). Les rares informations existantes sur la vie de Nanak Dev nous viennent de la légende et de la tradition. Nous avons la certitude qu'il est né en 1469, dans le village de Rai-Bhoi-di-Talwandi. Issu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-24 décembre 2019 Inde. Adoption d'une législation discriminatoire à l'encontre des musulmans.

Le texte autorise la naturalisation des immigrés hindous, sikhs, jaïns, parsis, chrétiens ou bouddhistes – mais pas musulmans – qui ont fui l’Afghanistan, le Pakistan ou le Bangladesh pour des raisons religieuses, sont arrivés en Inde avant le 31 décembre 2014 et y résident depuis lors. Les jours suivants, des milliers de personnes protestent contre cette mesure dans les États du nord-est du pays proches du Bangladesh – Assam, Tripura, Meghalaya et Bengale-Occidental. […] Lire la suite

28 novembre 2018 Pakistan – Inde. Ouverture d'un « couloir de la paix » dans le Pendjab.

Le Premier ministre Imran Khan inaugure un « couloir de la paix » dans le Pendjab, destiné à permettre aux pèlerins sikhs indiens d’accéder sans visa au mausolée de Guru Nanak, fondateur de leur religion, à Kartarpur. Islamabad satisfait ainsi une demande que New Delhi réitérait depuis des décennies. Les autorités indiennes précisent que cette initiative ne préfigure pas la reprise d’un dialogue bilatéral. […] Lire la suite

14 mars 2018 Canada. Polémique au sujet du soutien de Jagmeet Singh au séparatisme sikh.

Favorable à la reconnaissance du génocide perpétré par New Delhi contre les sikhs en 1984, lors de l’attaque du Temple d’or d’Amritsar (Pendjab) et après l’assassinat de la Première ministre Indira Gandhi, Jagmeet Singh déclare condamner toute forme de violence et de terrorisme. […] Lire la suite

17-25 février 2018 Canada – Inde. Visite du Premier ministre Justin Trudeau en Inde.

Le 21, le Premier ministre canadien rencontre le ministre en chef de l’État du Pendjab, Amarinder Singh, qui avait dénoncé l’appui accordé selon lui aux séparatistes sikhs par certains membres du gouvernement canadien. La majorité des Indo-Canadiens sont des sikhs originaires du Pendjab et le gouvernement canadien compte quatre ministres d’origine indienne et de religion sikhe. […] Lire la suite

19 février 1992 Inde. Victoire du Parti du Congrès aux élections au Pendjab

100 de sikhs, se déroulent les premières élections depuis 1985. Le terrorisme sikh a fait plus de quinze mille morts depuis 1983 dans cet État, placé depuis mai 1987 sous l'administration directe de New Delhi. Les séparatistes et les régionalistes ayant appelé au boycottage du scrutin, le taux d'abstention est d'environ 72 p. 100. Aussi, le Parti du Congrès, formation du Premier ministre Narasimha Rao, obtient-il quatre-vingt-cinq des cent dix-sept sièges de l'Assemblée locale du Pendjab, ainsi que onze des treize sièges de représentants de l'État au Parlement fédéral. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis MATRINGE, « SIKHS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sikhs/