DIAGHILEV SERGE DE (1872-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art des Ballets russes

Dès 1909, Diaghilev joue non plus seulement un rôle d'impresario mais d'authentique artiste. Il est en effet passé de l'exportation d'œuvres préexistantes, créées en Russie plus ou moins indépendamment de lui, à l'invention d'associations de son crû entre les meilleurs artistes de son temps, pour des spectacles dont il est le commanditaire. Il réalise à merveille son ambition de créer le spectacle total, ce qu'à l'époque les Allemands appellent le Gesamtkunstwerk (l'« œuvre d'art totale »), alliant excellence du décor, des costumes, du livret, de la chorégraphie, de la partition et des interprètes.

Le Train Bleu

Photographie : Le Train Bleu

Jean Cocteau (1889-1963), aux côtés de Sokolova, A. Dolin, Woizikovsky et B. Nijinska, interprètes du Train Bleu, opérette dansée, montée par Diaghilev, sur un argument de Cocteau, avec une musique de Darius Milhaud, et des costumes de Coco Chanel, à Londres en 1924. 

Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Amis puis brouillés à mort avec Diaghilev, les chorégraphes Fokine, Nijinsky, Massine, Nijinska (sœur de Nijinsky) puis Balanchine marquent de leur empreinte successive la créativité des Ballets russes. Mais les peintres, les musiciens, voire les écrivains ont aussi une part importante dans la notoriété des Ballets russes. À des créations typiquement russes, marquées par l'association Fokine-Nijinsky-Stravinsky-Bakst succèdent des ballets plus cosmopolites, Diaghilev s'ouvrant à des artistes de tous les pays tels que Maurice Ravel, Georges Auric, Erik Satie, Pablo Picasso, André Derain ou Henri Matisse. Le succès est à son comble avec L'Oiseau de feu (musique de Stravinsky, chorégraphie de Fokine, costumes de Bakst, 1910), Petrouchka (Stravinsky, Fokine, Benois, 1911), L'Après-Midi d'un faune (Debussy, Nijinsky, Bakst, 1912), Le Sacre du printemps (Stravinsky, Nijinsky, Roerich, 1913), Parade (Satie, Massine, Picasso, 1917), Noces (Stravinsky, Nijinska, Gontcharova, 1923) ou Le Train bleu (Milhaud, Nijinska, maillots de Coco Chanel, scénario de Cocteau, 1924). Jusqu'au bout, ce sont les choix personnels de Diaghilev et son instinct infaillible qui ont fait l'unité de l'œuvre des Ballets russes.

L’Oiseau de feu, L. Bakst

Photographie : L’Oiseau de feu, L. Bakst

En concevant les décors et les costumes de plusieurs spectacles entre 1909 et 1921, Léon Bakst participa étroitement à l'aventure des Ballets russes guidée par Serge de Diaghilev. Ici, un projet de costume pour le ballet L'Oiseau de feu, d'Igor Stravinski. 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Stravinski et Diaghilev

Stravinski et Diaghilev
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Ballets russes : «Le Bal»

Ballets russes : «Le Bal»
Crédits : Boris Lipnitzki/ Roger Viollet

photographie

Le Train Bleu

Le Train Bleu
Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

L’Oiseau de feu, L. Bakst

L’Oiseau de feu, L. Bakst
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIAGHILEV SERGE DE (1872-1929)  » est également traité dans :

DIAGHILEV ET LES BALLETS RUSSES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 180 mots
  •  • 2 médias

Mécène russe, Serge de Diaghilev (1872-1929) fonde les Ballets russes en 1909. La troupe donne de brillantes représentations en Europe occidentale, d'abord avec des artistes russes. C'est alors la révélation d'étoiles comme Anna Pavlova, Tamara Karsavina ou Vaslav Nijinski ainsi que du chorégraphe […] Lire la suite

BAKST LÉON (1866-1924)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 291 mots
  •  • 2 médias

Peintre et décorateur russe né le 27 janvier 1866 (8 février du calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, mort le 28 décembre 1924 à Paris. De son vrai nom Lev Samoïlovitch Rosenberg, Léon Bakst suit des cours à l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, dont il est renvoyé pour avoir peint une Pietà trop réaliste. Il poursuit ses études à Paris, puis retourne en Russie et devien […] Lire la suite

BALANCHINE GEORGE (1904-1983)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 2 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  De Balanchivadze à Balanchine »  : […] Très vite, un groupe de jeunes danseurs – dont Alexandra Danilova et Tamara Geva – se rassemblent autour de Balanchivadze qui crée une trentaine de ballets entre 1920 et 1924. En 1924, son ami Vladimir Dmitriev propose de faire tourner à l'Ouest le groupe, rebaptisé « Les danseurs de l'État soviétique », pour promouvoir la culture soviétique. Ils dansent à Berlin, rejoignent Londres et puis Paris, […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905, Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes , il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre du Châtelet, un programme de Ballets russes dont Marcel Proust parle comme d'une efflorescence prodigieu […] Lire la suite

BEAUMONT CYRIL WILLIAM (1891-1976)

  • Écrit par 
  • Gilberte COURNAND
  •  • 545 mots

Né à Londres dans une famille de la bourgeoisie, Cyril Beaumont fait de brillantes études scientifiques et littéraires. Les hasards de la destinée font de lui un libraire, un éditeur et un écrivain de la danse. Dès 1910, il s'installe à Londres, sa librairie est consacrée à l'art, à la jeune littérature et à la danse. Cette librairie, qui a fermé ses portes en 1965, a joué, dans le milieu interna […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

DAPHNIS ET CHLOÉ (M. Ravel)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Commande de Serge de Diaghilev pour les Ballets russes, composé entre 1909 et 1912, Daphnis et Chloé , ballet en un acte et trois parties sur un argument de Michel Fokine et Maurice Ravel d'après le roman pastoral de Longus, est créé le 8 juin 1912 au théâtre du Châtelet, à Paris, sous la direction de Pierre Monteux, et dans les décors et costumes de Léon Bakst ; Vaslav Nijinski est Daphnis, Tamar […] Lire la suite

FOKINE MICHEL (1880-1942)

  • Écrit par 
  • Béatrice MASSIN
  •  • 700 mots
  •  • 2 médias

Danseur et chorégraphe russe, né à Saint-Pétersbourg. À l'âge de huit ans, Michel Fokine entre à l'école de ballet du théâtre Marie de Saint-Pétersbourg, où il est l'élève de Gerdt et de Legat. Contrairement à tous les usages, ses études terminées, il est engagé en 1898 comme premier danseur au théâtre Marie ; mais sa vocation est ailleurs, et dès ce moment il suit des cours de chorégraphie avec J […] Lire la suite

GONTCHAROVA NATALIA SERGUEÏEVNA (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 259 mots

Natalia Gontcharova, qui, en 1898, est entrée à l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou y rencontre Mikhaïl Larionov et, à dater de cette époque, leur destin et leur œuvre sont indissociables. Après avoir subi les influences de la peinture européenne du début du siècle, tout en adhérant au rayonnisme de Larionov, elle est surtout attirée par l'art populaire russe et l'express […] Lire la suite

KALMAKOFF NICOLAS (1873-1955)

  • Écrit par 
  • Véronique SCHILTZ
  •  • 1 227 mots

Né à Nervi sur la côte ligure d'un père russe, général, et d'une mère italienne, ce peintre singulier fut dès son enfance nourri de fantastique par sa gouvernante allemande. Sorti en 1895 de la très aristocratique École impériale de droit de Saint-Pétersbourg, il n'en retient guère, mais pour la vie, que la raideur, une certaine morgue et le goût des duels. Plusieurs années durant, en Italie, un t […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elisabeth HENNEBERT, « DIAGHILEV SERGE DE - (1872-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-de-diaghilev/