Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIAGHILEV SERGE DE (1872-1929)

Un exportateur de l'art russe (1906-1909)

Il est alors recruté au Mariinski, le grand opéra de Saint-Pétersbourg, notamment pour diriger la rédaction de l'annuaire des théâtres impériaux. Cette fonction, qui lui est retirée presque aussitôt qu'accordée, tant l'homme est indiscipliné et incapable de taire sa désapprobation face à certains choix esthétiques, est moins importante en elle-même que comme moyen de rencontrer personnellement les meilleurs danseurs, chanteurs et musiciens russes de son temps. Diaghilev découvre le maître de ballet Fokine, les jeunes danseuses Pavlova et Karsavina et le chanteur Fedor Chaliapine. C'est probablement ici que germe dans son esprit l'idée que ce vivier de génies mérite un public plus vaste que les seuls esthètes de Saint-Pétersbourg. Néanmoins, c'est par une exposition de peinture que Diaghilev commence son œuvre d'exportateur de l'art russe en Europe occidentale, lorsque les graves troubles politiques que connaît la Russie en 1905 mettent fin à l'aventure du Monde de l'art. Plus ou moins à titre expérimental et sans imaginer que c'est le point de départ d'un immense succès, il organise, au Salon d'automne de Paris, en 1906, une exposition d'art russe qui retrace, à travers des tableaux et des sculptures, l'histoire des arts plastiques de ce pays depuis le Moyen Âge jusqu'à l'époque contemporaine. C'est la première fois que le public parisien voit des icônes mais aussi des illustrations de Bilibine pour les contes russes, des tableaux de Valentin Serov, Constantin Somov, Constantin Korovine, Léon Bakst ou Alexandre Benois. Paris est séduit : l'année suivante, l'Opéra ouvre ses portes aux concerts organisés par Diaghilev sous le nom de « saison russe », avec Nicolaï Rimski-Korsakov comme chef d'orchestre et Chaliapine comme interprète. En 1908, Diaghilev amène une troupe complète d'artistes des théâtres impériaux de Russie pour donner au Palais-Garnier l'opéra Boris Godounov, en version intégrale et en russe, avec Chaliapine dans le rôle-titre. Reproduisant à l'étranger les méthodes qu'il a déjà bien éprouvées en Russie, Diaghilev se multiplie dans les salons parisiens : la comtesse Greffulhe, la comtesse de Pourtalès et Misia Sert, la « reine de Paris », lui serviront d'appui à Paris comme plus tard lady Ripon à Londres.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégée de l'Université, docteur en histoire de l'université de Paris-I

Classification

Pour citer cet article

Elisabeth HENNEBERT. DIAGHILEV SERGE DE (1872-1929) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<em>L’Oiseau de feu</em>, L. Bakst - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

L’Oiseau de feu, L. Bakst

Stravinski et Diaghilev - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Stravinski et Diaghilev

Ballets russes : «Le Bal» - crédits : Boris Lipnitzki/ Roger Viollet

Ballets russes : «Le Bal»

Autres références

  • DIAGHILEV ET LES BALLETS RUSSES

    • Écrit par Jean-Claude DIÉNIS
    • 181 mots
    • 2 médias

    Mécène russe, Serge de Diaghilev (1872-1929) fonde les Ballets russes en 1909. La troupe donne de brillantes représentations en Europe occidentale, d'abord avec des artistes russes. C'est alors la révélation d'étoiles comme Anna Pavlova, Tamara Karsavina ou Vaslav Nijinski ainsi...

  • BAKST LÉON (1866-1924)

    • Écrit par Universalis
    • 288 mots
    • 1 média

    Peintre et décorateur russe né le 27 janvier 1866 (8 février du calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, mort le 28 décembre 1924 à Paris.

    De son vrai nom Lev Samoïlovitch Rosenberg, Léon Bakst suit des cours à l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, dont il est renvoyé...

  • BALANCHINE GEORGE (1904-1983)

    • Écrit par Agnès IZRINE
    • 2 163 mots
    • 1 média
    ...soviétique », pour promouvoir la culture soviétique. Ils dansent à Berlin, rejoignent Londres et puis Paris, complètement désargentés et désespérés. Là, ils sont engagés par Serge de Diaghilev (1872-1929) alors à la recherche de nouveaux artistes pour les Ballets russes. Georgi est choisi en tant que...
  • BALLET

    • Écrit par Bernadette BONIS, Pierre LARTIGUE
    • 12 613 mots
    • 20 médias
    Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905,Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes, il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre...
  • BEAUMONT CYRIL WILLIAM (1891-1976)

    • Écrit par Gilberte COURNAND
    • 543 mots

    Né à Londres dans une famille de la bourgeoisie, Cyril Beaumont fait de brillantes études scientifiques et littéraires. Les hasards de la destinée font de lui un libraire, un éditeur et un écrivain de la danse. Dès 1910, il s'installe à Londres, sa librairie est consacrée à l'art, à la jeune littérature...

  • Afficher les 20 références

Voir aussi