SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

São Tomé-et-Príncipe : carte physique

São Tomé-et-Príncipe : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

São Tomé-et-Príncipe : drapeau

São Tomé-et-Príncipe : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau


Nom officielRépublique démocratique de São Tomé-et-Príncipe (ST)
Chef de l'ÉtatEvaristo Carvalho (depuis le 3 septembre 2016)
Chef du gouvernementJorge Bom Jesus (depuis le 3 décembre 2018)
CapitaleSão Tomé
Langue officielleportugais
Unité monétairedobra (STD)
Population208 400 (estim. 2018)
Superficie (km2)1 001

Une empreinte portugaise durable

On pense que l'archipel était vide d'habitants lors de sa découverte le 21 décembre 1470, jour de la Saint-Thomas, par les navigateurs portugais João de Santarem et Pero Escobar (le nom de Príncipe a été donné en hommage au prince héritier Jean II). Peuplée à partir de 1493, São Tomé fut d'abord une terre de relégation, d'exil, de déportation et d'esclavage, accueillant repris de justice, jeunes juifs convertis au catholicisme (2 000), mais à la foi jugée vacillante. Jusqu'à la création du diocèse de Luanda (1596), celui de São Tomé, créé en 1534, s'étendait de la Côte-d'Ivoire au cap de Bonne-Espérance. À ses débuts, São Tomé fut la plate-forme idéale pour surveiller les comptoirs côtiers d'Afrique (jusqu'en 1961, date de sa « libération » par des étudiants venus en taxi de Cotonou, la petite enclave portugaise de Saint-Jean-Baptiste d'Ajuda, près de Ouidah, au Bénin, dépendait de São Tomé). Après la mise au pas par les Portugais du royaume du Kongo (milieu du xvie s.) et de son souverain qui refusait d'augmenter ses livraisons d'esclaves, les colons firent de l'archipel une escale vers les plantations du Brésil, tandis que leurs descendants métis obtenaient des droits voisins de ceux des expatriés.

Par la suite, la colonisation de l'Angola, le désintérêt de Lisbonne, le marronnage des esclaves et les raids des corsaires français, ainsi qu'un bref intermède hollandais (xviie s.), entraînèrent l'affaiblissement de l'archipel. Isolé, São Tomé connut un renouveau à partir de 1822 grâce au cacao, une culture faisant largement appel à l'esclavage ; celui-ci fut aboli en 1876. Pour remplacer cette main-d'œuvre affranchie, mais rebutée par une activité trop liée à la servitude, les Blancs et les métis firent venir des travailleurs angolais (près de 70 00 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_49181

GUINÉE ÉQUATORIALE

  • Écrit par 
  • René PELISSIER
  • , Universalis
  •  • 4 495 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'épitomé du paternalisme colonial »  : […] Du passé de cette Guinée, qui est mal connu, un élément ressort : le caractère tardif de l'influence européenne réelle. Entre 1469 et 1474, les navigateurs portugais Fernão do Pó et Lopo Gonçalves explorent la baie du Biafra, et le premier « découvre » Fernando Póo (Bioko). En 1471 ou 1472, l'îlot d' Annobón est aperçu par João de Santarem et Pêro de Escobar. Îles et rivages continentaux entrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-equatoriale/#i_49181

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sao-tome-et-principe/