SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique démocratique de São Tomé-et-Príncipe (ST)
Chef de l'ÉtatCarlos Vila Nova (depuis le 2 octobre 2021)
Chef du gouvernementJorge Bom Jesus (depuis le 3 décembre 2018)
CapitaleSão Tomé
Langue officielleportugais
Unité monétairedobra (STD)
Population214 400 (estim. 2021)
Superficie (km2)1 001

La république démocratique de São Tomé-et-Príncipe est le plus petit État africain. C'est un archipel composé de deux îles formant deux districts (concelhos) semi-autonomes (São Tomé, 859 km2, capitale São Tomé ; Príncipe, 142 km2, capitale Santo Antonio) et de quelques îlots isolés en plein Atlantique à 220 kilomètres au nord-ouest du Gabon.

São Tomé-et-Príncipe : carte physique

Carte : São Tomé-et-Príncipe : carte physique

Carte physique de São Tomé-et-Príncipe. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

São Tomé-et-Príncipe : drapeau

Dessin : São Tomé-et-Príncipe : drapeau

São Tomé-et-Príncipe (1975). Trois bandes horizontales verte, jaune et verte, un triangle rouge basé sur le guindant et, dans la bande médiane, deux étoiles noires représentant les deux îles. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Milieu naturel et population

D'origine volcanique, les îles sont montagneuses, avec d'étroites plaines côtières. Elles culminent à 2 024 mètres au Pico de São Tomé sur l'île principale. Situé juste au nord de l'équateur, l'archipel est soumis à un climat tropical humide avec une courte saison sèche de juin à septembre. La température diminue avec l'altitude. Les précipitations sont abondantes sur les reliefs méridionaux où les sommets, souvent couronnés de nuages, en reçoivent annuellement 4 000 millimètres et plus. Sur leurs pentes, la forêt tropicale qui n'a pas été exploitée abrite une flore et une faune uniques (oiseaux). Ailleurs le territoire, originellement couvert de forêts, a été en partie utilisé pour l'agriculture de plantation (roças). La déforestation et la surexploitation ont favorisé l'épuisement et l'érosion des sols.

La population était de 175 800 habitants en 2010, la plupart vivant à São Tomé, et environ 6 000 habitants seulement à Príncipe. La capitale, São Tomé, regroupe plus du tiers des habitants tandis que Santo Antonio regroupe 5 000 habitants. La langue parlée est le forro, un créole portugais. Même si la frontière entre ces groupes est imprécise, la société se divise en Filhos da terra (fils de la terre, métis et libres de longue date), Angolares (descendants de travailleurs angolais), Serviçais (anciens travailleurs africains sous contrat), Tongas (immigrés africains). Les deux mille colons portugais sont presque tous partis au moment de l'indépendance.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

São Tomé-et-Príncipe : carte physique

São Tomé-et-Príncipe : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

São Tomé-et-Príncipe : drapeau

São Tomé-et-Príncipe : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite

GUINÉE ÉQUATORIALE

  • Écrit par 
  • René PELISSIER
  • , Universalis
  •  • 4 495 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'épitomé du paternalisme colonial »  : […] Du passé de cette Guinée, qui est mal connu, un élément ressort : le caractère tardif de l'influence européenne réelle. Entre 1469 et 1474, les navigateurs portugais Fernão do Pó et Lopo Gonçalves explorent la baie du Biafra, et le premier « découvre » Fernando Póo (Bioko). En 1471 ou 1472, l'îlot d' Annobón est aperçu par João de Santarem et Pêro de Escobar. Îles et rivages continentaux entrent […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 septembre 2021 São Tomé-et-Príncipe. Élection présidentielle.

Carlos Vila Nova l’emporte sur le candidat du Mouvement pour la libération de São Tomé-et-Príncipe-Parti social-démocrate (MLSTP-PSD, centre gauche), l’ancien Premier ministre Guilherme Posser da Costa, qui avait recueilli 20,8 % des suffrages au premier tour. Le taux de participation est de 65,3 %. Le président sortant Evaristo Carvalho (ADI) ne se représentait pas. […] Lire la suite

7 octobre 2018 São Tomé-et-Príncipe. Élections législatives.

Le Mouvement de libération de São Tomé-et-Príncipe – Parti social-démocrate (gauche) de Jorge Bom Jesus progresse avec 40,3 p. 100 des voix et 23 élus. Le taux de participation est de 80,7 p. 100. […] Lire la suite

7 août 2016 São Tomé-et-Príncipe. Élection d'Evaristo Carvalho à la présidence.

L’ancien Premier ministre Evaristo Carvalho, candidat de l’Action démocratique indépendante au pouvoir, remporte le second tour de l’élection présidentielle à la suite de l’appel au boycottage du scrutin par son adversaire, le président sortant indépendant Manuel Pinto da Costa. Les résultats initiaux du premier tour, le 17 juillet, qui accordaient la victoire à Evaristo Carvalho, avaient été modifiés par la Commission électorale nationale, nécessitant la tenue d’un second tour. […] Lire la suite

12 octobre 2014 São Tomé-et-Príncipe. Élections législatives

En recul, le Mouvement de libération de São Tomé-et-Príncipe-Parti social-démocrate, proche du président Manuel Pinto da Costa, obtient 17,8 p. 100 des voix et a 16 élus. Le taux de participation est de 74,9 p. 100.  […] Lire la suite

16-23 juillet 2003 São Tomé-et-Príncipe. Échec d'un coup d'État

Le 16, un groupe de militaires, dirigé par le major Fernando Pereira, prend le pouvoir sans violence et dissout les institutions, en l'absence du président Fradique de Menezes en visite au Nigeria. Ce coup de force intervient au moment où la perspective d'une prochaine exploitation des réserves pétrolières exacerbe les tensions dans l'archipel. Le 23, le président de Menezes regagne son pays et reprend ses fonctions après avoir passé avec les putschistes un accord de compromis incluant le vote d'une loi d'amnistie et la constitution d'un gouvernement d'union nationale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « SÃO TOMÉ-ET-PRÍNCIPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sao-tome-et-principe/