Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SANG Coagulation

La coagulabilité du sang est une propriété d'importance vitale, car elle assure l'hémostase en réalisant la fermeture des effractions qui affectent les vaisseaux sanguins. Divers phénomènes locaux permettent l'arrêt du saignement en trois minutes, mais il en faut cinq pour la coagulation du sang, car celle-ci implique des mécanismes chimiques complexes. Chez les arthropodes comme chez les vertébrés, elle commence par l'agrégation d'éléments figurés (plaquettes) qui obstruent les brèches vasculaires. Sur cet agrégat se dépose, chez les vertébrés, un coagulum protéique, le réseau fibrineux, qui forme les mailles du réseau sanguin.

Phase plaquettaire de l'hémostase

Origine des plaquettes

Les plaquettes sanguines sont de petites cellules anuclées qui prennent naissance dans la moelle hématopoïétique (moelle des os plats). Elles sont produites par les mégacaryocytes, qui sont issus eux-mêmes d'une cellule médullaire progénitrice. Les mégacaryocytes sont de grandes cellules avec, à l'intérieur de leur cytoplasme, des membranes de démarcation qui apparaissent au cours de la maturation. Ces membranes vont délimiter les futures plaquettes qui sont libérées par fragmentation du cytoplasme du mégacaryocyte.

Une fois libérées dans le courant sanguin au nombre de 150 000 à 400 000 par millimètre cube de sang, les plaquettes auraient (selon les résultats de marquage isotopique par le chrome 51 ou l'indium 111) entre 8 et 10 jours de durée de vie.

Propriétés des plaquettes

Cellule anuclée ayant une forme de disque, la plaquette mesure dans son plus grand diamètre de 2 à 3,5 μm. Elle est délimitée par une membrane composée de glycoprotéines et de phospholipides sur le versant externe de laquelle de nombreuses protéines plasmatiques sont adsorbées, en particulier des facteurs plasmatiques de la coagulation.

Dans leur cytoplasme existent des granules spécifiquement plaquettaires, les granules denses et les granules α. Ces granules contiennent des composés importants. Les granules denses contiennent de la sérotonine, de l'adénosine diphosphate (ADP) et triphosphate (ATP), du calcium. Les granules α contiennent du facteur antihéparine (encore appelé facteur IV), mais aussi du fibrinogène, du facteur Willebrand – autrement dit des facteurs favorisant dans l'hémostase – et aussi un facteur de croissance des cellules musculaires lisses qui a une activité réparatrice.

Les plaquettes renferment aussi toute la machinerie enzymatique nécessaire à la synthèse des prostaglandines.

Rôle dans la coagulation du sang

En raison de leur constitution très particulière, les plaquettes interviennent en étroite relation avec la paroi vasculaire et certains facteurs plasmatiques, que ce soit en physiologie, dans le cadre de l'hémostase, ou en pathologie, dans le cadre de la thrombose.

La paroi vasculaire normale est une barrière à l'activation des plaquettes par son revêtement de cellules endothéliales, mais le sous- endothélium du vaisseau (constitué de collagène et de diverses macromolécules) est thrombogène. S'il entre en contact avec le courant circulatoire, en cas de blessure, coupure ou en cas de lésion d'athérosclérose, les plaquettes vont venir s'y accoler : c'est l' adhésion plaquettaire. Elle est réalisée grâce au facteur Willebrand plasmatique, qui joue le rôle de « colle » entre le sous-endothélium, d'une part, et la membrane plaquettaire, d'autre part, à laquelle il se lie en effet au niveau d'un site membranaire spécifique, la glycoprotéine I.

L'adhésion induit une activation plaquettaire. Celle-ci est marquée par des changements morphologiques de la cellule et une réaction de libération des constituants intracellulaires. C'est une véritable sécrétion. En même temps, une synthèse de prostaglandines se produit, qui aboutit[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-VII, chef de service à l'hôpital Lariboisière, Paris
  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
  • : professeur d'hématologie, U.E.R. d'hématologie, hôpital Saint-Louis, université de Paris-VII

Classification

Pour citer cet article

Jacques CAEN, Encyclopædia Universalis et Gérard TOBELEM. SANG - Coagulation [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Coagulation du sang - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coagulation du sang

Plaquettes sanguines : fonction et pathologie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Plaquettes sanguines : fonction et pathologie

Autres références

  • ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

    • Écrit par
    • 2 955 mots
    • 1 média

    C'est en 1922 que Van Slyke pose les premiers principes de l'équilibre acido-basique, en reprenant la définition du pH fournie en 1909 par Sœrensen (logarithme de l'inverse de la concentration en ions hydrogène). Il montre la constance de ce pH dans le milieu intérieur. Seules...

  • AÉRO-EMBOLISME

    • Écrit par
    • 82 mots

    Formation dans le sang de bulles gazeuses qui provoquent des troubles circulatoires aux conséquences variées, parfois très graves (coma irréversible). Ce phénomène est dû au brusque passage à l'état gazeux des gaz dissous dans le sang (azote surtout) ; il se produit à l'occasion de décompressions...

  • ANÉMIES

    • Écrit par
    • 3 091 mots
    • 5 médias

    L' anémie est souvent identifiée à la pâleur. Cette notion populaire correspond à une donnée physiologique : les globules rouges contiennent un pigment de coloration rouge, l' hémoglobine. Ce pigment, rouge comme la couleur du sang qui s'écoule d'une blessure, participe à la coloration...

  • AZOTÉMIE

    • Écrit par
    • 424 mots

    L'élévation dans le sang du taux de l'urée et des autres produits d'excrétion azotée est communément décrite en clinique sous le nom d'azotémie ou d'urémie. Elle représente le stade terminal de l'insuffisance rénale progressive et résulte de l'impossibilité d'excréter les...

  • Afficher les 53 références