FORMALISME RUSSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Si on laisse de côté les faibles échos des systèmes idéologiques antérieurs à la Révolution, la seule théorie qui se soit opposée au marxisme en Russie soviétique, dans les dernières années, est la théorie formaliste de l'art. Ce qui est paradoxal ici, c'est que le formalisme russe était étroitement lié au futurisme russe et que, lorsque celui-ci, du point de vue politique, capitula plus ou moins devant le communisme, le formalisme manifesta de toutes ses forces son opposition théorique au marxisme. » Ce jugement de Trotski, extrait de Littérature et révolution, permet de comprendre l'importance qu'avait en Union soviétique, en 1924, l'école de critique littéraire baptisée « théorie formaliste » ou « formalisme ». Plus tard les publicistes marxistes seront moins indulgents et surtout moins beaux joueurs. Lounatcharski disait du formalisme que c'était un légume hors de saison (après la révolution d'Octobre) et, en 1930, l'aboyeur de service les accusait de « criminel sabotage idéologique ». Une chose est certaine : si le formalisme est apparu en 1917, il ne s'est épanoui qu'après la Révolution ; en un sens, il est un fruit du bouleversement, de l'excentricité issue de la Révolution, en dépit de Trotski qui le définit comme « un avorton de l'idéalisme appliqué aux problèmes de l'art », autrement dit comme le dernier refuge de l'idéalisme au pays du matérialisme... Si, certes, le formalisme n'a rien de commun avec le marxisme, comme le fait remarquer Victor Erlikh, le rejet des « bavardages » et l'enthousiasme pour une certaine « technicité » littéraire s'apparente assez bien à l'enthousiasme industriel d'après Octobre. Cependant, la contestation, en U.R.S.S., perdant de plus en plus ses droits, les diatribes se firent de plus en plus féroces contre les formalistes, qui se défendaient maladroitement. Arvatov et un groupe de « sociologues-formalistes » tentèrent un impossible renflouage du formalisme par le marxisme, mais bientôt sonna, à partir de 1930, l'heure des abjurations (Chklovski) ou d'une retraite vers le roman his [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Genève, recteur de l'université internationale Lomonosov à Genève, président des Rencontres internationales de Genève

Classification


Autres références

«  FORMALISME RUSSE  » est également traité dans :

CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 470 mots

Une extrême diversité dans l'œuvre (romans, essais, mémoires, scénarios, études littéraires et historiques), le non-conformisme de la pensée, une production abondante — plus de soixante œuvres, des centaines d'articles écrits de 1908 à nos jours —, rendent Chklovski difficile à classer et déroutant. Théoricien de la littérature, il est un des pétersbourgeois fondateurs de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-borissovitch-chklovski/#i_1122

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique saussurienne, le formalisme russe, le New Criticism »  : […] Pour le nouveau textualisme français, il y a deux ou trois références plus proches que l'aristotélisme : la linguistique saussurienne, le formalisme russe et le New Criticism anglo-américain, tardivement découverts par une culture littéraire et philosophique parisienne relativement isolée du reste du monde. Quelques principes, extraits du Cours de linguistique générale de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_1122

LITTÉRATURE - Sociologie de la littérature

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Littérature et sociologie »  : […] Entre littérature et sociologie, il y a toujours eu des relations de conflit, de concurrence, mais aussi d'échange et d'imprégnation réciproque. La sociologie, en France notamment, s'est en effet fondée à la fin du xix e  siècle comme discipline en adoptant des méthodes d'investigation scientifiques. Ce faisant, elle n'a pas manqué d'irriter les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-sociologie-de-la-litterature/#i_1122

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étude des motifs »  : […] Le motif est un élément concret, qui s'oppose à l'abstraction et à la généralité du thème. C'est ainsi que le peintre Basil Hallward, dans le roman d'Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray (1891), pouvait présenter Dorian Gray à lord Henry comme « un motif artistique ». Il va être le sujet de toutes ses toiles, même de celles dont il est apparemment absent. Ou plutôt, il ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_1122

ORALE TRADITION

  • Écrit par 
  • Pascal BOYER
  •  • 4 909 mots

Dans le chapitre « De l'analyse textuelle aux contextes d'énonciation »  : […] L'étude des « formules » et de la composition orale est sans doute une étude partielle, puisqu'elle laisse de côté ce qui semble le plus important, à savoir la thématique de ces littératures. Cet aspect a été, par contre, le principal objet de deux entreprises théoriques essentielles pour l'étude ethnographique de la littérature orale, à savoir l'étude morphologique des cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition-orale/#i_1122

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_1122

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « L'autonomie de la littérature »  : […] C'est avec l'avènement du romantisme (allemand) que la notion de littérature sera établie dans son autonomie et c'est aussi le début de la théorie littéraire au sens strict (et sans guillemets). Les concepts de représentation et d'imitation cessent de jouer un rôle dominant pour être remplacés au sommet de la hiérarchie par celui de beau, et ceux qui lui sont corrélés : l'absence de finalité exte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_1122

PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH (1895-1970)

  • Écrit par 
  • André BÉRÉLOWITCH
  •  • 832 mots

Folkloriste soviétique, Vladimir Propp appartient à ce groupe de formalistes russes dans lequel figurent Jakobson, Tomachevski, Chklovski, Bakhtine et qu'unit une réflexion commune sur les rapports du langage et de l'œuvre littéraire. Moins éclectique que beaucoup de ses compagnons, il s'est consacré exclusivement à l'étude du folklore, sans se livrer à des généralisations théoriques. De l'analyse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-iakovlevitch-propp/#i_1122

RÉCIT TECHNIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 1 029 mots

Tout récit implique un pacte dans lequel opèrent quatre termes : auteur, lecteur, personnage, langage. Qu'un seul de ces termes fasse défaut et la confiance disparaît, le pacte est rompu. Pour maintenir la cohésion de ces éléments, le narrateur peut assumer plusieurs rôles. Les manières de faire un récit sont extrêmement diverses, de l'anecdote au roman, du passé au présent, de la première à la tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/techniques-du-recit/#i_1122

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] Il n'en reste pas moins que le cinéma soviétique a été créé par des enfants terribles : de jeunes artistes d'avant-garde, soutiens enthousiastes de la révolution, souvent inspirés par le mouvement futuriste, ralliés autour de Meyerhold, de Maïakovski et du groupe « formaliste » LeL  (front gauche de l'art), sous la protection du ministre de l'Éducation Anatoli Lounatcharski, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_1122

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et linguistique »  : […] La stylistique, cependant, est aussi inséparable de la linguistique, soit comme partie intégrante, soit comme voisine d'un territoire aux lisières incertaines. On peut même soutenir que c'est dans la mouvance de la linguistique que la stylistique s'est historiquement constituée comme discipline autonome. Mais il s'est passé, à ce sujet, quelque chose d'assez curieux. C'est le disciple de Saussure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_1122

TODOROV TZVETAN (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Cet humaniste sceptique qui a commencé par le structuralisme est devenu un philosophe de la liberté. Tzvetan Todorov est né le 1 er  mars 1939 à Sofia . Dans la Bulgarie communiste, le lycée bilingue russe lui apprend très tôt à se méfier de l’idéologie. En 1956, année du rapport Khrouchtchev et de l’insurrection de Budapest, il entre à l’université. Pour échapper au forma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzvetan-todorov/#i_1122

TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 542 mots

De formation universitaire, spécialiste de l'histoire de la littérature russe du début du xix e  siècle, Tynianov est d'abord un des principaux représentants de l'école formaliste, aux côtés de V. Chklovski et de B. Eichenbaum. Chercheur, enseignant, traducteur, correcteur, il donnera jusqu'en 1925 de nombreux articles consacrés à Pouchkine, à Gri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iouri-nikolaievitch-tynianov/#i_1122

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges NIVAT, « FORMALISME RUSSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/