MESCHONNIC HENRI (1932-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguiste, traducteur et poète français. Né à Paris, Henri Meschonnic suit des études de lettres avant d'enseigner à l'université de Lille (1963-1968) puis à Paris-VIII (1969-1997). La linguistique, l'exercice de la poésie et celui de la traduction constituent pour lui les trois dimensions d'une même réflexion sur le langage, auxquelles on pourrait ajouter une quatrième, à savoir un ardent besoin de polémiquer (notamment contre Derrida et la phénoménologie, contre André du Bouchet et ses traductions de Celan, plus tard contre « le langage Heidegger » et ses liens supposés avec le national-socialisme). Il construit ainsi une œuvre volontairement en porte-à-faux, notamment sur son versant stylistique et linguistique. Bien loin d'épouser la vulgate structuraliste qui a cours alors qu'il commence à publier, il crée, en se référant notamment à W. von Humboldt, F. de Saussure, et aux formalistes russes, d'autres paramètres plus à même de saisir la singularité d'une œuvre littéraire. Au structuralisme, il oppose alors ce qu'il appellera par la suite une « anthropologie historique du langage », qui vise à recontextualiser le texte. Pour ce faire, il s'appuie notamment sur la notion de rythme, auquel il donne une définition aussi étendue que possible et dont il fait le marqueur d'une subjectivation, un indice textuel où se donnent à lire les rapports entre langage, histoire et société. Cette réflexion s'élaborera tout au long des cinq volumes intitulés Pour la poétique (1970-1978), que prolongeront Critique du rythme (1982), Politique du rythme, politique du sujet (1995). Henri Meschonnic a par ailleurs traduit de nombreux textes bibliques. Commencée avec Les Cinq Rouleaux (1970), cette vaste entreprise se poursuivra au cours des années 2000 avec Gloire (traduction des Psaumes, 2001), Au commencement (traduction de la Genèse, 2002), Et il a appelé (traduction du Lévitique, 2003), Dans le désert (traduction des Nombres, 2008). Pareil travail de traduction lui permet de donner forme sensible à un élément clé de son travail, la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  MESCHONNIC HENRI (1932-2009)  » est également traité dans :

RYTHME

  • Écrit par 
  • Pierre SAUVANET
  •  • 1 489 mots

« Ce mot rythme ne m'est pas clair, écrit Paul Valéry dans ses Cahiers. Je ne l'emploie jamais. Ne s'agissant pas de faire une définition de chose, il faudrait regarder quelques phénomènes les plus simples, de ceux qui font venir le mot rythme ; les regarder de près ; isoler et nommer quelques caractères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythme/#i_97160

TRADUCTION

  • Écrit par 
  • Jacqueline GUILLEMIN-FLESCHER
  •  • 3 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XXe siècle »  : […] à souligner la nécessité de lier la théorie de la traduction à une théorie du langage : c'est le cas de George Steiner dans After Babel, d'Henri Meschonnic dans Pour la poétique II, de Louis Kelly dans The True Interpreter, de Peter Newmark dans Aspects of Translation et d'Antoine Berman dans L'Épreuve de l'étranger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traduction/#i_97160

Pour citer l’article

« MESCHONNIC HENRI - (1932-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-meschonnic/