ROYAUME-UNILe système politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRoyaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (GB)
Forme de gouvernementmonarchie constitutionnelle avec deux chambres législatives (Chambre des lords [791 1], Chambre des communes [650])
Note : En 2020 : 89 pairs héréditaires, 676 pairs à vie nommés par la Couronne sur avis du Premier ministre et 25 archevêques et évêques.
Chef de l'Étatla reine Élisabeth II (depuis le 6 février 1952)
Chef du gouvernementBoris Johnson (depuis le 24 juillet 2019)

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Westminster ».

Le modèle de Westminster

Une Constitution informelle

À la base de cette « constitution informelle » pour reprendre l'expression de Johnson, on trouve trois grands principes. D'abord le « règne de la loi » (rule of law) que le Parlement a imposé à la fin du xviie siècle face au bon vouloir royal. Pour le grand constitutionnaliste Albert Venn Dicey (1835-1922), le rule of law comporte trois aspects : l'égalité de tous devant la loi, l'assujettissement du pouvoir politique – monarque compris – aux lois du pays et, enfin, l'idée que même un gouvernement démocratiquement élu ne peut agir de façon discrétionnaire. Du rule of law découle l'État de droit. Le second principe est la « suprématie » de l'institution qui est source de la loi : le Parlement. Sous la notion de souveraineté parlementaire, on trouve deux idées séparées mais complémentaires : d'abord « le droit de faire ou de défaire n'importe quelle loi » (Dicey) et, surtout, le droit d'abroger ou de modifier profondément, par une simple loi, votée selon la procédure ordinaire, tout ou partie du cadre constitutionnel. La suprématie du Parlement signifie, en outre, qu'il n'y a pas de hiérarchie des textes et que, par conséquent, aucun texte n'est plus fondamental qu'un autre. Plus tard, Walter Bagehot (1826-1877) dégagea en 1867 un troisième principe, la confusion des pouvoirs : « le secret de l'efficacité de la constitution anglaise se trouve dans l'union intime, la fusion presque totale des pouvoirs exécutif et législatif ». Il ajoutait qu'il s'agissait d'une fusion non équilibrée, le vrai pouvoir résidant dans l'exécutif, c'est-à-dire alors dans le cabinet.

Les conventions

Ce sont de simples conventions qui établissent la protection juridique (privileges) des parlementaires, ainsi que les règlements des deux Chambres, bien que ces conventions aient été progressivement codifiées dans des textes écrits (standing orders) consignés dans un ouvrage périodiquement remis à jour : Law, Privileges, Proceedings and Usage of Parliament, d'Erskine May. Des conventions sont aussi à l'origine du bicamérisme, du gouvernement dit de cabinet – le cabinet moderne étant censé être une émanation du Conseil privé du souverain – et même de la fonction de Premier ministre. Enfin, des conventions plus ou moins anciennes font que c'est automatiquement le leader (toujours membre de la chambre des Communes depuis 1901) du parti qui « gagne » les élections générales (en obtenant le plus grand nombre de sièges aux Communes, même si sa majorité n'est que relative) qui devient Premier ministre et que ce Premier ministre, une fois nommé, choisisse son cabinet librement, indépendamment non seulement du souverain mais aussi des instances de son parti.

Grandes lois fondatrices

Certaines lois anciennes sont considérées comme les fondements du modèle de Westminster : notamment le Bill of Rights Act (1689) et l'Establishment Act (1701) qui ont fondé l'État de droit et jeté les bases d'une monarchie constitutionnelle à caractère protestant. À ces textes « fondateurs », il faut ajouter l'Act of Union de 1707, entre l'Angleterre et l'Écosse, qui créa un Parlement unique de Grande-Bretagne, faisant de ce pays un État unitaire, auquel s'ajouta l'Irlande pendant plus d'un siècle (de 1801 à 1921). Plus tard, en 1832, fut voté le fameux Reform Bill, le premier de la série des Representation of the People Acts qui, en élargissant progressivement le droit de vote, pour enfin parvenir au suffrage universel pour les deux sexes en 1928, ont fait du Royaume-Uni une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Edward Heath et Margaret Thatcher, 1970

Edward Heath et Margaret Thatcher, 1970
Crédits : Leonard Burt/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Manifestation antinucléaire anglaise

Manifestation antinucléaire anglaise
Crédits : Ron Case/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tony Blair

Tony Blair
Crédits : Steve Eason/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Naissance du Parti social-démocrate au Royaume-Uni, 1981

Naissance du Parti social-démocrate au Royaume-Uni, 1981
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chercheur associé au Centre d'études et de recherches internationales

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord constituent le Royaume-Uni, qui s'étend sur 244 030 km2 et abrite, selon les estimations de 2011, 62,6 millions d'habitants. La Grande-Bretagne est elle-même formée de l'Angleterre, du pays de Galles et de l'Écosse, tandis que l' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Du xvie siècle des Tudors aux années 1960, l'Angleterre s'identifie avec le « grand large ». « Rocher » à la pointe du continent européen, elle a étendu sa domination sur des territoires de plus en plus vastes, au point que son empire a représenté, au début du xxe siècle, le quart des terres émergées et u […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 3 encore, le Premier ministre britannique Boris Johnson est le premier dirigeant occidental invité à s’exprimer devant le Parlement ukrainien, en visioconférence, « en reconnaissance du soutien apporté par le Royaume-Uni à l’Ukraine ». Londres est la première capitale européenne à avoir fourni des armes défensives à Kiev, dès janvier. Boris Johnson promet une aide militaire supplémentaire de 300 millions de livres sterling (356 millions d’euros). […] Lire la suite

2-31 mars 2011 Libye. Intervention militaire d'une coalition occidentale

Le 19, la coalition internationale, menée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, effectue ses premières frappes aériennes contre les forces libyennes qui menacent Benghazi. Les bombardements continuent les jours suivants, visant le système de défense antiaérienne et les lignes de ravitaillement des forces loyalistes. Par ailleurs, un débat s'engage au sein de la coalition pour que l'O. […] Lire la suite

1er-28 mai 2004 Irak – États-Unis. Révélations sur les sévices infligés aux prisonniers irakiens par des soldats de la coalition

Le 24, le président Bush présente la politique irakienne des États-Unis dont les étapes à venir font l'objet d'un projet de résolution déposé, le même jour, conjointement avec le Royaume-Uni, devant le Conseil de sécurité de l'O.N.U.: respect de la date du 30 juin pour le transfert « total » de souveraineté aux autorités irakiennes, mise en place d'un gouvernement intérimaire et d'un Conseil national, maintien « aussi longtemps que nécessaire » des forces de la coalition transformées en « force multinationale », et élections libres en janvier 2005. […] Lire la suite

5-9 octobre 1999 Royaume-Uni. Grave accident ferroviaire

Le 5, une collision de deux trains de passagers, due à une erreur humaine, fait trente morts dans la gare de Paddington, à Londres – il y a soixante-quatre disparus. Cet accident ferroviaire – le plus meurtrier de l'après-guerre survenu dans le pays – relance la polémique sur la privatisation des chemins de fer britanniques vendus à quatre-vingt-douze sociétés différentes, entre 1991 et 1996, et dont l'état s'est depuis lors fortement dégradé. […] Lire la suite

1er octobre - 5 novembre 1992 Royaume-Uni. John Major en difficulté sur la restructuration des mines et sur la ratification du traité de Maastricht

Le 1er, le Premier ministre John Major annonce que le projet de loi de ratification du traité de Maastricht, adopté une première fois en mai, sera de nouveau soumis à la Chambre des communes d'ici au début de 1993. Alors que sa cote de popularité est au plus bas, il entend ainsi restaurer son autorité, notamment face aux « eurosceptiques » de son propre parti. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LERUEZ, « ROYAUME-UNI - Le système politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-le-systeme-politique/