ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petits à-côtés et grandes actions de la Résistance

Les morts héroïques et symétriques du communiste Manfredi et du chrétien Don Pietro, la longue scène où le prêtre doit assister, en pleurs et en prière, au supplice de son compagnon, l'échange de discours idéologiques entre le prêtre et le SS, sont ce qui, aujourd'hui encore, fait de ce film un émouvant témoignage sur la résistance et ses martyrs. Mais pour le reste (c'est-à-dire les trois quarts du film), il s'agit plutôt d'un film de genre. On l'a comparé à un film policier ou à un film d'espionnage : « Le film a le rythme visuel des films de gangsters et des récits policiers, [...] le débit, le régime contraignant, l'allure percutante des grandes „Série Noire“ » (Barthélémy Amengual, Études cinématographiques, 1970). En fait, comme en témoigne le scénario, c'est un véritable feuilleton, héritier lointain et inattendu des films de « téléphones blancs » des années 1930, et qui ne se soucie guère de vraisemblance. On voit dans ce scénario un chef de la résistance se confier à une danseuse de cabaret qui fréquente les Allemands, lui donnant toutes les armes pour le trahir, un prêtre surtout soucieux de justifier la lutte des partisans communistes, des enfants poseurs de bombes. Le film lui-même est une succession de saynètes, certaines purement épisodiques et produites pour elles-mêmes, comme celle des bombes posées par le groupe d'enfants, ou la scène (assez convenue) dans le salon où les SS font de la musique et jouent aux cartes.

Dans ce film réputé « néo-réaliste », on trouve aussi beaucoup de disparate dans la caractérisation des personnages et le jeu des acteurs. Le couple Bergmann-Ingrid irréalise à l'extrême l'image du nazi sadique, cynique et finalement désespéré ; les connotations homosexuelles soulignées des corps et des gestes de l'acteur et de l'actrice ajoutent à la caricature. Aldo Fabrizi, connu pour ses sketches comiques et son art de la grimace, doit ici jouer sobrement et tourné vers le ciel (il se rattrapera cinq ans plus tard dans Onze fioretti de saint François d'Assise). La troupe d'enfants – ébauche de la bouleversante étude de l'enfance que proposera Rossellini avec Allemagne année zéro (1947) – introduit, elle, un élément de pure réalité, de naturel absolu. Comme dans ses films précédents, comme dans ceux qui suivront avec Ingrid Bergman, et même comme dans ses films de télévision, Rossellini n'a qu'une idée du cinéma : « suivre des êtres avec amour, dans toutes leurs découvertes, toutes leurs impressions », et pour cela, utiliser indifféremment acteurs et non-acteurs, que l'on dirigera de manière à « reconstruire » cet être « tel qu'il est ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ROME, VILLE OUVERTE, Roberto Rossellini  » est également traité dans :

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitu […] Lire la suite

MAGNANI ANNA (1908-1973)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 565 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une incarnation du tragique »  : […] La relative minceur qualitative de la filmographie n'a pas empêché Anna Magnani d'accéder au rang d'actrice mythique, le talent de la comédienne ayant suppléé à la fragilité de certains rôles. Magnani n'avait pas son pareil pour s'approprier un personnage, si modeste soit-il, pour en faire une création dans laquelle la femme faisait voler en éclats ce que les scénaristes et les dialoguistes avaien […] Lire la suite

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 185 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Continuité ou rupture ? »  : […] Certains partages se donnent pour évidents. Ainsi de l'année 1945, avec d'un côté les désastres de la guerre, de l'autre le sentiment aigu d'un effondrement et aussi de la fin d'une époque. Aussi les contemporains des événements vont-ils mettre en œuvre cette notion de rupture. Le néo-réalisme se trouverait donc ramené à une brutale liquidation des faux-semblants : sous l'Italie gentille et frater […] Lire la suite

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 491 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au-delà du néoréalisme »  : […] Rome, ville ouverte ( Roma, città aperta , 1945) et Païsa (1946) sont unanimement considérés, aujourd'hui, comme des « films clés », dont le retentissement au lendemain de la Libération fut énorme : on possède peu de témoignages aussi poignants sur la souffrance d'un peuple, et où celle-ci soit plus sobrement représentée, tout en laissant apparaître, au cœur même de l'événement, une authentique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte-roberto-rossellini/