PLANCHON ROGER (1931-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un réalisme épique

Au cours de ces années, Roger Planchon s'est affirmé comme une personnalité majeure du théâtre en France. Outre son rôle actif dans l'évolution de la décentralisation et son questionnement sur le rôle du théâtre dans la société, ses mises en scène se révèlent constitutives d'une écriture scénique originale que sous-tend une réflexion critique sur l'œuvre représentée. Influencé par Brecht, qu'il a rencontré lors de la venue du Berliner Ensemble au Théâtre des Nations, Planchon devient l'adepte d'un réalisme épique déterminé par la fonction politique et sociale d'une œuvre. Du dramaturge allemand, il monte La Bonne Âme de Se-Tchouan (1954), Grand-Peur et Misère du IIIe Reich, (1956) et Schweyk dans la Deuxième Guerre mondiale (1960) auquel il confère une résonance particulière qui suscite débats et polémique. Si, au cours d'une production fructueuse, il aborde l'écriture contemporaine – Adamov, Vinaver, Gatti, Dubillard ou Pinter –, c'est dans son appropriation de classiques français tels que Marivaux, Molière, Racine, que s'expriment le plus lisiblement les caractéristiques de la pratique théâtrale du metteur en scène. Il dépouille ce répertoire des références traditionnelles qui lui sont accolées pour permettre une redécouverte de l'œuvre représentée. Abandonnant les aspects didactiques qui caractérisaient ses premières créations, il cherche davantage à monter sans démontrer et demeure attaché à l'éclairage des rapports sociaux dans leur mise en miroir avec l'Histoire. Dans l'affirmation d'un style qui garde ses distances avec l'avant-garde, son exploitation du réalisme (parfois baroque ou fantasmé), dont il devient un habile artisan, reste liée à l'expression d'un théâtre populaire.

Parmi les nombreuses créations de Roger Planchon, certaines ont été particulièrement marquantes et représentatives de son écriture scénique. En 1959, il présente une brillante lecture de La Seconde Surprise de l'amour de Marivau [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLANCHON ROGER (1931-2009)  » est également traité dans :

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle vague »  : […] Alors survint la nouvelle vague des metteurs en scène, d'abord soumis au régime Brecht, puis à toutes les modes qui se sont succédé au cours des deux décennies suivantes. Le réalisme brechtien, superbement assimilé, marquait le George Dandin de Roger Planchon en 1958. On y sentait le foin et le fumier sur fond de lutte de classe. Plus subtile et plus libérée, la première mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_43657

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] L'âge d'or de la mise en scène touche à sa fin au début des années 1950. Par une sorte de paradoxe, il s'achève avec l'explosion de trois actions révolutionnaires qui vont retentir sur toute cette décennie : le théâtre épique (dramaturgie et scénographie) de Brecht, le Bayreuth de Wieland et Wolfgang Wagner, la mise en scène vilarienne à Avignon et à Chaillot. Trois événements considérables et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_43657

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « PLANCHON ROGER - (1931-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-planchon/