FRIGERIO EZIO (1930-2022)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 16 juillet 1930 à Erba, commune de Lombardie située dans la province italienne de Côme, Ezio Frigerio suit une formation en architecture et en peinture à l’École polytechnique de Milan et à l’académie des Beaux-Arts, avant de devenir assistant du décorateur de cinéma Mario Chiari et de débuter en tant que costumier au Piccolo Teatro de Milan, en 1954. Dans cette structure, ouverte en 1947 et devenue un phare du théâtre italien, la direction, après le départ de Paolo Grassi, est assurée par le grand metteur en scène, Giorgio Strehler (1921-1997), dont Frigerio va devenir un collaborateur privilégié pour la scénographie.

Les recherches scéniques de Frigerio passent par un rejet du décor peint, avec une approche renouvelée de l’espace, l’introduction d’éléments mobiles, tels que piliers et coulisses, qui évoluent différemment suivant le déroulement de l’action dramatique. En 1966, lors de la mise en scène de Strehler pour Les Géants de la montagne, pièce inachevée de Luigi Pirandello, il dévoile les engrenages de la machinerie théâtrale pour associer les éléments mécaniques et leurs fonctions aux expressions lyriques et scéniques de la représentation. Ainsi fait-il preuve, à cette époque, d’un réalisme poétique dans son utilisation d’une face cachée de l’univers théâtral. En 1972, il focalise l’espace de jeu pour Le Roi Lear, de Shakespeare, à l’aide d’une toile tendue disposée en spirale. Quelques années plus tard, on note chez lui un changement de cap avec l’intégration dans ses scénographies de formes plus abstraites, tout en conservant l’aspiration à établir une concordance spatiale palpable et évocatrice avec l’univers de la représentation. En complément de ces créations, il conçoit parfois les costumes des spectacles auxquels il participe, dont témoigne aujourd’hui une exposition permanente au Centre national du costume de scène, situé à Moulins. À partir de 1974, il collaborera étroitement avec son épouse, la costumière Franca Squarciapino.

En France, il poursuit d’abord ses créations au côté de Giorgio Strelher, pour La Trilogie de la Villégiature de Carlo Goldoni (1978) et LIllusion comique de Corneille (1984), avant de nouer une coopération durable avec Roger Planchon (1931-2009), dramaturge, metteur en scène et directeur du Théâtre national populaire (TNP), situé à Villeurbanne, avec lequel il collabore à plusieurs reprises, notamment pour ses créations de Athalie de Racine, Dom Juan (1980) et George Dandin (1988) de Molière, Célébration de Harold Pinter (2005), et pour l’une de ses réalisations cinématographiques : Louis enfant roi, (1993). Dans ce domaine, il s’associe également avec Jean-Paul Rappeneau pour un Cyrano de Bergerac (1990) très remarqué, avec Gérard Depardieu dans le rôle-titre.

En parallèle, Frigerio œuvre dans la chorégraphie, en particulier aux côtés de Roland Petit (1924-2011), fondateur du Ballet national de Marseille en 1972, puis de Rudolf Noureev (1938-1993), qui fut directeur du Ballet de l’Opéra de Paris, de 1983 à 1989. Il accompagne le danseur devenu chorégraphe pour Le Lac des cygnes (1984) de Tchaïkovski et pour La Bayadère (1992), d’après une chorégraphie de Marius Petipa, avec une partition de Léon Minkus. Pour rendre un dernier hommage à Noureev, il a dessiné sa tombe au cimetière orthodoxe de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), en s’inspirant de sa trajectoire artistique et de son esthétique. Après une fructueuse et brillante carrière internationale au théâtre comme à l’opéra, on garde en mémoire son travail avec Giorgio Strehler pour des Noces de Figaro (1973) de Mozart qui firent date, ainsi que pour Simon Boccanegra (1971) et Falstaff (1980) de Verdi.

Ezio Frigerio meurt le 2 février 2022, à Lecco, au sud du lac de Côme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « FRIGERIO EZIO - (1930-2022) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ezio-frigerio-1930-2022/