KOCH ROBERT (1843-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pathologie expérimentale

Robert Koch était donc parvenu à satisfaire aux conditions posées par Henlé pour démontrer le caractère microbien d'une maladie : découverte d'un germe spécifique, isolement du microbe en culture pure, réalisation expérimentale de la maladie chez un animal sensible, démonstration du pouvoir pathogène du microbe.

Relatée par Robert Koch lui-même, la réalisation expérimentale de la tuberculose reproduit la démonstration réussie pour la première fois, quelques années plus tôt, avec la maladie du charbon : « De six cobayes entretenus dans une même cage, quatre ont été inoculés dans l'abdomen avec du matériel de culture bacillaire provenant du poumon d'un homme atteint de tuberculose miliaire, laquelle culture avait fait l'objet de cinq repiquages en quarante-cinq jours. Deux animaux restaient non inoculés. Les animaux inoculés présentent quatorze jours plus tard des ganglions inguinaux et le site d'inoculation s'est ulcéré. Au trente-deuxième jour, l'un des animaux inoculés est mort et, au trente-cinquième, les trois autres furent sacrifiés. Tous quatre [...] montrèrent à l'autopsie une tuberculose avancée dans leur rate, leur foie, leurs poumons [...] alors que les animaux non traités ne présentaient aucune de ces lésions. »

Dans le même temps, pour pallier l'imperfection des microscopes de l'époque, il entre en rapport avec Ernst Abbe et Karl Zeiss. Koch est probablement le premier bactériologiste à bénéficier des immenses perfectionnements que ces physiciens apportèrent au microscope avec le condenseur et les objectifs à immersion homogène. Dès lors, dit-il, « l'état des choses changea du tout au tout ».

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'Institut Pasteur, membre de l'Académie de médecine

Classification


Autres références

«  KOCH ROBERT (1843-1910)  » est également traité dans :

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 334 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Période pasteurienne »  : […] dans le sang d'animaux charbonneux, des bâtonnets vivants microscopiques dont le rôle était bien contesté. Pasteur démontre que ces êtres vivants, cultivables au laboratoire, inoculables à l'animal, sont pathogènes, c'est-à-dire responsables de la maladie. Koch, travaillant indépendamment, arrivait aux mêmes conclusions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_10618

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 871 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les six pandémies classiques »  : […] se répandit, à partir du bassin méditerranéen, en Afrique jusqu'au Sénégal et en Amérique du Sud (république Argentine). C'est à l'occasion de la cinquième vague, qui frappa l'Égypte, une fois encore, en 1883, que Robert Koch découvrit le germe responsable : Vibrio cholerae. Une prophylaxie rationnelle put alors voir le jour. Elle n'empêcha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_10618

KOCH BACILLE DE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Après avoir identifié le bacille du charbon (1876), le médecin allemand Robert Koch (1843-1910) développa la culture des microbes sur milieu nutritif stérile solide et isola le bacille de la tuberculose en 1882. La règle d'or de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-de-koch/#i_10618

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 944 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La recherche d'une étiologie : de la microbiologie à l'allergologie »  : […] de la microbiologie, Louis Pasteur (1822-1895) en France et Robert Koch (1843-1910) en Allemagne, ont montré que chacun des germes isolés par eux était responsable d'une maladie particulière. Leur œuvre, complétée à une cadence accélérée par leurs nombreux élèves, a abouti à l'identification de très nombreux agents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_10618

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 883 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] le cadre de cette science. En particulier, Pasteur (1822-1895) et Koch (1843-1910) ont mis en évidence non seulement le rôle des micro-organismes – appelés encore microbes – comme agents de certaines maladies, mais aussi leur implication comme agents de la fermentation des aliments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_10618

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Pasteur et la vaccination »  : […] les êtres vivants vers toujours plus de perfection), tandis que son grand rival allemand, Robert Koch, était un adepte convaincu du darwinisme. On ne trouve donc, dans les œuvres de Pasteur, aucune réflexion sur la variation intra-spécifique ou sur la sélection naturelle. En revanche, le concept lamarckien d'une transformation directe des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_10618

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 863 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] infestans (plus tard reconnu comme étant un oomycète et non un champignon). À la même époque, les travaux de Louis Pasteur (1822-1895) et de Robert Koch (1843-1910) décrivent l’origine bactérienne des maladies chez les animaux et jettent les fondements de la parasitologie et de la microbiologie modernes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_10618

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution des conceptions et des connaissances sur l'étiologie de la tuberculose »  : […] spécifique, infectieuse et transmissible, donc contagieuse. Dix-huit ans plus tard, Koch découvrait le germe en cause confirmant le caractère inoculable de la mycobactérie et la possibilité de la cultiver ; il entrevoyait, en outre, les phénomènes d'allergie cutanée dont Clemens von Pirquet (1874-1929) et Charles Mantoux (1879-1947), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_10618

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BRETEY, « KOCH ROBERT - (1843-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-koch/