INFINI RÉGRESSION À L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parce qu'expliquer c'est remonter du présent à ce qui l'a précédé, du composé au simple, la régression à l'infini est un procédé logique qui tente de rencontrer une limite ou un terme premier ne dépendant plus d'aucune condition. L'impossibilité d'accomplir ainsi la régression, s'agissant d'un tout infini, est un argument sceptique, tandis que des dogmatistes assurent l'intelligibilité de l'univers en posant une limite à l'espace, un commencement au temps, un élément indivisible au composé, un premier moteur au mouvement (Aristote) : un inconditionné. L'originalité de Kant consiste à donner une tout autre portée à ce vieux débat, à propos de l'idée du monde pris comme totalité, le Cosmos. D'abord le conflit est situé dans l'usage même de notre raison lorsqu'elle totalise notre expérience des phénomènes donnés dans l'espace et dans le temps, liés selon les catégories de l'entendement en un Cosmos, thème de la cosmologie rationnelle ; un conflit en surgit, qui manifeste le caractère dialectique, c'est-à-dire l'insurmontable contradiction de cette totalisation. De l'application au Cosmos des catégories de la qualité et de la quantité surgissent les antinomies mathématiques : les thèses affirment, les antithèses nient que le monde ait un commencement dans le temps et une limite dans l'espace, qu'un composé se réduise en parties simples ; selon la relation s'opposent l'affirmation et la négation d'une causalité libre, selon la modalité, celles d'un être nécessaire (antinomies dynamiques). Pas plus la thèse finitiste que l'antithèse infinitiste ne peuvent se démontrer directement : au moye [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  INFINI RÉGRESSION À L'  » est également traité dans :

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux sceptiques »  : […] Le lieu de l'âme dans lequel s'exerce le jeu des oppositions entre phénomènes et noumènes est selon Ænésidème la mémoire. À telle représentation présente, on peut opposer telle représentation passée, ou même l'imagination d'une chose future. C'est pourquoi, dans la pratique du doute sceptique, l'âme ne se trouve pas totalement engagée. Plus tard, on verra Descartes, convaincu de l'unité de l'espr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scepticisme/#i_35768

Pour citer l’article

« INFINI RÉGRESSION À L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/regression-a-l-infini/