Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Les objectifs des politiques de la recherche

Depuis la seconde moitié du xxe siècle, la quasi-totalité des pays développés ont été conduits à mettre en œuvre des politiques de la recherche avec trois objectifs : développer les activités scientifiques et technologiques ; mobiliser le potentiel public et privé à des fins économiques et sociales mais aussi militaires ; et répartir les ressources en fonction de priorités.

Tendances de la recherche et développement dans les grandes régions de l'O.C.D.E. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Tendances de la recherche et développement dans les grandes régions de l'O.C.D.E.

La recherche est un univers complexe où des activités de caractère scientifique ou technologique très diverses constituent un véritable continuum, appelé « recherche et développement » (R&D). Ce concept unificateur est apparu au début des années 1960, sous l'influence notamment de l'O.C.D.E., lorsqu'on s'est attaché à mieux caractériser les différentes étapes de la recherche, et à quantifier à l'aide d'indicateurs les ressources humaines et financières qui y sont engagées. La R&D englobe l'ensemble des activités scientifiques et technologiques qui produisent des connaissances et qui s'appuient sur les savoirs acquis pour mettre au point des techniques nouvelles et développer des applications de découvertes scientifiques (figure). On distingue ainsi trois types d'activités. La recherche « fondamentale » regroupe l'ensemble des travaux théoriques et expérimentaux permettant d'acquérir de nouvelles connaissances sur les phénomènes et les faits observables dans la nature ou la société. La recherche « appliquée » ou finalisée, quant à elle, a pour objectif d'enrichir les connaissances scientifiques afin de les appliquer dans tous les secteurs de l'activité humaine : l'industrie, l'agriculture, la santé, l'énergie, etc. Cette distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée ne doit pas cacher le fait qu'il existe souvent une continuité entre ces deux types de recherche comme le montre l'exemple de Louis Pasteur. Le développement, enfin, constitue la troisième étape du processus de R&D. Il consiste à mobiliser systématiquement toutes les connaissances issues de la recherche en vue de fabriquer de nouveaux produits ou de nouveaux systèmes techniques, ou de mettre au point des procédés industriels. Cette étape ultime de la R&D, en général très coûteuse, nécessite de construire des prototypes, et de vérifier la faisabilité industrielle d'un nouveau procédé (par exemple pour la fabrication d'un médicament).

En fait, la recherche représente pour les pouvoirs publics trois grands enjeux de nature différente : culturelle, économique et sociale, stratégique

Des enjeux culturels, économiques et sociaux

La recherche est source de connaissances sur le monde et la société et elle tente de répondre, par exemple, à quelques grandes interrogations : quelles sont l'origine et la structure de notre Univers ? comment fonctionne le vivant et quelle est l'origine de la vie ? comment nos sociétés évoluent-elles ou comment peuvent-elles s'adapter aux changements importants (climatiques, financiers, épidémiologiques, etc.) en cours ou à venir ? etc. De telles questions délimitent des défis scientifiques, qui mobilisent les chercheurs et constituent, en quelque sorte, l'enjeu culturel de la recherche. Cette activité de création doit être protégée, et le pouvoir politique peut le comprendre dans la mesure où l'influence d'un pays provient en partie du rayonnement de sa culture et donc de sa capacité à « produire » des connaissances scientifiques. Dans la plupart des pays développés, la part de la dépense nationale de R&D consacrée à la recherche fondamentale ou « académique » est comprise entre 10 et 20 p. 100 (elle est d'environ 20 p. 100 en France).

L'application des connaissances scientifiques et des techniques aux processus de production est devenue une arme dans la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'École de physique et chimie de Paris, président d'honneur de l'Observatoire des sciences et des techniques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<em>Encyclopédie </em>de Diderot et d’Alembert - crédits : AKG-Images

Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Le cyclotron - crédits : Keystone/ Getty Images

Le cyclotron

Tendances de la recherche et développement dans les grandes régions de l'O.C.D.E. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Tendances de la recherche et développement dans les grandes régions de l'O.C.D.E.

Autres références

  • BIBLIOMÉTRIE

    • Écrit par Ghislaine FILLIATREAU
    • 1 807 mots
    • 1 média

    Les bases de la bibliométrie – qui est un ensemble de techniques visant à s’appuyer sur l’analyse des publications scientifiques pour mesurer la production de connaissances nouvelles – se sont véritablement développées à partir des années 1950, lorsque des chercheurs ont pu établir des statistiques...

  • ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

    • Écrit par Ghislaine FILLIATREAU
    • 3 219 mots
    • 1 média

    Partout dans le monde, les décideurs et les citoyens considèrent la recherche comme une activité d’une importance cruciale pour la puissance économique et le rayonnement culturel de leur pays. C’est vrai pour le secteur public, où tous les responsables politiques affirment mettre la recherche et l’éducation...

  • ÉVOLUTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DANS LE MONDE

    • Écrit par Yves GINGRAS
    • 3 611 mots
    • 16 médias

    Il est d’usage de dire que la science est par essence internationale. S’il est vrai que la validité d’une connaissance scientifique ne dépend pas des particularités des individus qui la produisent et a en principe un caractère universel, il en va autrement de la distribution mondiale des recherches...

  • RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

    • Écrit par Jacques TESTART
    • 7 709 mots
    • 4 médias

    La responsabilité de la science et de ses acteurs au regard de la société ne serait pas un problème crucial si la science avait un impact modéré sur la vie des hommes et sur la planète – ce qui n'est plus le cas depuis au moins un demi-siècle – et si elle n'était pas une activité sacralisée échappant...

  • PARTICULES ÉLÉMENTAIRES

    • Écrit par Maurice JACOB, Bernard PIRE
    • 8 172 mots
    • 12 médias
    Il s'agit d'accélérer les particules élémentaires (électrons, protons) à des énergies de plus en plus élevées. Les développements technologiques permettent de construire des accélérateurs de plus en plus puissants dans des limites budgétaires acceptables. On est ainsi passé ainsi de 100 MeV (1950)...
  • ABEL PRIX

    • Écrit par Universalis, Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
    • 938 mots

    Le prix international Abel pour les mathématiques, décerné depuis 2003, est la plus haute distinction dans cette science.

    Oscar II, roi de Suède et de Norvège, avait proposé en 1902 d'instituer ce prix en l'honneur du mathématicien norvégien Niels Henrik Abel (1802-1829), mais cette...

  • ACADÉMIE DES SCIENCES DE RUSSIE

    • Écrit par Jérôme PIERREL
    • 1 282 mots

    Créée par le tsar Pierre le Grand (1672-1725) en 1724 – oukase (décret) du 8 février nouveau style –, l’Académie des sciences et des arts de Saint-Pétersbourg a été ouverte à la fin de l’année suivante, par l’impératrice Catherine Ire (oukase du 18 décembre). Sa première...

  • AGRONOMIE

    • Écrit par Stéphane HÉNIN, Michel SEBILLOTTE
    • 9 202 mots
    • 1 média
    Mais, parallèlement à cette organisation de l'enseignement, il fallait aussi créer desorganismes de recherche. Roville était à la fois l'un et l'autre, et, en principe, toutes les écoles d'agriculture avaient, suivant leur niveau, soit une mission de ferme pilote, soit une mission de recherche. Si...
  • Afficher les 93 références

Voir aussi