ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Partout dans le monde, les décideurs et les citoyens considèrent la recherche comme une activité d’une importance cruciale pour la puissance économique et le rayonnement culturel de leur pays. C’est vrai pour le secteur public, où tous les responsables politiques affirment mettre la recherche et l’éducation au cœur de leur projet politique. C’est vrai également pour le secteur privé, où les entreprises font de leurs dépenses de recherche et développement (R&D) un argument fort de communication en direction des investisseurs. C’est vrai enfin dans la société au sens large, où les enquêtes montrent que la demande de recherche et la confiance dans les chercheurs restent fortes.

En parallèle, l’élévation du niveau scolaire favorise la curiosité pour le travail des chercheurs et leurs résultats. Ainsi, on trouve, dans la rubrique « Science » de Google actualités, de plus en plus d’articles qui, au milieu d’informations liées à de nouveaux produits, rendent compte de résultats scientifiques présentés lors de congrès entre spécialistes. On trouve dans les médias grand public des articles qui mettent en scène l’histoire des découvertes, souvent racontée par les protagonistes, qui expliquent à quoi elles pourront servir... Enfin, les success-stories de jeunes découvreurs devenus riches et puissants évoquent l’image de la recherche comme le dernier Eldorado.

La nécessité d’une évaluation de la recherche

Ainsi, la recherche n’est plus vue comme une dépense plus ou moins nécessaire, mais comme un investissement porteur de développements futurs. En même temps, elle est perçue par les investisseurs comme à la fois coûteuse et ésotérique : rien d’étonnant à ce que la demande d’évaluation explose. Ces évaluations peuvent être demandées par une fondation ou un ministère, pour décider à quels projets ou programmes allouer les subventions – alors même que les différents projets soumis semblent tous susceptibles d’apporter d’utiles résultats. Pour une institution de recherche, il s’agit de financer en priorité les individus ou les équipes les plus influents dans leur domaine, ou bien montrer aux bailleurs de fonds qu’elle tient une place visible dans la production internationale. Quant au responsable politique, il devra montrer que son action en faveur de la recherche a eu des effets tangibles. Enfin, on demandera à des chercheurs de sélectionner de jeunes collègues dans leur domaine, pour les recruter ou financer leurs travaux.

Dans ce contexte, on peut distinguer une évaluation scientifique « par les pairs » et une évaluation de la science à visée « gestionnaire ». La première est consubstantielle à la démarche scientifique. Elle n'intègre pas obligatoirement des indicateurs quantitatifs, et elle vise à élaborer un jugement complexe sur la « valeur heuristique » d’un travail de recherche en confrontant des avis d’experts. La seconde est destinée à préparer une décision, le plus souvent d'investissement. Dans ce type de décision, où l’on doit arbitrer entre différents choix de dépenses, on s’appuie souvent sur des chiffres qui vont aider à projeter ce qu’on peut attendre de tel ou tel de ces choix.

La difficile évaluation de la recherche

Photographie : La difficile évaluation de la recherche

Entre laboratoire ou scientifique évalué et les évaluateurs, l'échange d'information s'apparente souvent à une sorte de match où les chiffres et appréciations sont échangés comme des balles. Cette situation – la plus courante – impose une évaluation moins dépendante de la... 

Crédits : P. Lemonnier/ EUF

Afficher

Cependant, la recherche est une activité particulièrement difficile à planifier, puisqu’elle est destinée à créer des connaissances nouvelles, dont ni la quantité ni la qualité ne sont directement mesurables. On ne dispose, en fait, que d’indicateurs de type proxies, c’est-à-dire d’indicateurs indirects (car on ne dispose pas de mesures directes, précises et objectives), dont on fait l’hypothèse qu’ils varient parallèlement au phénomène que l’on veut surveiller. On mesure très souvent des « produits » qui signalent l'intensité de l’activité de recherche et certaines de ses qualités : on fait alors l’hypothèse que les résultats seront proportionnels à cette activité.

Ainsi, on cherche à observer et à mesurer des actions qui accompagnent la recherche, parce qu’elles signalent qu'il y a eu production de connaissances : par exemple, on mesurera le nombre de documents scientifiques publiés par un chercheur pour faire connaître à ses confrères le résultat de ses travaux. De même, on considérera comme probable le fait que les résultats présentés sont d’autant plus intéressants qu’ils sont plus cités par ses collègues. Ou bien encore on décomptera le nombre de rapports d’expertise dans lesquels un chercheur est impliqué, ou le nombre de brevets auxquels son nom est associé. Plus récemment, on a commencé à utiliser des mesures de la visibilité des chercheurs sur les réseaux sociaux : nombre de citations, de likes, de téléchargements de leurs publications sur des serveurs destinés aux chercheurs. Ces indicateurs qu’on appelle « alternatifs » sont nouveaux, et difficiles à calculer de façon précise, mais ils ont l’avantage d’être en prise directe avec les réactions immédiates de certaines communautés scientifiques, ce qui apporte des informations complémentaires sur leur réception par les confrères.

Les équipes, les laboratoires et les institutions sont évalués selon le même principe, en agrégeant les données sur l’ensemble des laboratoires qui les constituent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, ancienne directrice de l'Observatoire des sciences et des techniques du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

6-28 octobre 2020 France. Annonce du reconfinement de la population.

l’évaluation de la gestion de la crise sanitaire confiée en juin par le président Emmanuel Macron à l’infectiologue suisse Didier Pittet remet un premier rapport d’étape. Analysant les effets de la première vague épidémique, celui-ci place la France en position intermédiaire par rapport à ses voisins européens en matière d’excès de mortalité comme  […] Lire la suite

2-27 février 2009 France. Grève des enseignants-chercheurs

recherche Valérie Pécresse. Celui-ci prévoit de modifier le statut des enseignants-chercheurs et donne aux présidents d'université la possibilité de moduler le temps de service des personnels entre enseignement, recherche et tâches administratives, en fonction de l'évaluation de leur travail. Les enseignants-chercheurs se mobilisent face aux risques […] Lire la suite

2-29 mai 2007 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement

Évaluation des politiques publiques, auprès du Premier ministre; Dominique Bussereau est secrétaire d'État aux Transports, auprès du ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables; Jean-Pierre Jouyet (ancien collaborateur de Lionel Jospin à Matignon) est secrétaire d'État aux Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires […] Lire la suite

3-25 septembre 2003 France. Rapports officiels sur la canicule

d'évaluation du système de santé pendant la canicule, mise en place par le gouvernement en août, rend public son rapport. Dans celui-ci, elle dénonce le « manque d'anticipation » des organismes publics face à un phénomène connu qui fait l'objet, ailleurs dans le monde, de programmes d'action préventifs. Elle met en cause l'Institut national de veille […] Lire la suite

20-22 juin 1998 France. Conférence de citoyens sur les O.G.M.

d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, cette première conférence de citoyens, inspirée d'un modèle danois, réunit un panel de quatorze citoyens et des experts. Le 22, la conférence de citoyens rend son avis. Elle prône notamment le renforcement de « la recherche liée au risque écologique avant de développer la diffusion des O.G.M.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ghislaine FILLIATREAU, « ÉVALUATION DE LA RECHERCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/evaluation-de-la-recherche/