BOUDON RAYMOND (1934-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris en 1934, normalien agrégé de philosophie en 1958, nommé professeur de sociologie à la Sorbonne (Paris-IV) en 1967, membre de l'Institut en 1990, Raymond Boudon a aussi enseigné régulièrement à l'université de Genève et connu une riche carrière internationale, enseignant notamment à Harvard, Chicago et Oxford.

Il a commencé par se faire le partisan d'une position « scientifique » en sociologie en théorisant l'approche quantitative, dans la foulée de Paul Lazarsfeld. Il s'est ainsi attaché à préciser la place des outils mathématiques dans l'analyse des faits sociaux. Boudon s'est ensuite éloigné de cette position assez rigide pour défendre et illustrer un paradigme d'inspiration néopositiviste qu'il appellera, à la suite de Joseph Schumpeter, l'« individualisme méthodologique ». Celui-ci repose sur l'ambition de « retrouver des structures générales à partir de l'analyse des phénomènes particuliers », au départ de ce qu'il appellera des « effets de composition » dans lesquels les individus investissent une rationalité incomplète, leur capacité d'information et de décision étant limitée par les positions qu'ils occupent par rapport à d'autres individus. L'individualisme méthodologique s'oppose au holisme durkheimien (et aussi marxiste), pour lequel la totalité sociale rend compte de et détermine les comportements des parties, en l'occurrence les individus. Cette logique du social ne peut ignorer les conséquences non intentionnelles des actions agrégées, ce que Max Weber avait appelé « paradoxe des conséquences » et que Boudon rebaptisera « effets pervers ». L'individualisme méthodologique postule que, pour les sociologues, étudier la société consiste non seulement à étudier les individus (ce qui est évident), mais aussi que l'explication des phénomènes qu'ils abordent – classes sociales, pouvoir, système éducatif, famine, etc. – réside dans des caractéristiques individuelles, notamment psychologiques. Le débat au sujet de l'individualisme méthodologique reflète une certaine tension concernant la relati [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOUDON RAYMOND (1934-2013)  » est également traité dans :

L'INÉGALITÉ DES CHANCES. LA MOBILITÉ SOCIALE DANS LES SOCIÉTÉS INDUSTRIELLES, Raymond Boudon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Faisant suite, dans la production de Raymond Boudon (1934-2013), à des travaux consacrés à la place à donner aux mathématiques dans la méthodologie et l'épistémologie des sciences sociales, L’Inégalité des chances porte sur l'analyse critique de la relation existant entre le niveau de scolarisation et la mobilité sociale pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-inegalite-des-chances-la-mobilite-sociale-dans-les-societes-industrielles/#i_96960

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois types de théories de l'action rationnelle »  : […] Et pourtant, les individus participent aux élections... Pour expliquer ce paradoxe, Boudon propose de prendre en compte une rationalité axiologique. Les individus ne sont pas uniquement mus par des motivations instrumentales et leur action ne peut pas toujours être interprétée en considérant les conséquences attendues d'un calcul préalable. Dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-rationnelle/#i_96960

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Inégalités sociales, inégalités scolaires »  : […] reproduction ait dominé la sociologie française de l'éducation des trente dernières années, notamment en raison de sa portée critique, elle est loin d'être la seule. Raymond Boudon a proposé une autre explication des inégalités scolaires en insistant sur le rôle des anticipations stratégiques des acteurs et sur les utilités qu'ils attendent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-sociologie-de-l-education/#i_96960

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « L'habitus selon Pierre Bourdieu »  : […] Selon Raymond Boudon, la notion d'habitus engage à voir dans les états psychiques la projection de structures sociales incorporées. Le sociologue serait alors victime d'une illusion. Il traiterait comme une cause ce qui ne constitue en fait qu'une conséquence des activités sociales : l'existence d'une stratification sociale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitus/#i_96960

HOMO ŒCONOMICUS (P. Demeulenaere)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 459 mots

en une tradition reçue hors de toute interrogation sur ce qui la fonde, Pierre Demeulenaere se réclame tout au long de l'ouvrage de la méthode mise en œuvre par Raymond Boudon dans L'Idéologie, L'Art de se persuader et, plus récemment, Le Juste et le Vrai. Dans la recherche des raisons qui président à la formation des connaissances et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-oeconomicus/#i_96960

INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 315 mots

Dans le chapitre « Sources et principes »  : […] procéder que d'un, de quelques ou de nombreux individus séparés. C'est pourquoi elle se doit d'adopter des méthodes strictement individualistes ». Principal représentant en France de ce courant de pensée, Raymond Boudon a conceptualisé et systématisé la démarche ainsi préconisée. Au fil d'une série d'ouvrages – La Logique du social (1979), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme-methodologique/#i_96960

LIBERTÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « Une liberté sous contrôle  »  : […] vue nominaliste et individualiste, il est donc parfaitement pertinent de souligner le poids des structures sociales. Cependant, explique Raymond Boudon dans Effets pervers et ordre social, ce ne sont jamais les structures qui agissent, c’est toujours l’individu. Les premières ne font qu’encadrer son action, la délimitent, en rendent possibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-sociologie/#i_96960

REPRODUCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Marie DURU-BELLAT
  •  • 2 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une reproduction située et datée »  : […] Comme l'a mis en évidence Boudon dans L'Inégalité des chances (1973), cette reproduction prend place dans un contexte structurel qui n'est pas sans importance. Face aux flux de diplômés, les flux de « places » à prendre sont déterminés par des contraintes économiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-sociale/#i_96960

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 617 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du traitement de l'information à l'interprétation sociologique »  : […] L'individualisme méthodologique représenté en France par Raymond Boudon est ainsi souvent associé à la formulation précise de modèles simplifiés du réel, reposant sur quelques principes de comportement : rationalité individuelle, cohérence des préférences... La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-methodes/#i_96960

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Les paradigmes de la sociologie contemporaine »  : […] inspire également l'individualisme méthodologique revendiqué par Raymond Boudon (La Logique du social, 1979) pour analyser aussi bien les inégalités scolaires, le changement social que les idéologies. Mais, à la différence de Coleman, Boudon assouplit l'hypothèse de rationalité instrumentale et intègre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_96960

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 717 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociologies de la détermination sociale »  : […] les familles et comme le résultat de la légitimation de ces différences en inégalités « naturelles » (les « dons », l'intelligence, etc.) par le système d'enseignement et ses agents. L'autre de Raymond Boudon (L'Inégalité des chances, 1973) interprète l'inégalité des chances sociales comme résultat d'un ensemble de décisions rationnelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_96960

SOCIOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Fabrice CLÉMENT
  •  • 2 958 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comprendre les représentations collectives  »  : […] différente selon laquelle tous les êtres humains partageraient certaines compétences cognitives, et en particulier la rationalité. Ainsi, dans Raison, bonnes raisons (2003), Raymond Boudon donne pour tâche à la sociologie cognitive le soin d’expliquer les actions ou les croyances collectives en reconstituant les raisons qui sous-tendent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-cognitive/#i_96960

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique des fondements du structuralisme »  : […] de constituer, contient une récusation pour « néo-positivisme » de l'emploi que Lévi-Strauss fait du concept en question. À quoi sert la notion de « structure » ? (1968), de Raymond Boudon, qui puise notamment son inspiration dans l'œuvre du sociologue américain Talcott Parsons, ne liquide nullement la conception lévi-straussienne de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_96960

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JAVEAU, « BOUDON RAYMOND - (1934-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-boudon/