BOUDON RAYMOND (1934-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris en 1934, normalien agrégé de philosophie en 1958, nommé professeur de sociologie à la Sorbonne (Paris-IV) en 1967, membre de l'Institut en 1990, Raymond Boudon a aussi enseigné régulièrement à l'université de Genève et connu une riche carrière internationale, enseignant notamment à Harvard, Chicago et Oxford.

Il a commencé par se faire le partisan d'une position « scientifique » en sociologie en théorisant l'approche quantitative, dans la foulée de Paul Lazarsfeld. Il s'est ainsi attaché à préciser la place des outils mathématiques dans l'analyse des faits sociaux. Boudon s'est ensuite éloigné de cette position assez rigide pour défendre et illustrer un paradigme d'inspiration néopositiviste qu'il appellera, à la suite de Joseph Schumpeter, l'« individualisme méthodologique ». Celui-ci repose sur l'ambition de « retrouver des structures générales à partir de l'analyse des phénomènes particuliers », au départ de ce qu'il appellera des « effets de composition » dans lesquels les individus investissent une rationalité incomplète, leur capacité d'information et de décision étant limitée par les positions qu'ils occupent par rapport à d'autres individus. L'individualisme méthodologique s'oppose au holisme durkheimien (et aussi marxiste), pour lequel la totalité sociale rend compte de et détermine les comportements des parties, en l'occurrence les individus. Cette logique du social ne peut ignorer les conséquences non intentionnelles des actions agrégées, ce que Max Weber avait appelé « paradoxe des conséquences » et que Boudon rebaptisera « effets pervers ». L'individualisme méthodologique postule que, pour les sociologues, étudier la société consiste non seulement à étudier les individus (ce qui est évident), mais aussi que l'explication des phénomènes qu'ils abordent – classes sociales, pouvoir, système éducatif, famine, etc. – réside dans des caractéristiques individu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOUDON RAYMOND (1934-2013)  » est également traité dans :

L'INÉGALITÉ DES CHANCES. LA MOBILITÉ SOCIALE DANS LES SOCIÉTÉS INDUSTRIELLES, Raymond Boudon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Faisant suite, dans la production de Raymond Boudon (1934-2013), à des travaux consacrés à la place à donner aux mathématiques dans la méthodologie et l'épistémologie des sciences sociales, L’Inégalité des chances porte sur l'analyse critique de la relation existant entre le niveau de scolarisation et la […] Lire la suite

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois types de théories de l'action rationnelle »  : […] La voie de l'individualisme méthodologique, à laquelle sont associées les théories de l'action rationnelle, a été souvent empruntée depuis les années 1980. Elle a même donné lieu à relecture et interprétation d'auteurs, comme Karl Marx, que tout sépare a priori de cette tradition de pensée. Le bilan actuel de ce programme de recherche est révélateur de la pluralité des options défendues. D'inspira […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 092 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Inégalités sociales, inégalités scolaires »  : […] La préoccupation la plus constante, sinon la plus ancienne, concerne la formation des inégalités scolaires. Pourquoi observe-t-on partout que les élèves issus des catégories sociales les moins favorisées obtiennent, en moyenne, de moins bons résultats que leurs camarades venant des groupes les plus favorisés ? Cette question est d'autant plus centrale que nous vivons dans des sociétés démocratiqu […] Lire la suite

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « L'habitus selon Pierre Bourdieu »  : […] Pierre Bourdieu situera sa propre redéfinition de l'habitus dans une problématique analogue, celle d'une médiation entre les pratiques sociales et les structures objectives des champs sociaux où elles s'inscrivent (1967). Élargie aux dimensions de la théorie de la connaissance sociologique, la notion d'habitus autorisera à rompre avec les deux antithèses de l'objectivisme et du subjectivisme. L'ob […] Lire la suite

HOMO ŒCONOMICUS (P. Demeulenaere) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 459 mots

L' Homo hierarchicus et l' Homo aequalis ont fourni, au cours des précédentes décennies, leur thème et leur titre aux ouvrages classiques de Louis Dumont. Parallèlement, l' Homo ideologicus a été mis en scène par Jean Baechler, notamment dans la préface qu'il a donnée à L'Esprit du jacobinisme d'Augustin Cochin. On a traité, dans la même période, de l' Homo ethicus , de l' Homo religiosus , de […] Lire la suite

INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 315 mots

Dans le chapitre « Sources et principes »  : […] Il revient à l'économiste autrichien Joseph A. Schumpeter d'avoir nettement distingué, dans l' Histoire de l'analyse économique (1954), deux types d'individualisme : « sociologique » et « méthodologique ». Le premier, largement accepté aux xvii e et xviii e  siècles, pose que les phénomènes sociaux se résolvent en décisions ou en actions d'individus et qu'il est impossible de les analyser en t […] Lire la suite

LIBERTÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « Une liberté sous contrôle  »  : […] L’ individualisme méthodologique adopte clairement une position antidéterministe, en affirmant que la société n’est pas une substance qui existe indépendamment des individus la composant. Elle est le produit contingent des libertés humaines en interdépendance. Cependant, si les hommes font la société, ils ne savent pas toujours quelle société ils font, car une multitude d’actions intentionnelles p […] Lire la suite

REPRODUCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Marie DURU-BELLAT
  •  • 2 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une reproduction située et datée »  : […] Comme l'a mis en évidence Boudon dans L'Inégalité des chances (1973), cette reproduction prend place dans un contexte structurel qui n'est pas sans importance. Face aux flux de diplômés, les flux de « places » à prendre sont déterminés par des contraintes économiques et sociales sans rapport nécessaire avec les politiques éducatives et les stratégies individuelles. Dans le demi-siècle écoulé, […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 616 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du traitement de l'information à l'interprétation sociologique »  : […] Le recueil de données n'est jamais indépendant d'une problématique théorique qui l'oriente et lui donne sens. Aussi la distinction entre la production et l'interprétation des faits peut-elle sembler en grande partie artificielle. Pourtant, il est utile de distinguer la problématique et les hypothèses théoriques en premier lieu, le dispositif de production des faits ensuite et, pour finir, leur i […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Les paradigmes de la sociologie contemporaine »  : […] En perte de vitesse à compter des années 1970, les approches fonctionnalistes ne constituent qu'une pièce du puzzle que composent les divers paradigmes qui dominent la seconde moitié du xx e  siècle. L'absence de consensus parfait sur les objets, les méthodes et les théories à privilégier n'est pas en soi un problème. Signe de vitalité d'une discipline désormais bien ancrée dans le monde instituti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JAVEAU, « BOUDON RAYMOND - (1934-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-boudon/