LAZARSFELD PAUL (1901-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Vienne, Paul Lazarsfeld est, comme Robert Merton, l'un des quatre ou cinq sociologues de sa génération qui auront le plus fortement marqué l'histoire de leur discipline.

Sa trajectoire n'est pas celle d'une carrière universitaire classique. À Vienne, il mène de front des études de Staatswissenschaft, c'est-à-dire de droit et d'économie, et de mathématiques. Pourvu d'un doctorat en mathématiques appliquées, il enseigne les mathématiques et la physique dans un Gymnasium jusqu'à l'arrivée à Vienne de deux célèbres psychologues, Karl et Charlotte Bühler, qu'il convainc de créer un centre de recherche en psychologie économique (Wirtschaftspsychologische Forschungsstelle) : il s'agit d'appliquer la psychologie à des problèmes économiques et sociaux. Ce projet, profondément novateur pour l'époque, a sa source, comme il l'a écrit dans un texte autobiographique (« An Episode in the History of Social Research ; A Memoir », in Perspectives in American History, vol. II, 1968), dans une sorte de sublimation de ses passions politiques. Militant actif dans le mouvement socialiste étudiant, il assiste à la montée du nationalisme et au repli du socialisme. « Une révolution en marche, déclare-t-il alors, a besoin d'économie (Marx), une révolution victorieuse d'ingénieurs (la Russie), une révolution vaincue de psychologie (Vienne). » Jeunesse et Emploi (Jugend und Beruf, 1931), puis Les Chômeurs de Marienthal (Die Arbeitslosen von Marienthal, 1933) traduisent cet axiome sous forme de recherche.

Un sociologue aux États-Unis

En septembre 1932, Lazarsfeld part pour les États-Unis muni de la bourse Rockefeller que lui avait value l'étude sur Marienthal. À l'expiration de sa bourse, il retourne en Europe. En 1934, le Parti socialiste d'Autriche est déclaré illégal. La plupart des membres de sa famille sont arrêtés. Il perd son poste dans l'enseignement secondaire. Seule est maintenue la vague charge de cours à l'université de Vienne qui couvrait ses activités de recherche. Il décide d'employer les dollars qui lui restent à l'achat d'un billet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LAZARSFELD PAUL (1901-1976)  » est également traité dans :

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 164 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Définitions opérationnelles »  : […] La définition de G. W. Allport est déterminée en d'autres termes par un certain contexte scientifique : il s'agit pour lui de donner à la notion d'attitude sa place dans l'arsenal des concepts psychologiques prévalents à l'époque où il écrit. Plus tard, lorsque la psychologie sociale prend une autonomie plus grande par rapport à l'appareil conceptuel de la psychologie expérimentale, lorsque les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attitude/#i_15472

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « Les effets sociaux du chômage »  : […] Les diverses expériences vécues des chômeurs se traduisent, pour la majorité d'entre eux, par une condition anomique plutôt que par la révolte violente ou la radicalisation politique. Alors que le taux de chômage reste supérieur à 8 p. 100 de la population active, les chômeurs ne constituent pas un groupe social animé d'une volonté collective et susceptible de mener des actions politiques violent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-le-chomeur-dans-la-societe/#i_15472

COMMUNICATION - Communication de masse

  • Écrit par 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 284 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « effets » »  : […] Les études portant sur la dimension culturelle de la communication montrent la complexité des relations entre le message et les autres éléments du processus de la communication. C'est ce que confirme l'analyse des « effets » de la communication de masse. Selon J. T.  Klapper (1960), « la communication de masse n'agit pas normalement comme une cause nécessaire et suffisante d'effets sur l'audience, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-communication-de-masse/#i_15472

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 498 mots
  •  • 3 médias

C'est aux États-Unis qu'ont été créés les néologismes de mass media – terme qui englobe la grande presse, le cinéma, la radio, la télévision – et de mass culture – qui embrasse la culture produite, jouée et diffusée par les mass media. Au cours du premier demi-siècle, et singulièrement à partir des années trente, les mass media sont entrés dans le champ de préoccupations des grandes firmes qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-de-masse/#i_15472

ÉLECTIONS - Sociologie électorale

  • Écrit par 
  • Patrick LEHINGUE
  •  • 5 417 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les œuvres pionnières »  : […] Les élections sont-elles « un domaine d'incohérence et de fantaisie ? En les observant à la fois de près et de haut, je suis arrivé à une conclusion contraire » car « si selon le mot de Goethe, l'enfer même a ses lois, pourquoi la politique n'aurait-elle pas les siennes ? » Par ces lignes ouvrant le Tableau politique de la France de l'Ouest sous la III e  République (1913), André Siegfried signa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elections-sociologie-electorale/#i_15472

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le groupe primaire dans la réalité sociale »  : […] Dans Voting , où ils étudient la formation du choix électoral durant la campagne présidentielle, B. Berelson, P. Lazarsfeld et W. Mac Phee soulignent que l'homogénéité politique n'est pas propre à la famille, mais s'étend aux groupes d'amis et de camarades de travail qui constituent l'environnement proche. Les groupes primaires sont des points d'enracinement pour les opinions et les attitudes. Pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_15472

INFLUENCE

  • Écrit par 
  • François CHAZEL
  •  • 4 171 mots

Dans le chapitre « L'influence interpersonnelle »  : […] C'est à l'occasion de la première étude par panel d'une élection présidentielle – celle de 1940 qui opposait Roosevelt à Willkie – que Paul F. Lazarsfeld, Bernard Berelson et Hazel Gaudet prirent conscience de l'importance du phénomène, qui contredisait leurs hypothèses initiales ( The People's Choice ) : la radio et la presse n'étaient pas en effet, comme ils l'avaient supposé, de puissants agent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/influence/#i_15472

KATZ ELIHU (1926- )

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 301 mots

Psychosociologue américain de l'université de Chicago, Elihu Katz s'est particulièrement attaché à l'étude de la diffusion de l'information. Dans un livre consacré aux décisions d'achat dans une petite ville des États-Unis, Personal Influence : the Part Played by People in the Flow of Mass Communication (1955), Katz, avec Lazarsfeld coauteur de l'ouvrage, développe et formalise, grâce à une enquê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elihu-katz/#i_15472

MÉDIAS - Sociologie des médias

  • Écrit par 
  • Jacques GERSTLÉ
  •  • 7 324 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les effets des médias »  : […] De longue date, la recherche empirique s'est posée la question, devenue lancinante, des effets des médias sur les audiences. Dans les années 1940, Paul Lazarsfeld donne le coup d'envoi des recherches dans ce domaine avec son étude publiée sous le titre The people's choice , qui est à la fois un classique de la sociologie empirique, du comportement électoral et de la sociologie des médias. Partan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medias-sociologie-des-medias/#i_15472

POLITIQUE - La communication politique

  • Écrit par 
  • Jacques GERSTLÉ
  •  • 3 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des systèmes politiques »  : […] L'étude empirique de la communication politique, qui démarre avec la question de la propagande, est marquée par l'accent placé à partir des années 1940 aux États-Unis sur les effets des campagnes électorales. La question des effets est pour le politique incontournable car en nier l'existence rend impossible la définition même du politique, qui prend naissance dans la publicisation, la politisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-communication-politique/#i_15472

POLLAK MICHAEL (1948-1992)

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 1 083 mots

Né à Vienne, Michael Pollak a suivi ses études de sociologie à Linz. Installé à Paris en 1971, il a entrepris un doctorat, sous la direction de Pierre Bourdieu, dans le cadre de la VI e  section de l'École pratique des hautes études, devenue depuis lors l'École des hautes études en sciences sociales. Dans ce travail, il s'est intéressé aux conséquences de la politique scientifique sur le devenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-pollak/#i_15472

PRESSE - Sociologie de la presse

  • Écrit par 
  • Érik NEVEU
  •  • 2 569 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un pouvoir d'influence surestimé »  : […] Le thème d'un pouvoir d'influence considérable de la presse resurgit régulièrement (Michael Schudson, 2003 ; Grégory Derville, 2005). Il trouve ses premières formulations avec l'école de Francfort dans les années 1930. Il se recompose dans les années 1950 dans le modèle dit de la « seringue hypodermique » : le message des médias pénètre un corps social qui en est le récepteur passif. Dès les an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-sociologie-de-la-presse/#i_15472

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « notion de comportement » »  : […] Mais que veut-on dire quand on caractérise les sciences sociales comme des sciences du comportement ? Le comportement est la manière d'agir, le genre de transformation qu'opère une chose dans un certain contexte. Ainsi un acide au contact d'un métal se « comporte » de telle ou telle manière. Peut être appelé « comportement » tout changement qui n'est pas seulement subi de manière accidentelle, mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_15472

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 535 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois courants »  : […] C'est seulement dans la seconde moitié du xvii e  siècle que les conceptions apparues en France, au xvi e  siècle, ont été mises en application. On verra finalement comment se nouent des relations changeantes et s'effectuent des interpénétrations entre ces trois grands courants de la recherche sociale : la statistique descriptive d'inspiration aristotélicienne principalement implantée en Allemagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_15472

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « L'élan nord-américain »  : […] Même si elles donnent le ton, la France et l'Allemagne ne sont pas les seuls creusets de la sociologie naissante. L'Italie par exemple peut revendiquer une riche tradition en matière de criminologie positive et se targuer des travaux de Vilfredo Pareto, auteur d'un volumineux Traité de sociologie générale (1916). Les sciences sociales bénéficient également d'un accueil favorable outre-Atlantique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_15472

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, « LAZARSFELD PAUL - (1901-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-lazarsfeld/