MILLAND RAY (1905-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ray Milland, de son vrai nom Reginald Truscott-Jones, est né à Neath (Royaume-Uni) en 1905. Bien avant la vague d'acteurs britanniques qui furent annexés par les studios américains, ce comédien d'origine galloise tenta sa chance à Hollywood, sur les conseils d'Anita Loos, auteur des Hommes préfèrent les blondes. Il possédait alors, acquise sous le nom de Spike Milland, une modeste expérience professionnelle : quelques films tournés à la fin de l'ère du muet dans les studios britanniques.

Parvenu à Hollywood, Ray Milland joue d'abord de petits rôles dans diverses productions, avant d'être pris sous contrat par une grande firme susceptible de modeler son image ou d'infléchir sa carrière : c'est ainsi qu'il interprète dans les studios Warner et Universal de nombreux rôles auprès des grands comédiens de la décennie : George Arliss, Bette Davis, George Raft notamment. En 1935, il tient un des rôles marquants dans la première version de La Clé de verre, d'après Dashiell Hammett, où il hésite encore entre la veulerie et la suavité qui lui permettront de réaliser plus tard des compositions inquiétantes. Pour l'instant, il doit se contenter de films d'évasion ou de productions qui sont l'équivalent du « cinéma du samedi soir ». Il joue aux côtés de vedettes très appréciées telles que Dorothy Lamour ou Deanna Durbin. Mais, les films étant construits autour de ces actrices, les jeunes premiers n'y sont plus que des faire-valoir.

Ray Milland suivit cette tendance voulue par les studios avec distance et élégance en attendant de pouvoir montrer ses dons réels de comédien. Deux rôles sont à détacher de cette première période : ceux qu'il tint dans Beau Geste de William Wellmann (1939), au côté de Gary Cooper, et dans Hôtel impérial de Robert Florey (ibid.), œuvre visiblement in [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « MILLAND RAY - (1905-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ray-milland/