FASSBINDER RAINER WERNER (1945-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nécessité d'une autonomie créatrice

Fassbinder avait juré de réaliser son trentième film à trente ans. Pour cela, il dut se rajeunir dans ses biographies officielles, avec la complicité de sa mère, actrice d'occasion dans ses films (sous le nom de Lilo Pempeit, ou Liselotte Eder) et également intéressée dans la société de production de son fils. Ce détail prouve qu'il ne cessa de contribuer lui-même à l'édification de son mythe, né à l'époque où il se consacrait au théâtre. Nouveau wonder boy du cinéma, il avait réfléchi au cas d'Orson Welles, dont la carrière fut en grande partie brisée par le système de production américain. Il se voulut donc à la fois auteur complet et maître de l'économie de son œuvre, fût-il réduit à n'user que de petits budgets (jusqu'au succès de Maria Braun en 1979). Comme Welles, il venait du théâtre, et s'était même essayé à la pièce radiophonique, dans la tradition bien allemande du Hörspiel. Il s'était fait connaître à Munich dans les années 1967-1968 par des mises en scène et des pièces de théâtre qui étaient souvent des adaptations cavalières de textes classiques ou des œuvres contestataires. Le théâtre n'était pourtant pas son véritable but : jeune acteur en formation, c'est vers le cinéma qu'il avait décidé de s'orienter, comme le prouvent les deux courts-métrages réalisés dès 1965 et 1966.

Le cinéma avait occupé les rêves d'une jeunesse quelque peu abandonnée à elle-même, ballottée entre les membres d'une famille désunie, éduquée selon des principes quasi libertaires. Élève d'une école d'art dramatique, Fassbinder s'était intégré à une petite troupe théâtrale animée par Peer Raben, qui allait devenir le responsable musical de ses films. Avec ce dernier, et notamment Hanna Schygulla, Irm Hermann, Ingrid Caven, Kurt Raab, Hans Hirschmuller, acteurs et membres de son Ersatzfamilie pour quelques années, il fonda l'Antiteater, un collectif qui obtint une petite notoriété par ses innovations et par ses provocations. Fassbinder en était le chef et le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FASSBINDER RAINER WERNER (1945-1982)  » est également traité dans :

FASSBINDER (FONDATION)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 074 mots

La gloire cinématographique est éphémère : il faut sans cesse nourrir l'attention d'une cinéphilie souvent volage, et le répertoire est trop souvent absent des programmes. Ainsi de Rainer Werner Fassbinder, figure emblématique du cinéma d'auteur s'il en est, décédé en 1982 à l'âge de trente-s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fassbinder-fondation/#i_82058

LE MARIAGE DE MARIA BRAUN, film de Rainer Werner Fassbinder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

La carrière de Rainer Werner Fassbinder (1945-1982) a été aussi productive que fulgurante. De 1965 à sa mort brutale, à l'âge de trente-sept ans, il réalise plus de quarante films dont certains sont très longs (les treize épisodes de Berlin Alexanderplatz réalisés en 1980, pour la télévision, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mariage-de-maria-braun/#i_82058

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne coupée en deux »  : […] Le régime aura soutenu le cinéma jusqu'aux dernières semaines précédant la défaite, comme en témoigne Kolberg , fresque historique de Veit Harlan, destinée à stimuler la combativité de la population en 1945. Après la fin de la guerre, l'Allemagne en ruines étant partagée en zones d'occupation militaire, les plus importantes infrastructures du ciném […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_82058

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un théâtre témoin de son temps »  : […] Au demeurant, ce documentarisme aux contours moins délimités que le terme ne le laisse entendre s'inscrit dans une tendance beaucoup plus vaste du théâtre à témoigner maintenant du présent, dont le rapport au passé, en toute hypothèse, forme un élément déterminant. Cette tendance s'affirme dès le début des années 1960 avec Martin Walser (né en 192 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/#i_82058

BÖHM KARLHEINZ (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Fils du célèbre chef d’orchestre Karl Böhm et de la cantatrice Thea Linhard, Karlheinz Böhm naît à Darmstadt (Allemagne) le 16 mars 1928. Après des études de philosophie à l’université de Graz (Autriche), il fait ses débuts au théâtre à Vienne, puis entame une carrière au cinéma avec La Mandragore ( Alraune , 1952). Le succès vient lorsque, au côt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karlheinz-bohm/#i_82058

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Pour en finir avec le jugement de Brecht ? »  : […] On peut se demander si l'immense succès du Berliner Ensemble n'a pas contribué à stériliser les écritures dramatiques dans les années 1950 et 1960. Du moins dans le camp de ceux qui se voulaient, dans un sens large, des réalistes (Adamov faisant exception, puisqu'il se situe justement dans un entre-deux de l'avant-garde des années 1950 et du brecht […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/#i_82058

INGRID CAVEN (J.-J. Schuhl)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots

Les prix littéraires sont porteurs de sens concernant leur époque. Certaines années, ils témoignent seulement d'une lassitude à l'égard d'une production un peu morose, calibrée en fonction de préoccupations extérieures à la littérature. Les jurys semblent alors s'abstenir de jouer leur rôle d'arbitres pour se perdre dans des considérations stratégi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingrid-caven/#i_82058

JE SUIS FASSBINDER (mise en scène S. Nordey et F. Richter)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un spectacle-manifeste »  : […] C’est ce théâtre qu’il a décidé d’illustrer dès sa première création avec un spectacle aux allures de manifeste, aussi vivifiant que détonant : Je suis Fassbinder, de l’Allemand Falk Richter, son auteur complice depuis près de dix ans . Créé en mars 2016, le spectacle a par la suite été repris au Théâtre de la Colline, à Paris. Son titre (qui fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/je-suis-fassbinder/#i_82058

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_82058

SCHYGULLA HANNA (1943- )

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 710 mots

Hannah Schygula est née le 25 décembre 1943 à Kattowitz (devenue Katowice), en Silésie, province polonaise annexée par l'Allemagne sous le III e  Reich. Comme son père, fantassin dans la Wermacht, a été fait prisonnier en Italie, elle ne fera sa connaissance qu'en 1946. À la fin de la guerre, sa mère l'emmène en Allemagne et toutes deux « échouent  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hanna-schygulla/#i_82058

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « FASSBINDER RAINER WERNER - (1945-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rainer-werner-fassbinder/