PUNK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mouvement musical ayant atteint son apogée vers 1977 en Grande-Bretagne, le punk, ou punk-rock, se voulait l'expression brute d'une jeunesse désœuvrée, révoltée et provocatrice. Il a progressivement évolué vers une forme plus accessible et moins politisée, le skate-core.

La naissance du punk constitue certainement l'un des événements les plus importants de toute l'histoire du rock. Le terme signifie en anglais « moche », « qui ne vaut rien ». À l'origine, au milieu des années 1960, il est utilisé pour désigner des groupes de rock amateurs et bruyants, qui répètent dans des garages (d'où, également, l'appellation « rock garage »), comme les Américains The Shadows Of Knight, The Sonics ou The Remains. Le nom réapparaît en 1970 aux États-Unis pour désigner des formations sauvages et à la musique primaire, dont les thèmes tournent autour du mal de vivre, de la drogue et du sexe : MC5, Iggy Pop & The Stooges et The New York Dolls. Le manager de ces derniers, un Londonien du nom de Malcom McLaren, va exporter ce terme et ce concept dans la capitale britannique, pour le commercialiser littéralement en lançant un groupe qu'il fabrique de toutes pièces, The Sex Pistols. À grands coups de provocations et de textes sarcastiques, prônant l'anarchie, l'esclandre et le manque total de technique instrumentale, les Sex Pistols ouvrent une brèche dans laquelle s'engouffrent une multitude d'artistes avides de scandale, désireux de rompre avec la « prétention » qui s'était installée dans le rock des années 1970 : The Damned, The Clash ou The Buzzcocks en Grande-Bretagne, The Heartbreakers et The Ramones aux États-Unis, Nina Hagen Band en Allemagne, Métal Urbain, Starshooter ou Oberkampf en France.

Musicalement, le punk veut rompre avec le passé de la pop music et avec ses prolongements progressifs. Aux tics d'écriture recherchant à tout prix les effets de style (jeux vocaux, recherches harmoniques, utilisation d'un instrumentarium emprunté à la musique classique), il substitue un son brut qui s'appuie sur des riffs* distordus de guitares et une thématique prolétaire. Les lignes en croches sont jouées staccato sur des tempos rapides avec un jeu de mediator* parfois très technique. Le chant, hurlé, refuse une approche mélodique construite. Le timbre évoque la saturation des guitares électriques. Les claviers, réservés au son new wave, sont en général rejetés (sauf par les Britanniques de The Stranglers). Si le concept de chaos sonore est parfaitement opérationnel sur scène, où la dimension visuelle et rituelle du concert de rock est essentielle, il est cependant peu opératoire sur disque. C'est pour cette raison que les Sex Pistols utiliseront, en secret, des doublures professionnelles – des « requins de studio* » – pour enregistrer la plupart de leurs titres.

Progressivement, le mouvement se durcit : la musique jouée par la deuxième vague du punk britannique est plus rapide, plus violente, plus nihiliste, préfigurant le hardcore américain et même le death metal. Sans les groupes Crass, The Exploited, Discharge ou GBH, les Américains de Black Flag, Dead Kennedys, Minor Threat ou Bad Religion n'auraient pas fait la même musique. De leur rock brutal et sans concessions découlera une large scène punk américaine, dont les diverses subdivisions (no-wave, hardcore straight-edge, emocore, grunge) lui permettront même d'atteindre un public plus large. Au début des années 1990, grâce au succès de Nirvana et du grunge (mélange de hardcore désespéré et de folk rock vénéneux), une nouvelle vague de punk va resurgir aux États-Unis et fédérer un public jeune et avide de sensations fortes.

The Offspring, NOFX, Green Day ou Rancid sont des groupes de skate-core (terme qui désigne un hardcore mélodique), venus principalement de Californie et associés aux sports extrêmes et de glisse. Leur musique est énergique, à base de mélodies accrocheuses, teintée d'influences ska* ou pop, et leurs textes sont souvent parodiques. Cela leur vaudra de toucher un public plus large que celui du punk et de vendre des disques par millions.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PUNK  » est également traité dans :

2-TONE RECORDS

  • Écrit par 
  • Peter SILVERTON
  • , Universalis
  •  • 405 mots

À la fin des années 1970, l'alchimie favorisée par les effets de la crise économique, le versement d'allocations chômage (subvention de facto à la production artistique) et l'apparition des punks tout droit sortis des écoles d'art donna naissance à une génération de talents hors norme dans plusieurs villes britanniques. C'est ainsi qu'est fondé à Coventry, dans le sud de la ceinture industrielle […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Résistances culturelles et politiques de significations : les cultural studies »  : […] La recherche sur les cultures urbaines a pris une nouvelle inflexion dans le champ des cultural studies en Angleterre. Le Centre for Contemporary Cultural Studies, créé en 1964 à Birmingham par Richard Hoggart, est devenu l’épicentre d’une redéfinition générale du concept de culture et de ses enjeux idéologiques. Partant d’une conception relativiste et anthropologique de la culture comme mode de […] Lire la suite

ARI UP (1962-2010)

  • Écrit par 
  • Michael RAY
  •  • 281 mots

Chanteuse britannique d'origine allemande, Ari Up fonde, à peine âgée de quatorze ans, le groupe de punk-rock, de reggae et de musique expérimentale The Slits, très actif dans les années 1970. Née le 17 janvier 1962, à Munich, Ariane Daniele Forster, fille d'un impresario, passe une grande partie de son enfance entourée de certains des grands noms de l'industrie de la musique. Joe Strummer, le cha […] Lire la suite

ASHETON RON (1948-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Le guitariste américain Ronald Franklin Asheton, Jr., naît le 17 juillet 1948 à Washington (D.C.). Surnommé par un critique musical le « parrain de la guitare punk », il fut le guitariste des Stooges (initialement, The Psychedelic Stooges), un groupe américain de rock de la fin des années 1960 et du début des années 1970, fondé en 1967 par Iggy Pop (James Newell Osterberg, Jr.). Les Stooges ( […] Lire la suite

CAVE NICK (1957- )

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 346 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Punk-rock, romantisme noir »  : […] Toute la musique de Nick Cave hésite entre deux postulations contraires qui font de lui un artiste majeur du punk-rock. Sur scène comme dans les albums, il est emporté du côté du théâtre de la cruauté d’Antonin Artaud, des incantations d’un Lucifer déguisé en prêcheur mégalomaniaque, d’un raz de marée sonore proche du chaos ( From Her to Eternity , 1984  ; Tender Prey , 1988 ; Dig , Lazarus , d […] Lire la suite

CLASH THE

  • Écrit par 
  • Charles Shaar MURRAY
  • , Universalis
  •  • 886 mots

Le groupe punk-rock britannique The Clash est le deuxième plus grand porte-drapeau du mouvement punk, après The Sex Pistols. Saisi par le style de ces pionniers du genre, Joe Strummer (1952-2002) veut créer un ensemble aussi enflammé : il s'associe à Mick Jones, Paul Simonon et Terry Chimes (tous trois nés en 1955) pour lancer The Clash en juillet 1976. Contrairement à nombre de formations london […] Lire la suite

DURY IAN (1942-2000)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Chanteur, parolier, dramaturge, peintre et comédien britannique. Il est l'auteur d'un des grands classiques du punk, Sex and Drugs and Rock and Roll , féroce portrait du mode de vie dans les grandes firmes discographiques rock. Illustrateur, peintre et enseignant en arts plastiques à Canterbury, il fonde en 1970 dans cette ville son premier groupe rock, Kilburn & the High Roads, influencé par l […] Lire la suite

FACTORY RECORDS

  • Écrit par 
  • Peter SILVERTON
  • , Universalis
  •  • 295 mots

La firme discographique Factory Records, née pendant la période punk de la fin des années 1970, fut au cœur de la scène musicale de Manchester jusqu'à ce que celle-ci s'effondre au début de la décennie 1990. Comme le groupe de Manchester The Buzzcocks, le cofondateur de Factory, Anthony H. Wilson (présentateur de l'influent programme télévisé britannique de pop music intitulé So It Goes), apprend […] Lire la suite

IGGY POP (1947- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Premier vrai chanteur punk de l'histoire de la musique, Iggy Pop a profondément marqué l’évolution du rock. L’Américain, de son vrai nom James Newell Osterberg Jr., naît le 21 avril 1947 à Ypsilanti (Michigan). En 1967, il adopte le nom de Iggy Stooge lorsqu'il forme le groupe Psychedelic Stooges. Sa voix est accompagnée par la basse de Dave Alexander (David Michael Alexander, 1947-1975), la guit […] Lire la suite

JOY DIVISION

  • Écrit par 
  • Jon SAVAGE
  • , Universalis
  •  • 722 mots

Groupe de rock britannique dont les principaux membres sont Ian Curtis (chanteur, né le 15 juillet 1956 à Macclesfield – une ville située à une vingtaine de kilomètres de Manchester – et mort le 18 mai 1980 à Macclesfield), Bernard Albrecht (chanteur et guitare électrique, de son véritable nom Bernard Dicken, né le 4 janvier 1956 à Salford), Peter Hook (bassiste, né le 13 février 1956 à Mancheste […] Lire la suite

Les derniers événements

18-29 décembre 2013 Russie. Annulation de plusieurs condamnations emblématiques

Les deux membres du groupe punk des Pussy Riot condamnées en août 2012 pour hooliganisme et incitation à la haine religieuse sont concernées. Les trente passagers du navire de Greenpeace Arctic-Sunrise, arrêtés en septembre pour piraterie et hooliganisme, le sont également. Le 20, le président Vladimir Poutine accorde sa grâce à Mikhaïl Khodorkovski, ancien dirigeant de la firme pétrolière Ioukos et opposant libéral au chef de l'État, condamné en 2005, puis en 2010 pour fraude fiscale et détournement de fonds. […] Lire la suite

17 août 2012 Russie. Condamnation des membres du groupe punk Pussy Riot

Le tribunal Khamovnitcheski de Moscou condamne à deux ans de camp de travail trois des membres du groupe punk Pussy Riot. Les trois jeunes femmes sont reconnues coupables de « vandalisme motivé par la haine religieuse » pour avoir interprété, en février, une « prière punk » intitulée Marie mère de Dieu, chasse Poutine! dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou, en dansant sur l'estrade de l'autel. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe LORENTZ, « PUNK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/punk/