MCLAREN MALCOM (1946-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Impresario de rock et musicien britannique, Malcolm McLaren contribua, en tant que manager haut en couleur et provocateur des Sex Pistols, à la naissance de la culture punk.

Né le 22 janvier 1946, à Londres, Malcolm Robert Andrew McLaren fréquente plusieurs écoles d'art anglaises. Durant ses études, il est attiré par la philosophie subversive de l'Internationale situationniste, ancrée dans la pensée marxiste, et par son chef de file, Guy-Ernest Debord. En 1965, il rencontre la créatrice de mode Vivienne Westwood, dont il va partager la vie et avec laquelle il ouvre en 1971, dans King's Road, à Londres, une boutique d'habillement avant-gardiste baptisée Let It Rock. Mais McLaren s'intéresse bientôt davantage à la musique rock, dans laquelle il voit un vecteur lui permettant de mettre en œuvre ses idées esthétiques radicales.

Après avoir brièvement officié comme manager et costumier du groupe américain de glam rock The New York Dolls, il commence à travailler en 1975 avec une formation londonienne qu'il baptise Sex Pistols – lançant ainsi une opération de marketing croisé avec la boutique de mode, dont la devanture affiche désormais le nom Sex. Dès l'année suivante, ces bruyants artistes suscitent la controverse au Royaume-Uni, et McLaren alimente volontiers la polémique en leur faisant par exemple jouer leur titre God Save the Queen, hymne contre l'autoritarisme, à bord d'une embarcation amarrée sur la Tamise, devant le siège du Parlement.

Après l'éclatement des Sex Pistols en 1978, McLaren gère l'image et la carrière du groupe britannique de rock new wave Adam and the Ants et crée en 1980 une formation dérivée, Bow Wow Wow. En 1983, il sort un album solo, Duck Rock, fusion éclectique de hip-hop et de world music à l'origine de deux tubes qui se hissent dans les dix premières places du hit-parade britannique : Buffalo Gals et Double Dutch. Plusieurs autres albums suivent, notamment Fans (1984), mélange d'opéra et de rhythm and blues, Waltz Darling (1989) et Paris (1994). Malcolm McLaren meurt, le 8 avril 2010, à Bellinzone, en Suisse.

—  John M. CUNNINGHAM, Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MCLAREN MALCOM (1946-2010)  » est également traité dans :

WESTWOOD VIVIENNE (1941- )

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  •  • 1 095 mots

Papesse de la mode britannique, Vivienne Westwood s'est vu consacrer une rétrospective, en 2004, par le Victoria and Albert Museum, à Londres. Cent cinquante silhouettes présentées de manière chronologique dans une première salle, puis thématique dans la seconde, retraçaient, depuis le début des années 1970, trente-quatre ans d'activité de la créatrice. Née en 1941 à Glossopdale (Derbyshire), Vivi […] Lire la suite

Pour citer l’article

John M. CUNNINGHAM, « MCLAREN MALCOM - (1946-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malcom-mclaren/