PROTOHISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance de la métallurgie

La naissance de la métallurgie européenne fut longtemps perçue comme le simple reflet d'inventions issues précocement d'Asie Mineure ou du monde méditerranéen. En Europe continentale, les premières routes du cuivre étaient jalonnées d'objets manufacturés tels que les torques à enroulement qui, provenant de Syrie ou du Liban, auraient été échangés jusqu'en Bohême (Allemagne actuelle) et même jusque dans l'est de la France. De Chypre, un trafic de « poignards chypriotes » aurait gagné jusqu'aux îles Britanniques. En réalité, ces derniers objets ont été bien souvent apportés dans les musées occidentaux par les antiquaires du xixe siècle. Quant aux torques à enroulement, très vite l'Europe centrale sut, à partir de quelques prototypes peut-être d'origine méditerranéenne, créer ses propres centres de production. Enfin, les recherches récentes ont prouvé la multiplication de centres indigènes producteurs de cuivre dès le IIIe millénaire et peut-être plus tôt selon les interprétations que l'on fait des datations au radiocarbone. Dans des puits d'extraction de cuivre situés à Rudna Glava, en ex-Yougoslavie, B. Jovanovic a ainsi mis au jour des poteries et des idoles typiques de la civilisation régionale néolithique de Vinça. Certains centres chalcolithiques en Almérie ont pu être datés du IIIe millénaire. Dans le sud de la France, l'exploitation locale du cuivre, plus tardive, permet aux groupes languedociens une activité métallurgique déjà remarquable vers 2200 avant J.-C. Toutefois, entre ces premières exploitations indigènes et le développement de grandes civilisations du métal, se produit un décalage chronologique important. C'est peu avant le IIe millénaire que certains groupes humains vont, par leur action, modifier non seulement l'équipement matériel mais les structures sociales et religieuses propres aux ethnies néolithiques. Ainsi, en Europe nordique et centrale, joue l'influence des groupes cordés dénommés de la sorte à cause de leur gobelet funéraire décoré d'impressions de cordelettes. Ils vulgarisent l'inhumation individuelle en coffre, contrastant avec l'usage des sépultures collectives plus usuelles au Néolithique, qu'il s'agisse d'ossuaires en grottes, de grands cimetières ou de monuments mégalithiques. On a parfois suggéré que ces Cordés étaient déjà des Indo-Européens. Ils connaissent le métal ou, du moins, savent dans leurs haches de combat en pierre imiter les défauts de moulage des premières haches en cuivre déjà produites en Hongrie, à l'inspiration de lointains prototypes anatoliens.

En Europe occidentale, la diffusion du métal est due aux groupes campaniformes dont le gobelet funéraire, une poterie en forme de cloche renversée, est décoré au pointillé, à la roulette ou à la corde, de décors souvent disposés en zones horizontales. Outre les poteries, les tombes contiennent de menus objets d'or, de petits poignards à languette et des javelines de cuivre dites pointes de Palmela, du nom d'un site portugais. La péninsule Ibérique est un foyer campaniforme important ; vers 1929, A. de Castillo émit tout d'abord la théorie colonialiste d'un peuple conquérant issu de Castille. Vers 1930, G. Childe considérait le « peuple campaniforme » comme composé de petits groupes de forgerons-pasteurs itinérants parcourant l'Europe, de l'Irlande à la Bohême et de l'Ibérie aux Pays-Bas. La complexité du phénomène campaniforme résulte d'interactions entre de multiples groupes régionaux identifiables grâce à leurs poteries qui diffèrent par des détails infimes. Si les courants de retour, les métissages avec des groupes cordés compliquent l'étude de ces populations, il est certain qu'elles jouèrent un rôle important non seulement dans la diffusion du cuivre mais encore dans la genèse des civilisations du bronze.

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Vidéo : -4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Apparition de l'écriture et des premières villes. Début de la métallurgie du cuivre. Expansion de la domestication du cheval.Le IVe millénaire peut être considéré comme le début de l'histoire car il voit apparaître l'écriture.La majeure partie du globe reste cependant occupée par des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les études spectrographiques ont montré la diversité des premiers cuivres fabriqués en Europe. Les haches de combat hongroises sont en métal exempt d'impuretés décelables. Les cuivres ibériques sont alliés avec l'arsenic ; on trouve dans les cuivres irlandais de fortes traces d'antimoine, d'argent et d'arsenic ; les cuivres des groupes du sud de la France comprennent de l'antimoine et de l'argent. Mais la réutilisation de métal de rebut, réutilisation qui survient très tôt, rend difficile la recherche des gisements d'origine. Les premiers dépôts apparaissent, stockage dans la terre des objets manufacturés dont certains étaient destinés à la vente. En Europe occidentale, on fabrique des haches plates, simples lames de métal imitant les haches en pierre polie jusque-là utilisées. Le cuivre est exporté sous forme de lingots bruts ou de torques à enroulement, de barres ou même de haches-lingots à tranchant non affûté. Mais, au Chalcolithique, la production reste assez réduite. Elle ne se diversifie qu'avec la généralisation du bronze, plus facile à couler.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Statuette en marbre, Naxos

Statuette en marbre, Naxos
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Haches à ailerons, Âge du bronze

Haches à ailerons, Âge du bronze
Crédits : Bridgeman Images

photographie

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROTOHISTOIRE  » est également traité dans :

ÂGE DU BRONZE EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

L'ajout d'étain au cuivre, dans une proportion d'environ 10 p. 100, a permis aux métallurgistes de la protohistoire d'obtenir un alliage plus résistant, le bronze. L'Âge du bronze européen s'étend de — 2200 à — 800. Il s'agit moins, en ses débuts, d'une période de transformations économiques et sociales que d'une simple innovation technique. Le bronze permet la réalisation de nouvelles formes, sur […] Lire la suite

ÂGE DU FER EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 184 mots
  •  • 1 média

Connue des Hittites au II e  millénaire, la métallurgie du fer apparaît en Europe vers — 800. On parle alors d'Âge du fer (— 800-— 50), même s'il ne s'agit, comme pour le bronze, que d'une simple invention technique. Plus répandu dans la nature que le cuivre, le fer nécessite pour être réduit une température plus élevée, soit 1 500 degrés. Il est dans un premier temps, le Premier Âge du fer (— 800 […] Lire la suite

APPAREIL, architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 321 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'appareil cyclopéen »  : […] De caractère primitif et rustique, l'appareil cyclopéen est propre aux civilisations vigoureuses de la protohistoire ; les vestiges les plus admirés appartiennent aux forteresses célèbres de Mycènes, de Tirynthe dont la construction remonte au milieu du deuxième millénaire avant notre ère, ou aux fortifications et aux palais des princes hittites dans leur capitale de Boghaz Köy sur les plateaux a […] Lire la suite

ART CELTIQUE, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Vers — 480, la civilisation de Hallstatt du Premier Âge du fer se transforme en une nouvelle civilisation, celle de La Tène (du nom d'un site des bords du lac de Neuchâtel), qui correspond, à l'échelle de toute l'Europe, à la période du Second Âge du fer (— 480-— 50). La civilisation de La Tène est souvent identifiée à celle des Celtes historiques, tels qu'ils nous sont décrits par les auteurs gre […] Lire la suite

ART RUPESTRE DANS L'ARC ALPIN

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Impraticables au Paléolithique en raison de la calotte de glace qui les recouvre, les Alpes sont peu à peu fréquentées par les agriculteurs néolithiques, qui y implantent haltes de chasse et bergeries. L'homme des glaces (« Ötzi ») découvert, en 1991, au sommet du glacier de Similaun témoigne de ces parcours. Il date de la fin du IV e  millénaire, précisément au moment où, dans plusieurs hautes va […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les premières villes du Chalcolithique et de l'âge du bronze »  : […] Aujourd'hui, c'est dans la région la plus explorée, la Turkménie, que l'on suit le mieux le développement des agglomérations à partir du début du III e  millénaire. Les fouilles de sites comme Namazga Depe, l'oasis de Geoksjur et Altyn Depe ont fourni des données stratigraphiques et économiques sur cette phase que l'on peut globalement qualifier de proto-urbaine. La séquence chronologique selon l […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge des métaux et la protohistoire »  : […] Les dates et les circonstances de l'apparition des premiers métaux en Asie du Sud-Est sont encore enveloppées d'une brume épaisse. Jusqu'à il y a un peu plus de vingt ans, la civilisation de Dongson, au nord du Vietnam, dont la naissance était datée de 800 à 300 avant J.-C. suivant les chercheurs différents, était généralement considérée comme la civilisation utilisant le bronze la plus ancienne […] Lire la suite

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 895 mots
  •  • 5 médias

Le nom des Celtes ( Keltoi ) apparaît pour la première fois dans les textes des historiens grecs du v e  siècle avant J.-C., Hécatée de Milet et Hérodote. Les géographes grecs et latins les présentent comme un peuple du Nord-Ouest de l'Europe vivant au nord de la Ligurie, entre les Ibères et les Germains. Mais leur domaine s'est étendu au cours du temps, à la suite d'un mouvement d'expansion que […] Lire la suite

CHAMPS D'URNES CIVILISATION DES

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 578 mots

Définie par l'école archéologique allemande, la civilisation dite des « champs d'urnes » se caractérise par l'usage de la crémation et le dépôt des cendres du défunt dans des urnes rassemblées en de grandes nécropoles (d'où leur nom). Ce rite funéraire apparaît en Europe centrale à la fin de l'Âge du bronze moyen (soit au ~ xiii e  s.), se répand ensuite dans une partie de l'Europe occidentale et […] Lire la suite

DÉCHELETTE JOSEPH (1862-1914)

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 368 mots

Fondateur de l'archéologie française moderne, Joseph Déchelette, né à Roanne d'une grande famille de facturiers, se retire des affaires en 1899 pour se consacrer à l'archéologie. Il était conservateur du musée de Roanne depuis 1892. Grand voyageur, il assiste à de nombreux congrès, visite les musées européens et les chantiers de fouilles ; il est en relation avec les sociétés savantes européennes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BRIARD, « PROTOHISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/protohistoire/