Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROSTAGLANDINES

Rôle physiopathologique, perspectives thérapeutiques

Les prostaglandines ont une multitude d'actions pharmacologiques. Omniprésentes, elles peuvent être impliquées dans la pathogénie de nombreuses affections.

On les retrouve dans des domaines aussi variés que l'hypertension et la régulation de la pression artérielle (PGF2α, PGE2, PGA2), la sphère génitale avec leur rôle dans le déclenchement du travail (PGF2α, PGE2) et l'importance de leur teneur dans le sperme. Elles interviennent aussi au niveau du poumon, dans l'asthme bronchique, dans le contrôle de l'agrégation plaquettaire et de la formation des caillots, au niveau du système nerveux central (PGD2), des glandes endocrines et des ostéoblastes.

Par leurs propriétés vasodilatatrices, elles participeraient aux troubles circulatoires observés dans les migraines. Dans les règles de femmes dysménorrhéiques, les quantités de PGF2α sont supérieures à la normale ; dans le glaucome à angle ouvert, c'est le taux de PGE qui augmente de manière significative. Certaines tumeurs renferment aussi des quantités importantes de prostaglandines (cancer de la thyroïde, cancer du sein).

Compte tenu de la multiplicité de leurs effets biologiques, les prostaglandines ont suscité dès leur découverte d'immenses espoirs comme médicaments potentiels. Quelques années après, force est de constater que le bilan des applications est faible et assez décevant, en comparaison avec les immenses efforts de recherche qui ont été entrepris dans le monde. Les difficultés majeures rencontrées pour d'éventuelles applications thérapeutiques sont la fugacité d'action, la diversité et la non-dissociation des différentes propriétés pharmacologiques. Pour pallier ces inconvénients, la recherche s'est orientée vers l'obtention de prostaglandines modifiées (analogues), dans l'espoir de leur conférer les caractéristiques manquantes sur les molécules naturelles : stabilité, spécificité, efficacité.

Finalement, l'application thérapeutique des prostaglandines s'est matérialisée dans les trois domaines suivants : la reproduction avec la commercialisation, depuis 1984, des PGE2 et PGF2α en gynécologie pour le déclenchement du travail et de deux analogues stables de la PGE2 dans l' avortement thérapeutique ; la gastroentérologie, où un dérivé de la PGE1 et un autre de la PGE2 sont commercialisés comme cytoprotecteurs dans l'ulcère gastrique et parfois associés à des traitements aux anti-inflammatoires ; le cardiovasculaire et l'agrégation plaquettaire, où la PGI2 naturelle, puissant inhibiteur de l'agrégation plaquettaire, est beaucoup trop labile pour être utilisée facilement. Plusieurs analogues stables et d'activités mieux dissociées sont en cours de développement comme vasodilatateurs dans le traitement des artériopathies périphériques.

D'autres molécules sont actuellement en développement dans différents domaines, et certaines devraient conduire à de nouvelles applications thérapeutiques.

— Jean BUENDIA

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : responsable des recherches chimiques de procédés, Roussel-Uclaf, ingénieur chimiste, docteur ès sciences

Classification

Pour citer cet article

Jean BUENDIA. PROSTAGLANDINES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES

    • Écrit par et
    • 689 mots

    Les plaquettes ont un rôle dominant dans la genèse des thromboses artérielles et de l'athérosclérose, en intervenant au moins sur l'altération endothéliale ou sous-endothéliale, la prolifération des cellules musculaires lisses, ce qui a conduit à l'utilisation et à la rationalisation...

  • BERGSTRÖM SUNE (1916-2004)

    • Écrit par
    • 228 mots

    Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1982, conjointement à son collègue suédois Bengt Samuelsson et au Britannique John Vane, pour l'isolement, l'identification et l'analyse des prostaglandines, substances biochimiques qui influencent la pression artérielle, la température...

  • COREY ELIAS JAMES (1928- )

    • Écrit par
    • 519 mots

    Chimiste américain né le 12 juillet 1928 à Methuen (Massachusetts), Elias James Corey fait ses études au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T., Cambridge), où il obtient un doctorat en 1950. L'année suivante, il est assistant à l'université de l'Illinois à Urbana ; il y est promu professeur...

  • DOULEUR

    • Écrit par et
    • 4 970 mots
    • 1 média
    ...hyperalgésiantes). Parmi les substances algogènes, mentionnons la bradykinine (peptide de neuf acides aminés) ; parmi les substances hyperalgésiantes, les prostaglandines PGE s2 sont les plus puissantes. Précisons que l'acide acétylsalicylique (aspirine), qui inhibe la synthèse des prostaglandines,...
  • Afficher les 15 références