ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les plaquettes ont un rôle dominant dans la genèse des thromboses artérielles et de l'athérosclérose, en intervenant au moins sur l'altération endothéliale ou sous-endothéliale, la prolifération des cellules musculaires lisses, ce qui a conduit à l'utilisation et à la rationalisation de médicaments capables de modifier les fonctions des plaquettes, c'est-à-dire l'adhésion à la paroi vasculaire, le changement de forme, l'agrégation et la libération des composants intraplaquettaires.

Fonctions des plaquettes. Les plaquettes adhèrent aux fibres de collagène au sous-endothélium, à diverses surfaces artificielles. Les plaquettes de malades atteints de dystrophie thrombocytaire hémorragipare (syndrome de J. Bernard et J.-P. Soulier) n'adhèrent pas au sous-endothélium et ont une anomalie d'une glycoprotéine membranaire (GP I). Cette glycoprotéine jouerait un rôle dans l'adhésion des plaquettes.

Un grand nombre de stimuli peuvent entraîner un changement de forme des plaquettes, qui deviennent sphériques et émettent des pseudopodes. L'activation plaquettaire est associée au développement d'une chaîne de réactions chimiques.

Deux voies interconnectées ont été reconnues : la voie de l'acide arachidonique et des prostaglandines, et le métabolisme des nucléotides adényliques, tendant à l'accumulation d'AMP cyclique.

Il est difficile dans l'état actuel de nos connaissances de classer les médicaments modifiant les plaquettes. Il est tentant, bien qu'un peu artificiel, de classer les médicaments selon leurs actions sur les prostaglandines, sur le métabolisme des nucléotides adényliques ou sur la membrane plaquettaire. Cependant, le mode d'action de certains médicaments antiplaquettaires n'est pas connu et ne peut être envisagé que comme modifiant les fonctions ou la survie des plaquettes.

Médicaments modifiant le métabolisme des prostaglandines. Avec le plus ancien [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, chef de service à l'hôpital Lariboisière, Paris
  • : docteur en médecine et en biologie humaine, hémobiologiste des hôpitaux de Paris

Classification


Autres références

«  ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES  » est également traité dans :

ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BRAM, 
  • Universalis
  •  • 803 mots
  •  • 4 médias

Si l'histoire du produit chimique remonte à 1853, lorsque le chimiste français Charles Gerhardt (1816-1856) synthétise l'acide acétylsalicylique , l'histoire de son principe actif est ancienne. Le papyrus d'Ebers (environ 3600 B.P.) mentionne déjà l'action des extraits de saule contre la fièvre, pratique retrouvée dans tout l'Occident . Le principe actif contenu dans les extraits de saule, la sali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-acide-acetylsalicylique/#i_80760

ASPIRINE ET CANCER

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un effet anticancéreux général de l'aspirine »  : […] Trois nouvelles études dirigées par P. M. Rothwell précisent un peu plus les effets de l'aspirine. La première a permis de recueillir des données sur plus de 90 p. 100 des personnes qui ont participé aux essais de ce médicament dans la prévention cardio-vasculaire, en prenant également en compte les essais de courte durée, afin de pouvoir évaluer ses effets à court terme. Au total, cinquante et un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-et-cancer/#i_80760

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rupture de plaque »  : […] La chape fibreuse qui couvre la plaque peut rompre. Le sang circulant est alors mis en contact avec la profondeur de la lésion, ce qui a deux conséquences : d'une part, du sang sous forte pression peut s'engouffrer dans la brèche pour former un hématome, parfois volumineux, à l'intérieur de la plaque ; d'autre part et surtout, la barrière de l'endothélium étant désunie, le système d'hémostase (c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atherosclerose/#i_80760

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Interventions sur les coronaires »  : […] C'est en 1978 que Gruentzig, en Suisse, a eu le mérite de proposer la dilatation coronaire par ballonnet gonflabe comme alternative à la chirurgie de pontage. Mais rapidement des complications (resténose) ont montré la limite de la méthode. Quelques années plus tard, en 1986, Sigwart à Lausanne et Puel à Toulouse montraient que l'implantation d'une armature métallique (stent) maintenant l'artèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cardiologie/#i_80760

PROSTAGLANDINES

  • Écrit par 
  • Jean BUENDIA
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Action sur les plaquettes sanguines »  : […] Les prostaglandines PGE 1 , PGI 2 , PGD 2 sont de puissants inhibiteurs de l' agrégation plaquettaire, mais leurs sélectivités sont différentes. La PGD 2 est un puissant inhibiteur chez l'homme, mais son activité est faible chez le chien et le rat, les PGI 2 et PGE 1 , en revanche, sont actives sur toutes les espèces, la PGI 2 étant environ trente fois plus puissante que la PGE 1 . Cette inh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostaglandines/#i_80760

SANG - Coagulation

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN, 
  • Gérard TOBELEM
  • , Universalis
  •  • 1 953 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Événements plasmatiques  »  : […] La coagulation proprement dite consiste en une modification, en principe locale, des propriétés physiques du sang, avec formation, à partir de ce liquide, d'une masse solide appelée caillot sanguin. La responsabilité de ce changement d'état incombe à une protéine d'origine hépatique, le fibrinogène. Celle-ci se trouve à l'état dissous dans le plasma sanguin mais, sous l'action d'une enzyme, la th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-coagulation/#i_80760

THROMBOPATHIES

  • Écrit par 
  • Laurent DEGOS
  •  • 295 mots

Les défauts des plaquettes provoquent des syndromes hémorragiques. Leur détection repose sur le contraste entre un nombre de plaquettes normal et des anomalies de la fonction plaquettaire étudiée par divers tests : temps de saignement, rétraction du caillot, adhésion, agrégation avec divers inducteurs, libération d'adénosine diphosphate (ADP). Les thrombopathies se traduisent cliniquement par des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thrombopathies/#i_80760

VANE JOHN R. (1927-2004)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 931 mots

Les travaux du pharmacologue britannique John Vane sont à l'origine de l'adoption par les cardiologues d'un vieux médicament : l'aspirine. L'intérêt de son administration à faible dose pour la prévention des accidents cardio-vasculaires (coronariens ou cérébraux) repose sur l'impact de l'aspirine sur les enzymes de régulation de la production des prostaglandines. Après avoir compris les condition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-r-vane/#i_80760

Pour citer l’article

Jacques CAEN, Jean-Luc WAUTIER, « ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiagregants-plaquettaires/