PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substances gonadotropes découvertes en 1927 chez la souris par Aschheim et Zondek, et qui se retrouvent en quantités considérables chez les mammifères supérieurs, dans le sang et dans les urines, au décours de la grossesse. Leur origine est placentaire, mais elles sont très proches des gonadotrophines hypophysaires, tant par leur nature que par leurs actions. Pour cette raison, elles sont maintenant appelées gonadotrophines chorioniques.

Au moment de leur découverte, on individualisait : le prolan A (folliculostimulant) et le prolan B (lutéinisant). À l'heure actuelle, on admet l'unicité de la sécrétion placentaire.

Deux gonadotrophines chorioniques (CG) ont été particulièrement étudiées : celle de la femme enceinte ou HCG (human chorionic gonadotrophin) et celle de la jument gravide ou PMSG (pregnant mare serum gonadotrophin). La première (HCG) est une glycoprotéine ; son activité biologique est très proche de celle de l'hormone lutéostimulante (ou LH). La seconde (PMSG) est une glycoprotéine composée de 60 p. 100 de glucosamine, galactosamine et acides sialiques, et de 40 p. 100 de protéines ; elle est différente de la HCG par ses effets physiologiques, car elle a un effet FSH dominant.

La gonadotrophine chorionique humaine est sécrétée par la couche de Langhans du trophoblaste dès le 5e jour qui précède la date des règles manquantes, soit trois jours après l'implantation. Elle maintient le corps jaune gestatif en activité pendant trois mois, puis celui-ci régresse. Son dosage biologique n'est possible qu'à partir du 35e ou 40e jour après le début des dernières règles. La présence de HCG d'origine trophoblastique dans le sang et dans les urines peut être détectée par certaines réactions permettant de faire le diagnostic précoce de la grossesse.

Le dosage des prolans dans l'urine permet de suivre l'évolution d'une grossesse et de soupçonner l'existence d'un chorioépithéliome utérin. En effet, après l'expulsion d'une mole hydatiforme, toute remontée du taux de HCG au dessus de 2 000 unités est suspecte.

—  Geneviève DI COSTANZO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES  » est également traité dans :

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hormones diverses »  : […] À côté des principales hormones qui viennent d'être citées, on rencontre toute une série de substances auxquelles convient aussi cette appellation. Le placenta peut être considéré comme une glande endocrine temporaire. Il sécrète en quantités considérables des œstrogènes, de la progestérone et une hormone gonadostimulante, dite gonadotrophine chorionique , dont l'action est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_10963

PROCRÉATION

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Paul-François LEROLLE, 
  • Yves MALINAS, 
  • Jacques TESTART
  •  • 12 308 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Unité hormonale fœto-placentaire »  : […] Le placenta fabrique de nombreuses hormones dont les principales sont l' hormone chorionique, l'hormone lactogène et les hormones stéroïdes. La première a pour fonction de maintenir le corps jaune ovarien en activité pendant les deux premiers mois de la grossesse, la deuxième serait une hormone de croissance ; quant au rôle des hormones stéroïdes, il est difficile à préciser. L'hormone chorionique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procreation/#i_10963

Pour citer l’article

Geneviève DI COSTANZO, « PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prolans-gonadotrophines-chorioniques/