Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TOBIN JAMES (1918-2002)

Né en 1918 à Champaign (Illinois, États-Unis) et mort le 11 mars 2002 à New Haven (Connecticut), James Tobin explique sa passion pour l'économie par le souvenir de la grande dépression qui l'a profondément marqué durant son enfance. D'où sa volonté de mettre la réflexion théorique au service de la politique économique afin de lutter contre la pauvreté par la croissance et le plein-emploi. Étudiant à l'université Harvard de 1935 à 1939, il y découvre l'œuvre de John Maynard Keynes. Il rejoint l'université de Yale, en 1950, où il fait toute sa carrière. En 1981, il est consacré par le prix Nobel de sciences économiques pour « son analyse des marchés financiers et ses relations avec les choix de dépenses, l'emploi, la production et les prix ». Tobin revendique son appartenance au courant dit du « keynésianisme de la synthèse » qui cherche à fondre l'analyse keynésienne du chômage involontaire sur la courte période et l'analyse néoclassique de la croissance sur la longue période, principalement représentée par Paul Samuelson et Robert Solow.

Au sein de ce courant, son originalité est d'avoir souligné l'importance de la monnaie et de la finance en proposant plusieurs modèles théoriques intégrant la sphère réelle et la sphère monétaire et financière de l'économie, ce que n'avaient pas fait les modèles keynésiens de son époque.

Un premier apport de Tobin consiste à reformuler la théorie keynésienne de la préférence pour la liquidité (Liquidity Preference as Behavior toward Risk, 1958). Keynes avait innové en 1936 en montrant qu'un agent économique pouvait détenir de la monnaie pour « un motif de spéculation », en fonction de l'incertitude, plus ou moins forte, concernant le taux d'intérêt et le prix des titres. Mais une limite tenait à ce que l'agent détenait son patrimoine soit sous forme de monnaie, soit sous forme de titres. En appliquant la théorie des portefeuilles financiers à la demande de monnaie, Tobin va rompre avec cette logique du tout ou rien, en montrant l'existence de portefeuilles diversifiés dans lesquels la monnaie constitue un actif dont le risque est nul et qui éventuellement rapporte un intérêt. Il développe ensuite une théorie du portefeuille optimal (The Theory of Portfolio Selection, 1965), où il établit ce qui deviendra le « théorème de la séparation » de Tobin : l'investisseur choisit de détenir une part plus ou moins importante de son portefeuille en monnaie en fonction de son aversion pour le risque, sans que la composition de son portefeuille en actifs plus ou moins risqués en soit affectée. Cet enrichissement de la théorie keynésienne est obtenu au prix de l'effacement du concept originel de Keynes concernant l'incertitude, réduit par mathématisation au rang de risque, de calcul de probabilité, tandis que le motif de spéculation se transforme en motif de précaution, ce qui révèle toute l'ambiguïté des progrès accomplis par le keynésianisme de la synthèse.

Le deuxième apport de Tobin concerne l'extension de cette théorie du portefeuille à la théorie de l'investissement productif, en prenant en compte les actifs productifs. Tobin innove en définissant un ratio qui deviendra célèbre sous le nom de « q de Tobin » (A General Equilibrium Approach to Monetary Theory, 1969, Asset Markets and the Cost of Capital, 1977) et qui réalise l'intégration entre les secteurs financier et productif de l'économie. Ce ratio rapporte, au numérateur, l'évaluation d'une entreprise par la bourse au coût de remplacement du capital, au dénominateur. Un q > 1 signifie que les biens d'équipement neufs coûtent moins cher que les biens d'équipement existants, et l'on procédera à un investissement productif, et réciproquement. Le q de Tobin[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université-Paris Nord

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture

    • Écrit par Gunther CAPELLE-BLANCARD
    • 1 399 mots

    James Tobin (1918-2002) est aujourd’hui d’abord connu comme un macro-économiste de premier plan et comme le père de la fameuse taxe, qui porte son nom, visant à pénaliser la spéculation financière. Mais son prix Nobel, obtenu en 1981, récompense avant tout ses travaux en économie financière,...

  • IMPÔT - Politique fiscale

    • Écrit par Jean-Marie MONNIER
    • 7 301 mots
    • 1 média
    ...en difficulté, ou d'actions spécifiques telles que l'achat de médicaments coûteux. La proposition la plus connue est la taxe suggérée en 1972 par James Tobin dont l'objectif principal est de lutter contre la spéculation internationale sur les transactions de change. Cette taxe frapperait celles-ci...
  • INVESTISSEMENT

    • Écrit par Richard DUHAUTOIS, Patrick VILLIEU
    • 6 375 mots
    • 1 média
    James Tobin (1969) reprend l'idée de Keynes selon laquelle l'investissement est déterminé par la performance des marchés financiers. Il définit le ratio q comme le rapport entre la valeur de marché de l'entreprise et sa valeur comptable au coût de remplacement. Sous l'hypothèse d'un marché...
  • MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

    • Écrit par Patrick VILLIEU
    • 7 484 mots
    • 2 médias
    ...peuvent exercer un impact sur la croissance à long terme, mais le signe de cette relation n'est affirmé ni sur le plan théorique ni sur le plan empirique. Ainsi, selon Tobin (1969), l'effet inflationniste d'une expansion monétaire réduit le rendement réel des encaisses par rapport à celui du capital, et peut...
  • YELLEN JANET (1946- )

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 894 mots
    • 1 média
    ...ancêtres ont fui la Pologne et ses pogroms. En 1971, elle obtient un doctorat (Ph D) en économie à l’université Yale. Son directeur de thèse est James Tobin, le célèbre prix Nobel dont l’idée de taxe sur les transactions financières a alimenté et alimente encore débats et fantasmes. Tobin fait d’elle...

Voir aussi