TOBIN JAMES (1918-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1918 à Champaign (Illinois, États-Unis) et mort le 11 mars 2002 à New Haven (Connecticut), James Tobin explique sa passion pour l'économie par le souvenir de la grande dépression qui l'a profondément marqué durant son enfance. D'où sa volonté de mettre la réflexion théorique au service de la politique économique afin de lutter contre la pauvreté par la croissance et le plein-emploi. Étudiant à l'université Harvard de 1935 à 1939, il y découvre l'œuvre de John Maynard Keynes. Il rejoint l'université de Yale, en 1950, où il fait toute sa carrière. En 1981, il est consacré par le prix Nobel de sciences économiques pour « son analyse des marchés financiers et ses relations avec les choix de dépenses, l'emploi, la production et les prix ». Tobin revendique son appartenance au courant dit du « keynésianisme de la synthèse » qui cherche à fondre l'analyse keynésienne du chômage involontaire sur la courte période et l'analyse néoclassique de la croissance sur la longue période, principalement représentée par Paul Samuelson et Robert Solow.

Au sein de ce courant, son originalité est d'avoir souligné l'importance de la monnaie et de la finance en proposant plusieurs modèles théoriques intégrant la sphère réelle et la sphère monétaire et financière de l'économie, ce que n'avaient pas fait les modèles keynésiens de son époque.

Un premier apport de Tobin consiste à reformuler la théorie keynésienne de la préférence pour la liquidité (Liquidity Preference as Behavior toward Risk, 1958). Keynes avait innové en 1936 en montrant qu'un agent économique pouvait détenir de la monnaie pour « un motif de spéculation », en fonction de l'incertitude, plus ou moins forte, concernant le taux d'intérêt et le prix des titres. Mais une limite tenait à ce que l'agent détenait son patrimoine soit sous forme de monnaie, soit sous forme de titres. En appliquant la théorie des portefeuilles financiers à la demande de monnaie, Tobin va rompre avec cette logique [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université-Paris Nord

Classification


Autres références

«  TOBIN JAMES (1918-2002)  » est également traité dans :

LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 415 mots

James Tobin (1918-2002) est aujourd’hui d’abord connu comme un macro-économiste de premier plan et comme le père de la fameuse taxe, qui porte son nom, visant à pénaliser la spéculation financière. Mais son prix Nobel, obtenu en 1981, récompense avant tout ses travaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidity-preference-as-behavior-towards-risk/#i_82609

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives  »  : […] Même si l'aspiration à la stabilité et à la prévisibilité des règles fiscales est une donnée importante, la politique fiscale doit s'adapter aux transformations économiques et sociales. De nouveaux domaines s'ouvrent donc, mais ils présentent désormais la caractéristique commune de ne pouvoir être appréhendés autrement que dans un cadre internation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-politique-fiscale/#i_82609

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie du q de Tobin »  : […] James Tobin (1969) reprend l'idée de Keynes selon laquelle l'investissement est déterminé par la performance des marchés financiers. Il définit le ratio q comme le rapport entre la valeur de marché de l'entreprise et sa valeur comptable au coût de remplacement. Sous l'hypothèse d'un marché boursier parfait, la valeur de l'entreprise représente la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_82609

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 464 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expliquer la non-neutralité de la monnaie »  : […] Imaginons que la masse monétaire ne soit composée que de billets bleus de 20 euros et qu'elle soit également répartie au sein de la population. Imaginons que, au cours d'une nuit, ces billets deviennent rouges. On conviendra aisément qu'un tel changement de couleur n'exerce aucun effet sur l'activité économique. Imaginons désormais que ces billets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-theorie-economique-de-la-monnaie/#i_82609

YELLEN JANET (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Keynésienne et proche du parti démocrate »  : […] Pour Janet Yellen, souvent présentée, avec Angela Merkel, la chancelière allemande, comme l’une des deux femmes les plus puissantes de la planète, cette nomination est le couronnement d’une longue carrière d’économiste. Janet Yellen est née le 13 août 1946 à New York, dans une famille dont les ancêtres ont fui la Pologne et ses pogroms. En 1971, el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/janet-yellen/#i_82609

Pour citer l’article

Bruno JETIN, « TOBIN JAMES - (1918-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-tobin/