LEONTIEF WASSILY (1906-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant même sa disparition, à l'âge de quatre-vingt-treize ans à New York, ses pairs disaient de Wassily Leontief que c'était un sage, tant il était reconnu que sa pensée évoluait hors des dogmes et en toute indépendance, faisant de lui un « économiste complet » au sens défini par Keynes lui-même.

Né le 5 août 1906 à Saint-Pétersbourg, dans une famille bourgeoise, Wassily Leontief commence très jeune une formation théorique à l'université de cette ville qui prendra le nom de Leningrad en 1924. Il travaille entre 1921 et 1925 sur les tout premiers plans de l'économie soviétique avec des théoriciens tels que Probrajenski et Groman et réalise dès l'âge de dix-neuf ans une première version de son analyse des échanges interindustriels.

Il quitte l'U.R.S.S. en 1925 pour continuer ses études à l'université de Berlin, où il obtient un doctorat d'économie en 1928, sous la direction de Werner Sombart. Ce titre lui permet d'intégrer un groupe de recherche à l'Institut économique de l'université de Kiel, qu'il quitte en 1930 pour une mission d'un peu plus d'un an en Chine, au titre de conseiller économique du gouvernement de Nankin.

À la fin de cette mission, en 1931, il rejoint les États-Unis et travaille au National Bureau of Economic Research de Washington, avec W. C. Mitchell et Simon Kuznets (Prix Nobel 1971). Chargé de cours à l'université Harvard la même année avant d'y être nommé professeur en 1946, il enseigne dans cette institution jusqu'en 1975, dirige de 1946 à 1972 le Harvard Economic Research Project, avant de partir pour l'université de New York où il poursuit une brillante carrière, publiant d'innombrables articles et ouvrages et mettant son talent de « maître en méthodologie » au service de l'étude empirique des faits observés. Reconnu dans le monde entier, Wassily Leontief reçoit en 1973 le prix Nobel de sciences économiques pour « l'élaboration du modèle entrées-sorties et son application aux problèmes économiques importants ». C'est à Harvard qu'il développe dès les années 1930 ce « tableau input-output » dans des conditions qui feraient sourire aujourd'hui tellement les outils statistiques et les méthodes de calcul sont rudimentaires à l'époque. L'idée de mettre au point une représentation globale de l'économie à partir de ses échanges intersectoriels n'est pas nouvelle. En 1758, elle trouvait sa première traduction dans le célèbre Tableau économique publié par l'économiste français François Quesnay, ouvrage qui marqua le triomphe de l'école physiocratique.

Publié dans The Structure of American Economy en 1941, le tableau de Leontief est un modèle à double entrée qui relie les facteurs de production (input) à ce qui est produit (output) et permet une description détaillée des consommations intermédiaires des différents produits nécessaires à la production d'une branche. D'où l'idée de Leontief de calculer à partir de cette matrice des « coefficients techniques » (rapports entre la consommation intermédiaire d'une branche et la production de cette branche), coefficients qui seront abondamment utilisés par les planificateurs et les spécialistes de la comptabilité nationale. Ces coefficients ont notamment permis de mesurer les conséquences d'une modification de l'activité d'une branche (agriculture, industrie ou services) sur les autres, ou encore l'impact de variations de prix ou de quantités dans une branche sur l'ensemble de l'économie.

C'est en s'appuyant sur des matrices à double entrée de plus en plus complexes qu'il apporta une contribution importante à l'étude de la spécialisation internationale, plus connue sous le terme de « paradoxe de Leontief ».

En 1953, Wassily Leontief réalise en effet une étude empirique sur la production américaine et le commerce extérieur, et démontre que les États-Unis exportent des biens qui absorbent dans leur fabrication plus de travail et moins de capital qu'il n'en serait requis pour des produits importés. Les États-Unis disposant à l'époque d'une forte avance technologique sur le reste du monde, on aurait pu s'attendre à la constatation inverse : des exportations américaines de biens nécessitant surtout un fort investissement en capital et des importations où le facteur de production dominant est le travail. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LEONTIEF WASSILY (1906-1999)  » est également traité dans :

LA STRUCTURE DE L'ÉCONOMIE AMÉRICAINE, Wassily Leontief - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 044 mots

The Structure of American Economy, publié en 1941 (traduit en français en 1958 sous le titre La Structure de l'économie américaine, 1919-1939. Une application empirique de l'analyse de l'équilibre), fonde tout autant la théorie que l'application de ce que les économistes nomment l'analyse „input-output“. Wassily Le […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Deux difficultés »  : […] La théorie classique du commerce international, en particulier dans sa version factorielle qui vient d'être rappelée, a été confrontée à des observations empiriques inattendues. Le paradoxe de Leontief est la première. Le futur Prix Nobel cherche en 1953 à vérifier que le contenu en facteurs de production des échanges américains correspond à celui qui est prédit par la théorie, et donc que le comm […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre « Premières vérifications empiriques décevantes »  : […] Dans le modèle ricardien, les pays doivent exporter les biens auxquels est associée une productivité relativement élevée. Cette proposition peut être soumise à l'épreuve des faits. Bela Balassa a par exemple montré, en 1963, en utilisant des données de 1951, que les différences sectorielles de productivité entre les États-Unis et la Grande-Bretagne étaient liées à leurs performances à l'exportatio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « LEONTIEF WASSILY - (1906-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wassily-leontief/