DEBREU GÉRARD (1921-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disparu le 31 décembre 2004, Gérard Debreu fut le premier économiste français à recevoir le prix Nobel, en 1983, pour ses travaux sur la théorie de l'équilibre général, cinq ans avant celui qui fut son maître dans la discipline, Maurice Allais.

Issu d'une famille d'industriels fabriquant de la dentelle, il est né le 4 juillet 1921 à Calais, où il commence ses études secondaires. Il les termine aux lycées d'Ambert (Puy-de-Dôme) et de Grenoble et, dès l'âge de vingt ans, il est admis à l'École normale supérieure à Paris. Il intègre très vite le groupe Nicolas Bourbaki, pseudonyme collectif de jeunes professeurs passionnés de mathématiques.

En 1944, formé dans une école d'officiers en Algérie, le jeune homme abandonne quelque temps ses études pour s'engager dans les Forces françaises libres et servir, après le débarquement des Alliés en Normandie en 1944, dans l'armée d'occupation de l'Allemagne vaincue. Il obtient son agrégation de mathématiques pendant l'hiver de 1946, et devient attaché de recherche au Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.). Il y rencontre Maurice Allais qui l'initie à la théorie de l'équilibre général, et se tourne vers l'économie après avoir lu l'ouvrage de son maître, À la recherche d'une discipline économique (1943). À la suite d'un tirage au sort entre son ancien condisciple à Normale Marcel Boiteux, futur président d'E.D.F. et lui-même, il décroche une bourse de recherche de la fondation américaine Rockefeller et part étudier pendant deux ans (1948-1950) dans les plus prestigieuses universités : Harvard, Berkeley, Chicago, Columbia, Uppsala (Suède) et Oslo (Norvège).

Gérard Debreu émigre aux États-Unis en 1950 et obtient un poste de chercheur (1950-1955) à la Cowles Commission for Research in Economics, l'un des plus fameux laboratoires de recherche de l'université de Chicago. Alors qu'il est professeur associé à Yale (1955-1961), il revient en France en juin 1956 pour soutenir un doctorat de mathématiques et appliquer toute la rigueur de cette [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEBREU GÉRARD (1921-2004)  » est également traité dans :

THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard Debreu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 981 mots

Théorie de la valeur de Gérard Debreu, publiée en 1959, s'inscrit dans le cadre de la théorie de l'équilibre général, théorie de référence en économie qui se propose d'étudier l'interaction d'individus dont les décisions sont supposées indépendantes. Caractérisé par son formalisme et la grande concision […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-valeur/#i_92368

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-joseph-arrow/#i_92368

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Économie et idéologie »  : […] Le désir de prouver que la science économique serait différente des autres sciences humaines et sociales, parce qu'elle peut être mise sous forme mathématique conduit aussi à des aberrations. C'est ainsi que la théorie actuellement dominante sur la formation des prix a été à l'origine proposée dans les années 1870 par Léon Walras, qui cherchait su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_92368

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

La science économique est loin d'être une science exacte, tant les divisions des économistes sont notoires et tant leurs prévisions font l'objet de contestations et de révisions. Par ailleurs, si la science économique évolue, on ne peut guère la créditer de déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_92368

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « Le cœur »  : […] L'un des principaux inconvénients de la solution de von Neumann et Morgenstern est que ses imputations peuvent être elles-mêmes dominées et donc, d'une certaine façon, « non stables ». D'où l'idée d'introduire une nouvelle condition, qui consiste à exclure les imputations dominées, et à définir ainsi un nouveau concept de solution : le cœur . Celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-jeux/#i_92368

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à ses disciples la loi d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_92368

MICROÉCONOMIE - Théorie de l'équilibre général

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 1 682 mots

La théorie de l'équilibre général étudie l'allocation des ressources dans le cadre d'une économie de marché où règne la concurrence parfaite. Elle met en lumière la manière dont les marchés et les prix assurent la coordination des activités économiques. Se trouve ainsi formalisée l'idée avancée en 1776 par Adam Smith dans La Richesse des nations , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-de-l-equilibre-general/#i_92368

VALEUR, économie

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 1 271 mots

Dans le chapitre « De la théorie de la valeur à celle des prix »  : […] Le problème du fondement et de la mesure de la valeur est aujourd'hui sorti des théories économiques. L'analyse de la valeur d'un bien se réduit à celle de sa forme phénoménale, c'est-à-dire de son prix effectif observable dans l'échange. L'économiste cherche alors plus particulièrement à établir les lois de variations des prix, prix censés résult […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-economie/#i_92368

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « DEBREU GÉRARD - (1921-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-debreu/