PRAGMATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pragmatisme, théorie de la vérité ou théorie de la signification ?

Le pragmatisme est-il essentiellement une théorie de la vérité ? Il l'est certainement pour James. On n'a pas pris garde cependant que ce dernier est surtout préoccupé du statut des « vérités établies ». S'il y a vérification, ou plutôt « validation » comme le dit James – et le choix du mot est suggestif –, cette opération a une fonction de validation rétrospective : « La vérité vit à crédit. » « Nos pensées et nos croyances, poursuit James, « passent » comme monnaie ayant cours tant que rien ne les fait refuser, exactement comme les billets de banque tant que personne ne les refuse. Mais tout ceci sous-entend des vérifications, expressément faites quelque part, des confrontations directes avec les faits, sans quoi tout notre édifice de vérités s'écroule, comme s'écroulerait un système financier à la base duquel manquerait toute réserve métallique. Vous acceptez ma vérification pour une chose, et moi j'accepte pour une autre votre vérification. Il se fait entre nous un trafic de vérités. Mais il y a des croyances qui, vérifiées par quelqu'un, servent d'assises à toute la superstructure. » Bien que la métaphore s'expose à la critique intellectualiste, le sens en est clair : les vérités sont des croyances. Or toutes les croyances ou vérités n'ont pas à être vérifiées, même rétrospectivement, selon James. Il est des croyances ou vérités auxquelles la seule « volonté de croire » suffit, ce sont des « options obligées ». En fin de compte, la vérification ne serait nécessaire que pour les options indifférentes : là « où n'existe aucune option obligée, nous devrions prendre pour idéal l'intelligence qui juge sans passion et qui du moins nous sauve en tout cas de l'erreur ». À cette conception s'oppose Peirce : « Une conclusion vraie resterait vraie si nous n'avions aucune propension à l'accepter, et la fausse resterait fausse bien que nous ne puissions résister à la tendance d'y croire. »

Tout essai de comprendre le pragmatisme à partir des écrits de James est voué à l'échec. James s'appropria le principe du pragmatisme de Peirce pour défendre un ensemble de vérités et de croyances obtenues par une méthode qui n'était pas pragmatiste. Le pragmatisme ne s'intéresse pas à la vérité en tant que telle, ni au sens des vérités acquises, ni même au sens d'aboutissement ou de couronnement de la vérification. Une idée vérifiée, devenue vraie, marque la fin d'une recherche. Elle libère la pensée pour d'autres tâches, pour d'autres recherches. John Dewey préfère appeler l'expression de cette étape dernière d'une recherche donnée « l'assertion garantie » ou, en parlant abstraitement, en dehors d'une recherche déterminée, en tant qu'il s'agit d'un objet logique, « l'assertibilité garantie ».

La question que se pose le pragmatiste est celle du sens des mots et des choses. Ici encore l'interprétation de James est fautive. Le principe de Peirce ne tend pas premièrement, comme le pense James, « à faire disparaître les incompréhensions et à apporter la paix », bien que c'en puisse être parfois le résultat pratique. Il est le moyen que Peirce propose à Descartes, en lieu et place de l'intuition, pour distinguer les idées qui sont réellement claires de celles qui le paraissent seulement. Que veut-on dire quand on dit qu'un objet est dur ? L'intuition ne peut être le recours ultime pour décider du sens de l'idée de dureté. Seule l'action pourra nous le révéler et le justifier en même temps. Est dur l'objet qui n'est pas rayé par un grand nombre d'objets que, par contre, il raie. « Il n'y a pas de nuance de signification assez fine pour ne pouvoir produire une différence dans la pratique », dit Peirce. Et, par pratique, il entend la mise à l'épreuve de l'idée dans tous les sens de l'expression « mise à l'épreuve ». Ce peut être aussi bien une vérification purement mentale d'ordre mathématique (quand, par exemple, un théorème est déduit d'un ensemble d'axiomes et de théorèmes démontrés) qu'une vérification nécessitant en laboratoire la construction d'un appareillage extrêmement complexe et fort éloigné du réel, ou qu'une vérification prosaïquement empirique comme celle dont se contente le concept de dureté, ou encore qu'une vérification engageant la conduite de l'homme, morale, religieuse, politique. « Le pragmatisme, écrit Peirce, ne propose pas, en tant que tel, une doctrine métaphysique, ni ne tente de déterminer la vérité des choses. Ce n'est qu'une méthode pour décider de la signification de mots difficiles et de concepts abstraits. »

La signification d'un concept n'est pas une chose. La signification d'un concept est un autre concept dans un système de concepts. Bien loin d'être anti-intellectualiste, le pragmatisme soutient une théorie rationaliste expérimentale de la signification. Cette théorie, que Dewey emprunte à Peirce et développe dans sa Logique, est admise aujourd'hui en Amérique au niveau de l'expression tout au moins. On y distingue le signe et le symbole qui sont les supports du sens et de la signification. Le signe-sens renvoie au monde des choses : il désigne. Le symbole-signification renvoie, dans l'univers des symboles-significations, à d'autres symboles-significations : il signifie. Ainsi, pour prendre un exemple simple, des nuages de forme, de grandeur et de couleur déterminées sont des signes de pluie, mais les noms qui les désignent, les concepts par lesquels nous les pensons sont des symboles-significations grâce auxquels les nuages ont le sens qu'ils ont, parce qu'ils sont liés dans l'univers des symboles-significations à ces symboles-significations que sont les différences de température et de pression, la rotation de la terre, les lois du mouvement, etc. Par inférence purement empirique, le paysan peut prévoir qu'il va pleuvoir. Le météorologiste ne peut se contenter de cette inférence. Il lui faut passer par une étape déductive où des symboles-significations impliquent d'autres symboles-significations. Ce jeu des signes et des symboles, des sens et des significations dessine des figures diverses : au rapport des signes-sens, Dewey donne le nom de connexion ; à celui des symboles-significations, le nom de relation ; au mouvement des symboles-significations par lequel, visant le monde des choses, les symboles-significations deviennent des signes-sens, le nom de référence. L'induction ou inférence et la déduction ou implication acquièrent un nouveau statut logique. Dewey distingue deux sortes de généralités, comme le faisait Peirce : la généralité générique et la généralité universelle que Peirce appelait respectivement « le géné [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie à l'université de Perpignan, secrétaire général de l'Association internationale de sémiotique

Classification

Autres références

«  PRAGMATISME  » est également traité dans :

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Les valeurs liées à l'expérience »  : […] On trouve dans les Essays on Truth and Reality toute une polémique, dirigée, d'une part, contre James, d'autre part, contre Russell ; ni le pragmatisme ni l' empirisme radical ne peuvent contenter Bradley. Il montre les ambiguïtés du pragmatisme. Si l'on parle d'expérience immédiate, que fait-on des expériences passées et des expériences à venir ? Aucun des deux philosophes, ni James ni Russell, […] Lire la suite

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Philosophe américain, professeur à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : Making It Explicit : Reasoning, Representing, and Discur […] Lire la suite

COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 908 mots

Né à Marseille le 22 mai 1944, fils d’émigrés italiens, Jean-Pierre Cometti a d’abord été un guitariste de jazz. Il entreprend assez tardivement des études de philosophie, avant d’enseigner dans des lycées, en France, notamment à Millau, et surtout à l’étranger, au Maroc, en Allemagne et à La Haye. En 1992, il intègre l’enseignement supérieur à l’université d’Aix-Marseille où il enseigne l’esthéti […] Lire la suite

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

La vie et l'œuvre de John Dewey sont étroitement liées à l'histoire intellectuelle, sociale et politique américaine de la première moitié du xx e  siècle. Auteur d'une œuvre immense, par ses idées, ses initiatives et ses engagements, Dewey, né le 20 octobre 1859 à Burlington, a joué un rôle prépondérant dans des domaines aussi divers que la philosophie, la pédagogie, les sciences sociales et le dé […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cela ne prouve pas qu'elle dérive toute de l'expér […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Liée à un sujet, l'expérience fait d'abord problème parce que la subjectivité qui est censée l'éprouver risque d'être labile, de se dérober et de faire défaut. C'est ce que révèle déjà l'étymologie allemande : Erfährung contient le verbe fahren , « voyager ». Ainsi que l'a formulé le musicologue Carl Dahlhaus, s'il est normal que l'interprète désireux d'émouvoir son public soit lui-même ému (ce […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « L'intelligence de la foi »  : […] Le 16 avril 1905, le philosophe Édouard Leroy avait publié dans les Cahiers de la Quinzaine un article intitulé : « Qu'est-ce qu'un dogme ? » Cet article engendra des controverses qui jouèrent un rôle central au cours de la crise moderniste. En 1907, sous le titre « Dogme et critique », l'auteur publiait de nouveau cet article en le faisant suivre de ses réponses aux objections. Étant donné qu' […] Lire la suite

JAMES WILLIAM (1842-1910)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 1 434 mots

Psychologue nord-américain, philosophe, leader du mouvement connu sous le nom de pragmatisme, William James était le fils d'Henry James, le disciple de Swedenborg, et le frère aîné d'Henry James, romancier célèbre, renommé pour la finesse de ses analyses psychologiques et de son style. Les aïeux de James étaient des émigrants irlandais enrichis. Ses grands-parents étaient des agriculteurs ou des c […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vers une « philosophie de l'esprit » »  : […] Dans les années 1990, au sein de la philosophie analytique, le paradigme dominant a ainsi été diversement abandonné, et le « tournant linguistique » a débouché sur un « tournant cognitif ». Au prix d'un renversement qui permet de se demander, comme l'a suggéré Pascal Engel, si la « philosophie de l'esprit » n'est pas un autre nom pour la « philosophie du langage » poursuivie par d'autres moyens, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-14 mai 2010 Vatican – Portugal. Visite du pape Benoît XVI au Portugal

pragmatisme économique qui fait abstraction de la réalité de l'homme ». Il dénonce l'avortement, légalisé au Portugal en juillet 2007, et le mariage homosexuel, qui est sur le point de l'être. Il s'en prend également aux « hommes politiques », aux « intellectuels » et aux « professionnels de la communication », « honteux de leur foi, qui prêtent leurs […] Lire la suite

10-25 juillet 2007 Libye – France. Libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien emprisonnés

pragmatisme » dans les relations internationales. Le 25, le président Sarkozy se rend en visite officielle à Tripoli, où il signe avec son homologue, le président Kadhafi, plusieurs protocoles d'accord, notamment en matière d'armement et de nucléaire civil.  […] Lire la suite

2-16 juillet 1998 France. Régularisation des sans-papiers

pragmatisme », en faveur de la régularisation de tous les sans-papiers, du renforcement des contrôles aux frontières et de l'instauration de quotas d'immigration avantageant les ressortissants des anciennes colonies françaises. Le 16 également, après avoir conclu un accord avec le ministère de l'Intérieur sur l'assouplissement de l'application des  […] Lire la suite

24 août 1992 Chine – Corée du Sud. Normalisation des relations diplomatiques

pragmatisme et l'intérêt économique. Elle constitue un sérieux revers pour le régime communiste de la Corée du Nord, dont la Chine est l'un des derniers soutiens, comme pour Taïwan, elle aussi en voie d'isolement diplomatique. L'île nationaliste décide de rompre ses relations avec la Corée du Sud.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard DELEDALLE, « PRAGMATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/