POMPÉE, lat. CNEIUS POMPEIUS MAGNUS (106-48 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général et homme d'État romain qui, au même titre que César et Alexandre le Grand, figure dans la Vie des hommes illustres de Plutarque. Héros malheureux de la guerre civile qui devait mettre un terme à la République romaine, concurrent malchanceux de César, Pompée est le représentant le plus illustre du parti sénatorial qui refuse la déchéance d'un régime dont Rome a su tirer gloire et profit. C'est aux côtés de son père Pompeius Strabo qu'il sert dans l'armée au cours de la guerre sociale en ~ 89. Sa carrière est marquée pendant longtemps par la chance et l'audace. Il est le premier dans l'histoire de la Rome antique à lever de lui-même une armée de trois légions pour venir en aide à Sylla. Il est le premier à avoir été salué du titre d'imperator, qui n'était jusqu'alors porté que par des généraux ayant exercé un commandement en chef. Il est le seul Romain en qui le soupçonneux Sylla ait confiance au point de lui décerner le titre de Magnus (Grand) après ses succès sur les partisans de Marius en Sicile, en Cisalpine, en Afrique, puis en Italie et en Espagne. Il achève ensuite la guerre contre Sertorius, met un terme, dans un bain de sang et par la crucifixion de six mille esclaves, à la révolte de Spartacus. Pompée a un secret : il entreprend toujours les guerres à demi terminées par d'autres et s'octroie le succès final, étouffant du même coup le renom des généraux qui y ont contribué. En ~ 70, le voici donc sur la voie triomphale qui mène au Capitole et revêtu de la dignité consulaire. Pourtant, il trouve en face de lui le riche et ambitieux Crassus. Il rompt alors avec le parti aristocratique et devient un héros populaire que ses victoires ont rendu presque légendaire. Menant une habile politique de bascule, il rend aux tribuns tous les pouvoirs que Sylla leur avait enlevés et confie aux chevaliers, représentants de la bourgeoisie d'affaires, la puissance judiciaire. Il se constitue ainsi une clientèle électorale puissante. La faveur dont il jouit lui permet de recevoir le commandement de la guerre contre les pirates de la Méditerranée et des moyens militaires considérables. En ~ 67, grâce à sa célérité, la Méditerranée devient une mer pacifique, la Mare nostrum des Romains. Adulé, presque idolâtré, il est chargé en ~ 66 d'écraser l'armée de Mithridate déjà fort malmenée par Lucullus : une fois encore, il retire pour lui seul le bénéfice de la victoire. La mort inattendue de Mithridate parachève l'extraordinaire chance que Pompée sait saisir. Rentré à Brindes, il licencie sur-le-champ son armée et se rend aussitôt à Rome en janvier ~ 61. Cependant, le Sénat romain se méfie de ce général trop populaire et refuse de ratifier les actes de son proconsulat en Asie. On lui accorde, certes, le triomphe, mais seulement les 28 et 29 septembre ~ 61, après huit mois d'attente. Pompée cherche alors des alliés et les trouve en la personne de Crassus et de César. Tous trois forment le premier triumvirat ; ils renouvellent cette alliance en ~ 56 et se partageront alors le monde romain. L'Afrique et l'Espagne échoient à Pompée, l'Asie à Crassus et la conquête de la Gaule à César. Pendant dix ans, Pompée tente de conserver une influence politique à Rome, et la mort de Crassus à Carrhes, en ~ 53, laisse face à face Pompée et César. C'est en vain que Pompée cherche l'alliance du parti sénatorial livré aux factions et prétend, avec une folle présomption, qu'« il n'aurait qu'à frapper l'Italie du pied pour en faire sortir des légions » ; la rupture est consommée lorsque César franchit le Rubicon en ~ 49. Pompée court de défaites en désastres et commet l'erreur de passer en Grèce. À Pharsale en ~ 48, il est vaincu définitivement et fait voile vers l'Égypte, où il est assassiné par le roi Ptolémée XIII, frère de Cléopâtre, le 29 septembre de la même année. Sa tête tranchée est portée à César, lorsque celui-ci arrive en Égypte, et le dictateur aurait versé quelques larmes sur le sort de celui dont il n'avait plus rien à craindre.

Statue de Pompée, Ier siècle avant J.-C.

Photographie : Statue de Pompée, Ier siècle avant J.-C.

Après avoir conquis puis organisé l'Orient romain, Pompée rentre à Rome en vainqueur. Il commande la construction sur le Champs de Mars d'un vaste complexe composé d'un théâtre, d'un temple, d'un portique et de jardins. Il se fait également représenter dans la nudité héroïque.... 

Crédits : Andrea Jemolo/ Electa / Mondadori Portfolio/ Getty Images

Afficher

Velleius Paterculus a tracé de Pompée un portrait moral flatteur et sans doute proche de la vérité. Il a insisté sur sa majesté, sur la sincérité de ses sentiments amicaux, sur sa faculté de ne jamais outrepasser ses droits légiti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  POMPÉE, lat. CNEIUS POMPEIUS MAGNUS (106-48 av. J.-C.)  » est également traité dans :

POMPÉE CONQUIERT L'ORIENT

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

Les opérations militaires conduites en Méditerranée dans les années 60 avant notre ère permettent de constituer l'Orient romain et portent Pompée au faîte de sa puissance. Depuis — 67, Pompée détient un commandement extraordinaire sur toute la Méditerranée, alors infestée de pirates. La sécurité des mers rétablie, il se fait attribuer des pouvoirs supplémentaires qui lui confèrent la conduite de l […] Lire la suite

POMPÉE ET L'ORIENT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 442 mots

— 133 Le roi Attale III de Pergame lègue son royaume à Rome ; création de la province d'Asie.— 88-— 84 Première guerre de Rome contre Mithridate : Mithridate VI Eupator, roi du Pont, envahit la province romaine d'Asie et fait massacrer tous les citoyens romains […] Lire la suite

CÉSAR (101-44 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET, 
  • Michel RAMBAUD
  •  • 7 691 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Caius Julius Caesar (en français Jules César) est né à Rome, sans doute en juillet 101 avant J.-C., d'une famille patricienne qui prétendait descendre de Iulus, fils d'Énée, et par là même de Vénus. Cette famille pourtant n'appartenait pas au cercle des très grandes dynasties ; elle n'apparaît en pleine lumière qu'à la fin du iii e  siècle : l'arrière-grand-père de César avait été consul en 157, s […] Lire la suite

CÉSAR FRANCHIT LE RUBICON

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

Le franchissement du Rubicon par César marque le début de la guerre civile qui va l'opposer à Pompée. En janvier — 49, le commandement de César en Gaule expire. Afin d'éviter de se retrouver sans magistrature, ce qui le livrerait sans armes à ses ennemis, celui-ci demande une prorogation de son commandement, afin de pouvoir exercer le consulat dans la continuité ; mais Pompée et les intransigeants […] Lire la suite

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Défenseur de la légalité »  : […] En 77, il épouse Terentia, d'une famille de la noblesse, et aborde la carrière des honneurs. Il est élu questeur en 76, à l'âge légal, et exerce cette magistrature en Sicile : c'est le début d'une magnifique carrière d'homme nouveau, qui doit l'essentiel de sa réussite au mérite personnel et non au jeu des clientèles. Le parti démocratique, décimé et battu depuis 82, mais soutenu par une partie d […] Lire la suite

CLÉOPÂTRE (69-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 570 mots

Dans le chapitre « Le royaume lagide à l'avènement de Cléopâtre »  : […] Les efforts désespérés de Cléopâtre VII pour maintenir intact le royaume lagide ne s'expliquent que replacés dans le cadre de l'Égypte, lors de son accession au trône en mars 51. On a pu dire que « du vieux monde hellénistique l'organisation pompéienne de l'Orient ne laissait subsister que le royaume ptolémaïque ». Mais les Lagides vivent en sursis, menacés par les querelles dynastiques et par le […] Lire la suite

CRASSUS, lat. MARCUS LICINIUS (114-53 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Homme politique et général romain, né vers 115 av. J.-C., mort en 53 av. J.-C. Crassus s'enfuit de Rome quand Caius Marius reprend possession de la ville, en 87 av. J.-C. Pendant la guerre civile (83-82) qui oppose les partisans de Marius (mort en 86) à Sylla, il combat aux côtés de ce dernier et retourne à Rome avec lui pour l'aider à s'emparer du pouvoir, en 82. L'adversité entre Pompée et Cr […] Lire la suite

MARSEILLE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 4 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quand César assiégeait Marseille »  : […] L'ambition de César brisa tout. Le héros de la guerre des Gaules franchit le Rubicon en janvier 49 et marche sur Rome contre Pompée qui s'enfuit en Grèce. Il s'empare de la ville, conquiert l'Italie en deux mois et va occuper l'Espagne qui soutient son rival. Sur son chemin se trouve Marseille. La cité manifeste son désir de rester neutre ; elle a honoré également du titre de patron les deux adver […] Lire la suite

MITHRIDATE VI EUPATOR (132-63 av. J.-C.) roi du Pont

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 1 956 mots

Dans le chapitre « La troisième guerre mithridatique (74-63 av. J.-C.) »  : […] Mithridate comptait sur l'aide du roi d'Arménie, Tigrane, et sur celle du marianiste Sertorius qui, en Espagne, résistait toujours. Au printemps de 74 av. J.-C., il envahit la Bithynie, enferma dans Chalcédoine le consul Cotta et assiégea Cyzique. L'autre consul, Lucius Lucullus, bloqua et affama les assiégeants, contraignant Mithridate à lever le siège au printemps suivant, après de très lourdes […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'indépendance de la Judée asmonéenne (129-63 av. J.-C.) »  : […] Alors, de 129 à 64 – année où Pompée transformera la Syrie en province romaine, après avoir prononcé la déchéance du dernier des Séleucides –, les prétendants au trône de cette dynastie, s'usant en luttes fratricides, seront incapables de contrôler la Palestine. Les querelles entre les Lagides empêcheront également l'Égypte d'intervenir efficacement, avant longtemps, dans ce pays. Grâce à cela, l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « POMPÉE, lat. CNEIUS POMPEIUS MAGNUS (106-48 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pompee-lat-cneius-pompeius-magnus/