CRASSUS, lat. MARCUS LICINIUS (114-53 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique et général romain, né vers 115 av. J.-C., mort en 53 av. J.-C.

Crassus s'enfuit de Rome quand Caius Marius reprend possession de la ville, en 87 av. J.-C. Pendant la guerre civile (83-82) qui oppose les partisans de Marius (mort en 86) à Sylla, il combat aux côtés de ce dernier et retourne à Rome avec lui pour l'aider à s'emparer du pouvoir, en 82. L'adversité entre Pompée et Crassus est probablement le fruit de la nette préférence que Sylla accorde à Pompée pendant ces années-là. Élu préteur vers 73, Crassus écrase la révolte des esclaves conduite par le gladiateur Spartacus en 72-71, bien que Pompée parvienne à en recueillir les honneurs. Crassus et Pompée s'allient néanmoins pour que le Sénat les élisent consuls, fonction dont ils useront à partir de 70 pour démanteler la constitution syllanienne.

Dans les années 60, tandis que Pompée multiplie les victoires militaires à l'étranger, Crassus se constitue une base de soutien politique à Rome. Nommé censeur en 65, il utilise ses vastes richesses – en grande partie acquises par la vente des biens confisqués pendant la dictature de Sylla – pour financer les sénateurs endettés. C'est d'ailleurs ainsi que Jules César se débarrassera de ses dettes en 62.

En 60, Crassus s'allie à Pompée et à César pour former le premier triumvirat, qui a pour but de miner le pouvoir du Sénat romain. Crassus, quant à lui, espère que cette coalition informelle lui permettra aussi de faire passer des lois favorables aux affaires qu'il mène en Orient. Entre 58 et 56, il cherche à saper le pouvoir de Pompée. Mais les deux triumvirs renouvellent leur entente avec César en 56, lors d'une rencontre à Lucques (Étrurie). L'année suivante, Crassus et Pompée sont de nouveau consuls. Proconsul de Syrie en 54, en quête de gloire militaire, Crassus se lance dans l'invasion incertaine des terres parthes, en Mésopotamie. Il sera vaincu et tué par les Parthes lors de la bataille de Carrhes (Carrhae, auj. Harran), dans le désert à l'est de l'Euphrate. Sa mort ouvrira la voie à la guerre civile qui opposera César à Pompée (49-45).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CRASSUS, lat. MARCUS LICINIUS (114-53 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CARRHES BATAILLE DE (53 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 352 mots

Cette bataille met fin à l'invasion romaine de la Mésopotamie par le triumvir Marcus Licinius Crassus, proconsul de Syrie. La guerre est précipitée par Crassus, qui brûle d'égaler en réputation militaire les deux autres triumvirs, Pompée et César. Avec sept légions (environ 44 000 hommes) mais une cavalerie insuffisante, il envahit la Mésopotamie, domaine du roi parthe Orodès défendu par un seigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-carrhes-53-av-j-c/#i_6516

CÉSAR (101-44 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET, 
  • Michel RAMBAUD
  •  • 7 689 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Caius Julius Caesar (en français Jules César) est né à Rome, sans doute en juillet 101 avant J.-C., d'une famille patricienne qui prétendait descendre de Iulus, fils d'Énée, et par là même de Vénus. Cette famille pourtant n'appartenait pas au cercle des très grandes dynasties ; elle n'apparaît en pleine lumière qu'à la fin du iii e  siècle : l'arr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar/#i_6516

GUERRE DE SPARTACUS, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 252 mots

La guerre de Spartacus constitue, avec les deux révoltes de Sicile qui l'ont précédée, la plus importante insurrection servile de toute l'Antiquité. Déclenchée en — 73 par l'évasion de soixante-dix esclaves d'une école de gladiateurs de Capoue, elle prend de l'ampleur lorsque les fuyards battent, au pied du Vésuve, les faibles troupes qui tentaient de les assiéger. Cette victoire leur permet de se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-spartacus-en-bref/#i_6516

POMPÉE, lat. CNEIUS POMPEIUS MAGNUS (106-48 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Général et homme d'État romain qui, au même titre que César et Alexandre le Grand, figure dans la Vie des hommes illustres de Plutarque. Héros malheureux de la guerre civile qui devait mettre un terme à la République romaine, concurrent malchanceux de César, Pompée est le représentant le plus illustre du parti sénatorial qui refuse la déchéance d'un régime dont Rome a su tir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompee-lat-cneius-pompeius-magnus/#i_6516

RÉVOLTES SERVILES DANS L'ANTIQUITÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 302 mots

— 501 À Rome, des esclaves révoltés occupent le Capitole ; ils sont crucifiés. — 139-— 132 Première guerre servile de Sicile durant laquelle, sous la conduite du Syrien Eunous, les insurgés battent successivement quatre préteurs romains et forment un État sur le modèle des monarchies hellénistiques ; ils sont finalement écrasés. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revoltes-serviles-dans-l-antiquite-reperes-chronologiques/#i_6516

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pompée et César »  : […] Une série de révoltes extérieures entraînent de nouvelles expéditions militaires, et les généraux vont se disputer la gloire du succès pour acquérir le prestige nécessaire à l'instauration de leur pouvoir et de leur domination. Un partisan de Marius, Sertorius, organise un pseudo-gouvernement et s'appuie sur le mécontentement des populations guerrières d'Espagne. Une révolte servile, dirigée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_6516

ROME, L'AGONIE DE LA RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 418 mots

— 60 Premier triumvirat : accord privé entre les trois hommes forts de Rome, César, Pompée et Crassus, afin de se partager le pouvoir contre le Sénat. — 59 Consulat de César, qui s'achève par l'attribution, pour lui, d'un grand commandement proconsulaire, d'une durée de cinq ans, en Gaule. — 55 Renouvellement, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-l-agonie-de-la-republique-reperes-chronologiques/#i_6516

SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 250 mots

Dans le chapitre « Crassus et la fin de Spartacus »  : […] À Rome, de plus en plus isolée dans une Italie où des dizaines de milliers d'esclaves révoltés réduisaient à néant toute sécurité, l'angoisse, la peur de la famine montaient. Le Sénat destitua les consuls de leur commandement et confia un imperium absolu au préteur Crassus, magnat richissime qui n'avait cessé d'accroître son immense fortune dans des tractations peu honnêtes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spartacus/#i_6516

TRIUMVIRAT PREMIER (60-53 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 300 mots

Face au sénat qui représente à Rome la légitimité républicaine se dressent à la fin de la première moitié du ~ i er  siècle trois hommes : Pompée, Crassus et César. Le premier s'est distingué par de brillantes campagnes contre Sertorius, contre les pirates, contre Mithridate et par des campagnes en Syrie. Le second a mené la guerre d'extermination […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-triumvirat/#i_6516

Pour citer l’article

« CRASSUS, lat. MARCUS LICINIUS (114-53 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/crassus-lat-marcus-licinius/