POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les changements structurels

Les changements les plus lourds de conséquences se situent cependant à un autre niveau. Ils concernent la place de la police et de la gendarmerie nationales par rapport à d’autres acteurs de la sécurité, ainsi que leurs relations mutuelles.

De nouveaux acteurs : polices municipales et sécurité privée

Depuis les années 1980, on a assisté à la résurgence des polices municipales et au développement de la sécurité privée, selon des chronologies parallèles, en trois temps : celui de la controverse (décennie de 1980), puis celui de la reconnaissance (décennie de 1990) et, finalement, celui de la coopération avec les polices d’État.

La loi de 1941 sur l’étatisation des polices des villes de plus de dix mille habitants n’avait laissé subsister que des lambeaux de police municipale dans les petites villes et les campagnes. Le déclin des gardes champêtres s’est poursuivi : alors qu’ils étaient vingt mille en 1950, ils n’étaient plus que mille huit cents en 2009. Au contraire, après une longue stagnation, les policiers municipaux, qui n’étaient plus que trois mille en 1960, voient leurs effectifs atteindre près de vingt mille agents dans les années 2010, soit environ 10 p. 100 des policiers et gendarmes en uniforme, et ils sont désormais présents dans près d’une commune sur dix. Toutefois, seules une dizaine de villes disposent de plus de cent policiers municipaux. Quatre régions se taillent la part du lion : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie.

Cette montée en puissance, toute relative, des polices municipales a d’abord été très controversée, tant la conception régalienne de la fonction policière s’était imposée dans les esprits, frappant d’illégitimité toute intervention communale dans ce domaine, d’autant que les premières initiatives avaient été prises au début des années 1980 par des municipalités de droite, pour pallier les carences réelles ou alléguées du gouvernement de gauche alors aux affaires. L’hostilité envers ces mesures ne s’est atténuée que très progressivement, mais au fil des alternances polit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche de première classe au C.N.R.S.

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 décembre 2004 Irak. Poursuite des violences et libération des otages français

France n'a pas versé de rançon pour la libération de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, le retour à Paris des deux hommes relance la controverse, qui s'amplifiera les jours suivants, relative à la tentative de libération des otages français organisée en septembre par le député Didier Julia (U.M.P.). Le 24, Donald Rumsfeld effectue une visite surprise […] Lire la suite

1er-31 août 2004 Irak. Épreuve de force à Nadjaf et enlèvement de journalistes français

libération des otages français, en présence des familles de ces derniers, des membres du Conseil français du culte musulman et de responsables politiques.  […] Lire la suite

17-22 juin 2003 France. Opération de police contre les Moudjahidin du peuple iranien

Le 17, la Direction de la surveillance du territoire mène une vaste opération contre l'Organisation des Moudjahidin du peuple iranien (O.M.P.I.), à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise) et en région parisienne, au terme d'une enquête judiciaire établissant l'implication de l'O.M.P.I. dans des activités délictueuses. Mouvement d'opposants au régime de Téhéran […] Lire la suite

26 mars 1999 France. Reconnaissance judiciaire de la violence de la répression de la manifestation parisienne d'octobre 1961

Le tribunal correctionnel de Paris relaxe l'historien Jean-Luc Einaudi contre lequel une plainte en diffamation avait été déposée par Maurice Papon, ancien préfet de police de Paris ; celui-ci lui reprochait d'avoir écrit dans Le Monde, en mai 1998, que « les forces de l'ordre agissant sous les ordres de Maurice Papon » avaient perpétré « un massacre […] Lire la suite

6-25 février 1999 Yougoslavie. Échec des négociations de paix de Rambouillet

France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie) à la suite de la montée des hostilités dans le conflit du Kosovo s'ouvrent au château de Rambouillet (Yvelines). Elles sont présidées par les ministres des Affaires étrangères français et britannique, Hubert Védrine et Robin Cook. Les représentants de Belgrade refusant de s'asseoir à la même table que les « terroristes […] Lire la suite

Pour citer l’article

René LÉVY, « POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-la-liberation-a-nos-jours/