PLACODERMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Placodermes : Harrytoombsia elegans

Placodermes : Harrytoombsia elegans
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nageoires de Placodermes

Nageoires de Placodermes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Placodermes : cladogramme

Placodermes : cladogramme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Placodermes du Dévonien

Placodermes du Dévonien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les placodermes constituent un groupe de vertébrés fossiles pourvus de mâchoires et d'une robuste carapace faite de plaques d'os dermiques – d'où leur nom. Ils ont vécu depuis le Silurien supérieur, mais surtout pendant le Dévonien, soit pendant une période de temps du Paléozoïque moyen qui s'étend sur environ 50 millions d'années (Ma). Les plus anciens ont été découverts dans des couches géologiques du Silurien de Chine du sud et du Vietnam. Les plus récents sont datés du Dévonien supérieur (360 Ma) et ont été collectés dans les grès rouges de la côte est du Groenland. Mais des restes de même âge sont connus en Australie, en Afrique du Sud, en Turquie, aux États-Unis, en Belgique et en Écosse. Tous les continents où affleurent des niveaux géologiques datés du Dévonien ont livré leurs restes en plus ou moins grande abondance, témoignant ainsi de leur place importante dans la biodiversité de cette époque.

Depuis leur apparition, les placodermes présentent une grande diversité de formes et de tailles, allant de quelques centimètres jusqu'à plusieurs mètres de longueur. Ils ont adopté la plupart des régimes alimentaires. On connaît ainsi des filtreurs de vase, des formes benthiques précurseurs des raies, des broyeurs de coquilles et des prédateurs actifs de pleine eau comme Dunkleosteus, l'un des plus grands prédateurs marins connus. Ils se sont principalement diversifiés en milieu marin, mais certains placodermes sont aussi connus dans des dépôts géologiques d'eau douce. Leur carapace se fossilise facilement, si bien que leur registre paléontologique est assez complet. Chaque année, cependant, de nouvelles formes sont décrites, et plusieurs centaines d'espèces sont aujourd'hui connues. Les placodermes offrent un excellent modèle pour l'analyse des modalités de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLACODERMES  » est également traité dans :

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire des vertébrés à mâchoires longtemps considérée comme admise »  : […] La faune des vertébrés actuels est représentée par des animaux sans mâchoires (lamproies et myxines) et par deux grands groupes d'animaux à mâchoires : les chondrichthyens (requins, raies et chimères) et les ostéichthyens. Ce dernier groupe est lui-même composé des poissons à nageoires rayonnées (esturgeons, espadons, saumons, etc.) et d’animaux à nageoires ou pattes charnues (cœlacanthes, dipneu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entelognathus-primordialis/#i_15863

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 142 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les grands groupes éteints de gnathostomes »  : […] Seuls deux groupes majeurs de gnathostomes sont considérés comme complètement éteints, les placodermes et les acanthodiens (cf.  acanthodiens , placodermes ). Les placodermes, qui ont dominé les faunes de vertébrés aquatiques du Silurien supérieur au Dévonien supérieur (420 à 360 Ma), sont presque certainement monophylétiques, car tous partagent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnathostomes/#i_15863

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Gnathostomes »  : […] Les Gnathostomes constituent un ensemble monophylétique dont l'apomorphie principale est la possession de mâchoires articulées : celles-ci sont traditionnellement conçues comme un arc viscéral modifié , homologue sériel des arcs hyoïdien et branchiaux ; mais la position interne de ces derniers par rapport aux branchies chez les Gnathostomes est très différente de la disposition du squelette branc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15863

Pour citer l’article

Hervé Léo LELIÈVRE, « PLACODERMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/