BEAUVAIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Beauvais, qui comptait 55 739 habitants en 2012, est le chef-lieu du département de l'Oise. La ville assure le fonctionnement administratif d'un département dont le centre de gravité s'est déplacé vers la vallée de l'Oise et ses grands axes de communications (T.G.V., autoroute A 1), dans l'orbite parisienne. Elle rayonne surtout sur la partie occidentale du département, le Beauvaisis, dont elle est la capitale depuis l'Antiquité.

Hauts-de-France : carte administrative

Carte : Hauts-de-France : carte administrative

Carte administrative de la région Hauts-de-France. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est née et a grandi autour d'un pont, sur la vallée humide du Thérain, qui descend des hauteurs du pays de Bray jusqu'à l'Oise, entre les collines herbeuses du pays de Thelle, au sud, et les horizons nus du grand plateau de craie de Picardie, au nord.

Oppidum de la tribu gauloise des Bellovaques, dont elle tire son nom (Bellovacum), puis cité épiscopale précocement intégrée au domaine royal, Beauvais obtint, dès le xie siècle, le statut de commune. Jusqu'à la Révolution, son histoire dépendit plus de la rivalité des deux puissances qui contrôlaient la ville, l'évêque et les négociants drapiers, que des événements extérieurs – on continue néanmoins à célébrer chaque année le souvenir glorieux de Jeanne Hachette, qui stimula la résistance de la ville aux assauts de Charles le Téméraire, en 1472. L'essor de la vie religieuse et la richesse économique, tirée de ses draps de laine exportés jusqu'en Orient, ont permis un embellissement de la ville. Il en subsiste quelques vestiges en centre-ville, notamment l'ancien Palais épiscopal (qui abrite le musée départemental) et la cathédrale Saint-Pierre, inachevée mais exceptionnelle par la hardiesse de son architecture, avec le chœur gothique le plus haut du monde (xiiie et xvie s.) et un transept de style flamboyant du xvie siècle.

Cathédrale de Beauvais

Photographie : Cathédrale de Beauvais

Cathédrale de Beauvais (Oise), XIIIe-XIVe siècle. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

La production textile se diversifia avec l'installation d'une manufacture royale de tapisserie en 1664, qui connut son apogée au xviiie siècle, puis avec la fabrication de cotonnades imprimées. Mais, au cours du xixe siècle, Beauvais, qui ne fut relié à Paris par chemin de fer qu'en 1876, s'endormit sur ses traditions. La ville n'échappa pas pour autant aux crises économiques et sociales de la première moitié du xxe siècle et, si la Première Guerre mondiale l'épargna, la Seconde la frappa de plein fouet. En juin 1940, les bombardements allemands détruisirent plus de la moitié de la ville. La reconstruction s'est étalée sur une vingtaine d'années et a permis d'aérer le tissu urbain ancien, tout en respectant les édifices qui avaient survécu. L'amélioration urbanistique s'est poursuivie grâce à de grands travaux, achevés à l'entrée du xxie siècle.

Au milieu des années 1950, la population a retrouvé ses effectifs d'avant-guerre ; depuis lors elle a doublé. L'habitat individuel en lotissement a gagné les hauteurs de la vallée du Thérain, puis débordé sur les communes voisines. Beauvais est au centre d'une communauté de trente et une communes peuplée de 82 500 habitants, desservie par l'autoroute A 16 (Paris-Amiens) et par un aéroport international. C'est aujourd'hui le tertiaire qui fournit l'essentiel des emplois. À la desserte commerciale du Beauvaisis s'ajoute une importante activité de services marchands (assurances, banque, immobilier, conseil, etc.) et de services publics induits par le rôle de chef-lieu de département (administrations publiques, enseignement, centre hospitalier, sécurité sociale, etc.). Les activités industrielles traditionnelles n'ont pas totalement disparu mais, malgré le prestige de la manufacture de tapisserie réinstallée en 1989, le textile s'est effacé devant l'agroalimentaire (crèmes glacées, surgelés, charcuterie...), le travail des métaux (systèmes de freinage, ressorts, polissage...), et la chimie (pharmacie, cosmétiques...).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathédrale de Beauvais

Cathédrale de Beauvais
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

3-27 mars 1997 France – Belgique. Mobilisation européenne contre la fermeture de Renault-Vilvorde

de Renault, Louis Schweitzer, rencontre des délégués syndicaux belges à Beauvais. Il déclare « irrévocable » la fermeture du site de Vilvorde. Le 20, lors de son conseil d'administration, Renault annonce pour 1996, et pour la première fois depuis 1987, une perte de 5,2 milliards de francs. Le constructeur déclare que la réduction de ses effectifs se poursuivra au rythme de trois mille emplois par an en France. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Jean THUMERELLE, « BEAUVAIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beauvais/