PHYLOGÉNIE ANIMALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Conception traditionnelle de l'évolution animale

Conception traditionnelle de l'évolution animale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : théorie de la Gastraea

Phylogénie animale : théorie de la Gastraea
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : classification des métazoaires

Phylogénie animale : classification des métazoaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : classification des Bilateria

Phylogénie animale : classification des Bilateria
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


La contribution des données paléontologiques

Les fossiles susceptibles d'apporter des informations sur les relations entre les embranchements actuels et sur l’origine des plans d'organisation sont essentiellement ceux qui sont compris entre 600 et 500 millions d'années (Ma), ce qui correspond à la fin du Protérozoïque et au Cambrien. Leur exploitation est toutefois rendue délicate du fait de l'existence de lacunes et de la difficulté que pose l'interprétation de certaines traces fossiles.

Certaines formations de la fin du Protérozoïque (étage Vendien) renferment de nombreuses empreintes d'animaux à corps mou qui sont communément interprétés comme des éponges, des cnidaires, des Bilateria primitifs (par exemple Spriggina) et des formes encore énigmatiques. Cette fameuse faune d'Ediacara a d'abord été découverte en Australie, dans les monts Ediacara (d'où son nom), puis retrouvée sur tous les continents. Datée de 570 à 550 Ma, elle résulterait de la première radiation des métazoaires, ayant produit les premières branches de l'arbre des métazoaires (fig. 3). Certains chercheurs proposent des interprétations alternatives : par exemple, pour Seilacher, la plupart des fossiles d'Ediacara seraient des organismes photosynthétiques syncytiaux sans aucun rapport avec des métazoaires.

Le début du Cambrien, aujourd'hui daté à 543 Ma, se caractérise par une augmentation considérable des traces de bioturbation dans les sédiments, par l'apparition des terriers verticaux (ce qui indique la présence d'animaux capables de locomotion fouisseuse active) et des structures squelettiques minéralisées (en fait, les tout premiers tubes calcaires, Cloudina, s'observent dès l'extrême fin du Protérozoïque). Par ailleurs, dès le Cambrien inférieur apparaissent les embranchements modernes de Bilateria (mollusques, arthropodes, vertébrés, etc.). Au Cambrien moyen, pratiquement tous les embranchements actuels des Bilateria [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages



Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé des sciences de la vie et de la Terre, maître de conférences à l'université Paris-VI

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michaël MANUEL, « PHYLOGÉNIE ANIMALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/