PHYLOGÉNIE ANIMALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Conception traditionnelle de l'évolution animale

Conception traditionnelle de l'évolution animale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : théorie de la Gastraea

Phylogénie animale : théorie de la Gastraea
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : classification des métazoaires

Phylogénie animale : classification des métazoaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phylogénie animale : classification des Bilateria

Phylogénie animale : classification des Bilateria
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


La conception traditionnelle de l'évolution animale

En majorité, les ouvrages zoologiques publiés au xxe siècle véhiculent la même vision de l'évolution animale (fig. 1). Cette « conception traditionnelle », qui trouve ses fondements dans les travaux d'embryologie évolutive de la fin du xixe siècle, a été largement popularisée dans les milieux universitaires, où elle a été enseignée jusqu'à très récemment, souvent d'une manière plus ou moins dogmatique.

Conception traditionnelle de l'évolution animale

Conception traditionnelle de l'évolution animale

dessin

L'arbre, qui ne comporte ici que les embranchements habituellement considérés comme majeurs, est fondé sur l'idée d'une complexité croissante des animaux, allant du plus «  primitif » au plus «  évolué » au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la base de l'arbre. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Vers une complexification toujours croissante

L'arbre traditionnel (fig. 1) suggère une évolution progressive et complexifiante, conçue comme une succession de grades évolutifs de plus en plus perfectionnés. Chaque grade se distingue du précédent par l'acquisition d'un caractère anatomique considéré comme fondamental, conséquence de l'ajout d'une étape au développement embryonnaire.

Ainsi, à partir d'un ancêtre unicellulaire, l'acquisition de la pluricellularité conduit au premier grade, celui des parazoaires (terme introduit par Sollas en 1884), qui correspond aux éponges ou spongiaires. Cette transition évolutive serait récapitulée, au cours du développement embryonnaire de tout animal, par le passage du zygote unicellulaire à l'embryon pluricellulaire (processus de segmentation de l'œuf ou clivage).

Selon cette conception, l'appellation de parazoaires associée aux éponges évoque un grade intermédiaire entre les « protozoaires » et les vrais métazoaires (ou eumétazoaires). Libbie Hyman (1940) parle ainsi de « grade de construction cellulaire », rejoignant des auteurs plus anciens comme Edward Alfred Minchin qui qualifiait les éponges de « républiques cellulaires ». Pour ces auteurs, la physiologie d'une éponge résulterait essentiellement de la somme des comportements cellulaires individuels, au sein d'une sorte de colonie élaborée de cellules[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé des sciences de la vie et de la Terre, maître de conférences à l'université Paris-VI

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michaël MANUEL, « PHYLOGÉNIE ANIMALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/