PHOTOGRAPHIESensitométrie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historique

Avec les premiers procédés photographiques, l'utilisateur préparait lui-même ses plaques avant de les exposer. Il était donc parfaitement illusoire d'élaborer un système cohérent de sensibilité. L'industrialisation des plaques sèches, dans les années 1870, diminua la variabilité des caractéristiques des émulsions. À partir de 1876, Ferdinand Hurter et Vero Charles Driffield mirent au point l'essentiel des méthodes nécessaires au développement de la sensitométrie. Leurs travaux ne se limitèrent pas au seul problème de la sensibilité des films : ils étudièrent également les techniques expérimentales de mesure objective des caractéristiques de ces émulsions. À partir de ces travaux, les fabricants commencèrent à chiffrer la sensibilité de leurs films, selon une échelle dite de Hurter et Driffield (échelle H&D).

La normalisation

L'échelle H&D, la première fiable du genre, fournissait un élément essentiel aux photographes. En effet, schématiquement, on savait déjà qu'une bonne exposition correspond à une combinaison diaphragme + vitesse qui dépend de la luminosité du sujet et de la sensibilité du film. En 1931, les Allemands proposèrent une méthode normalisée « D.I.N. (Deutsch Industrie Normen) ». Mais les conditions opératoires de cette première norme étaient trop éloignées des réalités pratiques pour être adoptées par tous les industriels de la photographie. De leur côté, les Américains travaillaient sur l'idée de relier la sensibilité des films noir et blanc au contraste nécessaire pour obtenir des bons rendus de valeurs. Adoptée en 1939 par la firme Kodak, cette méthode débouchera sur une première norme américaine ASA (American Standards Association) en 1947. Depuis lors, les normes ISO (International Standards Organization) relatives à la sensibilité ont été déclinées selon les types de films (tabl. 1).

Sensitométrie : sensibilité des surfaces sensibles photographiques

Tableau : Sensitométrie : sensibilité des surfaces sensibles photographiques

Tableau

Évolution des sensibilités des surfaces sensibles photographiques (exprimées en ISO ou en équiva-lent ISO pour les périodes anciennes antérieures aux normes ISO correspondantes) classées selon le type de film le plus rapide à la date indiquée. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Une science adulte

Au début du xxe siècle, Emanuel Goldberg (1881-1970) avait élaboré un outil performant sous la forme d'un diagramme combinant les effets de chacun des éléments de la chaîne photographique. Dans les années 1920, Loyd Ancile Jones (1884-1954) [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Sensitométrie : sensibilité des surfaces sensibles photographiques

Sensitométrie : sensibilité des surfaces sensibles photographiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Sensitométrie : détermination de la sensibilité ISO des films en noir et blanc

Sensitométrie : détermination de la sensibilité ISO des films en noir et blanc
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Sensitométrie photographique : diagramme de Jones

Sensitométrie photographique : diagramme de Jones
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Sensitométrie : granulation des films

Sensitométrie : granulation des films
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire de sensitométrie, École nationale supérieure Louis-Lumière, Noisy-le-Grand

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAPHIE  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

La chronologie du processus d'invention de la photographie est antérieure de plusieurs siècles à sa période de divulgation. C'est grâce aux avancées significatives de l'optique et de la photochimie, en particulier aux xviie et xviiie siècles, que l'élaboration d […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Les procédés argentiques reposent sur l'exploitation de la photosensibilité de trois halogénures d'argent : le bromure, le chlorure et l'iodure d'argent. Ces trois composés ont accompagné l'évolution de la photographie depuis son invention. Impliqués dans la plupart des techniques développées au cours du xixe siè […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 6 034 mots
  •  • 19 médias

Les appareils photographiques numériques ne sont que des clones électroniques des appareils argentiques (tabl. l). Le film et la plupart des éléments mécaniques de ces derniers sont remplacés par des éléments électroniques de plus en plus sophistiqués. L'image, obtenue sous forme d'un signal analogique, est « développée » et « traitée » immédiatement par un ordinateur embarqué dans l'appareil. Cet […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques argentiques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 7 709 mots
  •  • 12 médias

L'appareil photographique est bien plus qu'un simple outil, comme peut l'être le pinceau du peintre. Dans une certaine mesure, il conditionne la réalisation de l'œuvre photographique. Les progrès technologiques ont ouvert la voie à la réalisation de certaines images que l'on aurait jugées naguère impossibles. L'histoire de la photographie est étroitement liée à l' […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques numériques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 2 136 mots
  •  • 3 médias

Apparus massivement au début des années 1990, les appareils photographiques numériques ne sont pas de prime abord très différents de leurs homologues qui utilisent du film (cf. Appareils photographiques argentiques 1. Principe). Ce qui change est le support de récupération de l'information, et avec lui tout ce qui concerne le traitement du signal et le stockage de l'information sous forme de fichi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Optique photographique

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 3 538 mots
  •  • 7 médias

Le principe d'enregistrement d'une image suppose non seulement une surface sensible mais également un système optique nommé objectif. Ce dernier, en fonction de ses caractéristiques intrinsèques, modifie la taille de l'image ainsi que le champ enregistré, c'est-à-dire l'espace photographié.On distingue classiquement les paramètres quantitatifs d'un ob […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 504 mots
  •  • 10 médias

Pour obtenir une image, quel que soit son mode d'enregistrement (fixe ou animée) ou sa nature (argentique, analogique, numérique), un dispositif opto-mécanique est indispensable : c'est l'objectif. Constitué d'une lentille (appareils prêt-à-photographier) ou – dans la plupart des cas – de plusieurs, celui-ci permet de transposer un objet en trois dime […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement argentique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 3 724 mots
  •  • 8 médias

Il existe deux marchés bien séparés de la photographie : le marché des photographes amateurs et le marché des photographes professionnels. Les laboratoires, couvrant en partie ou en totalité ces deux marchés, sont utilisateurs depuis de nombreuses années d'équipements, le plus souvent hybrides analogiques-numériques, qui leur permettent de développer les films et d'effectuer des tirages, en corrig […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 4 458 mots
  •  • 11 médias

Les matériels de traitement pré-numérique des images sont apparus avec le premier appareil photographique vidéo-analogique, le Mavica, présenté par Sony en 1981. Cet appareil, considéré à tort comme le premier appareil photographique numérique, était muni d'un capteur CCD (charge coupled device) et enregistrait des images analogiques (et non pas encore numériques) sur un nouvea […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 434 mots
  •  • 2 médias

La révolution du regard et de l'imaginaire engendrée au xix e  siècle par l'invention de la photographie, trouve une illustration éclatante dans l'aventure de la dynastie Alinari. Fondé entre 1852 et 1954, à Florence, l'atelier Alinari constitue un trésor que les historiens de l'art connaissent bien et auquel d'aucuns, parmi les plus grands, apportèrent leur collaboration : John Ruskin, Bernard Be […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard LEBLANC, « PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-sensitometrie/