PHILOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

XVIe et XVIIIe siècles

Cette « renaissance » est concentrée sur l'étude des œuvres de l'Antiquité. Pourtant, dès la fin du xvie siècle, un intérêt se manifeste, chez quelques érudits, pour des traditions plus proches : en 1650, Ménage publiera ses Origines de la langue française et, en 1678, Du Cange son Glossarium mediae et infimae latinitatis. La philologie s'ouvre au monde moderne. Au milieu du xviiie siècle, Lacurne de Sainte-Palaye (1697-1781) collectionne les manuscrits médiévaux, étudie l'histoire des troubadours, jette les premiers fondements d'une grammaire comparée des langues romanes et laisse en mourant un monumental Dictionnaire historique de l'ancien langage français. En 1733 a commencé la publication, par les bénédictins de Saint-Maur, de l'Histoire littéraire de la France, immense recueil qui consacre l'existence d'une branche de la philologie spécialisée dans l'étude et l'interprétation des œuvres du Moyen Âge. À côté de la « philologie classique » se crée ainsi le premier germe d'une « néophilologie », dont l'objet est la tradition représentée par les textes d'époque postantique, rédigés dans l'une ou l'autre des langues modernes ; néophilologie qui pourrait, du reste, revendiquer quelques précurseurs plus lointains, comme les éditeurs des « chansonniers » des xiiie et xive siècles et certains grammairiens du xvie. Vers 1800 existe ainsi d'ores et déjà, à côté d'une « philologie romane », une « philologie germanique », que suivront au xixe siècle des philologies anglaise, slave, puis d'autres désignées d'après la famille des langues aux documents desquelles elles s'appliquent. C'est, virtuellement, la totalité du patrimoine culturel européen qui devient, dans ses témoignages écrits, l'objet d'un inventaire, d'une remise à jour et d'une élucidation. Cette vaste entreprise culminera vers la fin du xixe siècle et au début du xxe.

Cependant, dès avant le milieu du xviiie, s'était dessiné, parallèlement à toutes ces recherches, un mouvement de pensée tendant à les valoriser en réexaminant la notion même d'his [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification


Autres références

«  PHILOLOGIE  » est également traité dans :

AMPÈRE JEAN-JACQUES (1800-1864)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots

Historien et philologue français né le 12 août 1800 à Lyon, mort le 27 mars 1864 à Pau. Fils du physicien André-Marie Ampère, Jean-Jacques Ampère se consacre à l'étude des origines culturelles des langues et mythologies de l'Europe occidentale. Il entreprend son premier voyage en Allemagne en 1826, où ses travaux font forte impression sur Goethe. Son étude de la mythologie scandinave lui permet […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] En vérité, il était difficile de lutter contre l'influence de Bagdad, qui s'exerçait par l'intermédiaire des pèlerins et des voyageurs d'un côté, des immigrés en Espagne de l'autre. Parmi ces derniers, le plus célèbre est Ziryāb (173-243/789-857) qui, arrivé à Cordoue en 206/821, y introduisit la musique irakienne et, en matière de soins corporels, de vêtements, de cuisine ou d'usages mondains, l […] Lire la suite

ARISTARQUE DE SAMOTHRACE (220-143 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 175 mots

Critique et grammairien grec, remarqué pour sa contribution aux études homériques. Aristarque se fixa à Alexandrie où il fut un élève d'Aristophane de Byzance et devint, en ~ 153, directeur de la Bibliothèque. Plus tard, il se retira à Chypre. Il fonda une école de philologues (qui recevront, après sa mort, le nom d'aristarchiens) et fleurit longtemps à Alexandrie et, plus tard, à Rome. Cicéron et […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] Depuis l'Antiquité chrétienne, le fait biblique considéré du point de vue quantitatif ou littéraire avait été limité au problème disciplinaire puis dogmatique du canon des Écritures. La Bible ne fut en effet longtemps que la somme organique des livres dont la « liste », ou canon , s'était trouvée définie par l'Église. À partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règle de foi », le texte l […] Lire la suite

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 198 mots

Né à Strasbourg en 1923, Jean Bollack a rendu à la philologie, comprise comme étant non seulement l'étude des textes anciens, mais aussi la réflexion sur leur compréhension, sa dimension cognitive et critique. Formé à l'université de Bâle dans la grande tradition de la philologie allemande, il en reprend l'exigence de rigueur et de scientificité en l'alliant à une conscience de la modernité, en pa […] Lire la suite

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 538 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. ( Über das Konjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem de […] Lire la suite

BRUNSCHWIG JACQUES (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 263 mots

Historien de la philosophie. Né à Paris, Jacques Brunschwig fait ses études au lycée Carnot et au lycée Henri-IV avant d'entrer à l'École normale supérieure en 1948. Agrégé de philosophie en 1952, ce cousin de Pierre Vidal-Naquet va s'orienter vers l'histoire de la philosophie antique sous la direction, notamment, de Pierre-Maxime Schuhl, Maurice de Gandillac et Victor Goldschmidt. Il soutient en […] Lire la suite

BUDÉ GUILLAUME (1468-1540)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine de LA GARANDERIE-OSTERMAN
  •  • 2 838 mots

Dans le chapitre « La ferveur des études »  : […] Guillaume Budé représentait en son temps un type nouveau d'écrivain, non point clerc, mais laïque, homme marié et père d'une famille nombreuse, préoccupé de l'administration de ses biens (sa maison de la rue Saint-Martin à Paris, ses maisons de campagne), assumant diverses responsabilités publiques au milieu desquelles il réussit difficilement, mais obstinément, à ménager le temps de l'étude. Il é […] Lire la suite

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Philosophe qui travaille sur le pouvoir du langage, Barbara Cassin est une spécialiste de la philosophie antique, et notamment des présocratiques, de la sophistique et d’Aristote . Elle s’est fait connaître d’un public plus large par ses travaux sur la traduction. Ce parcours, tout entier consacré à l’étude de ce que peut la langue, l’a amenée à être élue à l’Académie française le 3 mai 2018. Le 2 […] Lire la suite

CHADWICK JOHN (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 1 091 mots

Après avoir commencé des études de philologie classique à Cambridge, John Chadwick fut employé quelque temps pendant la Seconde Guerre mondiale par les services secrets de la marine britannique à Alexandrie chargés de décrypter les messages italiens. Cette expérience a joué un grand rôle dans sa formation. John Chadwick a souvent souligné qu'un code secret finissait toujours par « craquer », pourv […] Lire la suite

COMMENTAIRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 484 mots

Le mot latin commentarii désignait des recueils de notes ou de documents de types divers (Mémoires d'un homme public ou d'un particulier, journal officiel, registres, pièces judiciaires, procès verbaux, annotations explicatives...) ; on le retrouve dans les titres de quelques-uns des ouvrages où les savants philologues du xvi e siècle ont accumulé leurs observations sur les langues anciennes ( C […] Lire la suite

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'orientation linguistique »  : […] Un autre commentaire, lui aussi très critiqué, n'en a pas moins laissé sa marque sur l'exégèse, celui de Abū ‘Ubayda (mort en 208/824), Maǧāz al-Qur'ān . Le terme maǧāz , qui dans la rhétorique postérieure signifie « trope » ou langage figuré, désigne ici toute tournure qui, du point de vue de la sémantique, de la lexicographie ou de la syntaxe, ne signifie pas de soi, mais exige une explication, […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philologie »  : […] Ce qu'on appelle une «  édition critique » – comprenant l'établissement du texte, c'est-à-dire le choix d'un texte de base, l'établissement des variantes par rapport à ce texte de base, et toute l'information disponible sur les différents états du texte – reste fidèle au sens premier du mot « critique », lorsqu'il s'est réintroduit en français au xvi e  siècle : « grammairien », « critique », « p […] Lire la suite

DAI ZHEN [TAI TCHEN] (1724-1777)

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 497 mots

Une des plus fortes têtes du xviii e  siècle chinois qui en compta tant, Dai Zhen, alias Dai Dongyuan, participa au grand mouvement de réforme du confucianisme qui s'attaquait au « néo-confucianisme » de l'école de Zhu Xi, devenu orthodoxie officielle depuis plusieurs siècles. Ses adversaires l'accusaient d'être entaché d'un transcendantalisme emprunté au taoïsme et, surtout, au bouddhisme indien, […] Lire la suite

DELCOURT MARIE (1891-1979)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 1 058 mots

Née à Ixelles, Marie Delcourt faisait partie du petit groupe de femmes qui, à l'époque, entreprenaient des études universitaires et scandalisaient la bourgeoisie belge en accédant à des fonctions magistrales dans l'enseignement supérieur. Dans le milieu provincial d'une université aussi conservatrice que celle de Liège, où tout refus de conformisme semble être une profession d'anarchisme, sa liber […] Lire la suite

DETIENNE MARCEL (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Renée KOCH PIETTRE
  •  • 1 425 mots

Marcel Detienne fut tout à la fois un philologue, un helléniste déconstructeur du « miracle grec », un anthropologue comparatiste, et un auteur à la plume allègre et mordante. Né à Liège le 11 octobre 1935, après une première formation en cette ville, il poursuit ses recherches et fait carrière en France à l’École pratique des hautes études (EPHE), du début des années 1960 jusqu’en 1998, aux côtés […] Lire la suite

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] En France, les débuts de la lexicographie ont devancé de plusieurs siècles les premiers dictionnaires monolingues français. En Europe occidentale, ce long parcours est jalonné d'échanges entre les premiers répertoires de langues anciennes, du latin en particulier. Ainsi s'est constitué un important patrimoine de savoirs communs qui a permis aux dictionnaires de devenir, avant le xvii e  siècle, un […] Lire la suite

DOLET ÉTIENNE (1509-1546)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 482 mots

Après avoir fait à Paris des humanités classiques très soignées, Étienne Dolet entreprend le traditionnel tour des universités européennes, notamment à Padoue, qui est l'un des centres les plus réputés de l'humanisme italien avec une forte coloration épicurienne. Après un passage à Toulouse (droit), où son éloquence fait des ravages dans les milieux estudiantins, il se fixe à Lyon auprès de l'un d […] Lire la suite

DRIOTON ÉTIENNE (1889-1961)

  • Écrit par 
  • Michèle JURET
  •  • 529 mots

Étienne Marie Félix Drioton fut l’un des grands égyptologues français du xx e  siècle. Né le 21 novembre 1889 à Nancy, il est l’aîné des cinq enfants d’Étienne Jean Drioton et de Félicie Moitrier. Dès l’âge de onze ans, élève à Saint-Sigisbert, il se passionne pour la civilisation égyptienne, et entreprend seul l’étude de l’écriture hiéroglyphique. G. Bénédite, conservateur au Louvre, lui donnera […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « PHILOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philologie/