LES CHAMPS MAGNÉTIQUES, André Breton et Philippe Soupault Fiche de lecture

Les Champs magnétiques d’André Breton (1896-1966) et de Philippe Soupault (1897-1990) ont été publiés au Sans Pareil, à Paris, le 30 mai 1920, entre l'apocalypse de la guerre 1914-1918 et le début des années folles, quand apparurent le jazz, le mouvement dada, les collages de Max Ernst, et l'iconoclaste Joconde de Marcel Duchamp. Illustré en couverture d’un portrait des deux auteurs par le peintre Francis Picabia, ce « livre de jeunesse » est constitué de textes en prose et de poèmes en vers libres.

Le langage en mouvement

Après avoir commencé des études de médecine à Paris, André Breton est affecté dans divers centres de neuropsychiatrie, dont celui de Saint-Dizier en 1916 ; il s'initie aux travaux de Freud et pratique les examens sur les malades atteints de psychopathologies. Envoyé au front comme brancardier, il est ensuite affecté à l’hôpital du Val-de-Grâce en 1918. En 1919, il fonde avec Louis Aragon et Philippe Soupault la revue Littérature. André Breton a l’idée de transposer la méthode psychanalytique et invente ainsi l'écriture automatique : il s'agit de transcrire le langage en mouvement, sans que l’esprit, la raison, la logique, les critères littéraires et esthétiques ne le contrôlent ou le censurent. Si André Breton choisit Philippe Soupault comme « compagnon de risque », c’est que ce dernier lui semble le plus spontané des poètes. Ils vont se livrer à l’expérience à raison de séances de huit ou dix heures consécutives, composant l'essentiel du recueil en à peine huit jours, en mai et juin 1919. Le mélange aléatoire des deux soliloques permet de multiplier l’éclatement de l’écriture et de la pensée, en les faisant déborder des voies traditionnelles.

La revue Littérature en publie des extraits dès 1919. Le premier titre envisagé, Les Précipités, livre les caractéristiques essentielles de l’expérimentation poétique : le « précipité » se réfère à la méthode physico-chimique par laquelle, suite à un réactif, un dépôt solide insoluble prend naissance dans une phase liquide. Outre la hâte dans laquelle a été réalisé le recueil, ces « précipités » métaphorisent l’intensité verbale obtenue par le recours à l’écriture automatique et le mélange des deux interventions. Alliant la rigueur scientifique à une nouvelle forme de liberté créatrice, le titre définitif, Les Champs magnétiques s’inspire aussi d’un phénomène physique : les textes seraient des champs magnétiques, mis en mouvement par les deux expérimentateurs comme deux aimants et grâce à diverses techniques d’écriture (rédaction séparée, confrontée, simultanée ou alternée des phrases ou paragraphes, recours à différents modes d’écriture…).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Yves LECLAIR : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BRETON ANDRÉ

    • Écrit par Marguerite BONNET
    • 4 872 mots
    • 1 média
    ...en mouvement des forces inconnues, des désirs profonds, en même temps qu'elle nous révèle à nous-mêmes, à notre insu elle nous libère et nous change. Les Champs magnétiques, œuvre commune d'André Breton et Philippe Soupault qui paraît au printemps de 1920, constituent ainsi la première affirmation du...
  • DADA

    • Écrit par Henri BEHAR, Catherine VASSEUR
    • 5 747 mots
    • 1 média
    ...savons maintenant [qu'elle] doit mener quelque part », tandis que Dada vivait anarchiquement dans le présent et rejetait toute méthode. S'il est vrai que Les Champs magnétiques de Breton et Soupault correspondent à certains écrits de Tzara et de Picabia, il n'en est pas moins vrai que les uns ont cherché,...
  • SOUPAULT PHILIPPE (1897-1990)

    • Écrit par Marc BLOCH
    • 915 mots

    Poète, romancier fantaisiste, mémorialiste à trente ans, cofondateur de la revue Littérature, essayiste et traducteur, Philippe Soupault fut le plus violent des dadaïstes et le plus moderne des écrivains d'avant-garde. Son père, médecin, est peut-être le membre le plus ouvert d'une...

  • SURRÉALISME - Histoire

    • Écrit par Ferdinand ALQUIÉ, Pierre DUBRUNQUEZ
    • 11 416 mots
    • 3 médias
    ...sont le rêve, la folie, les états hallucinatoires. Ce qu'on commence à identifier sous la notion d' inconscient. La première œuvre surréaliste que Breton et Soupault écrivent en collaboration dès 1920, Les Champs magnétiques, se présente en effet moins comme le produit d'une littérature d'...

Voir aussi