RENAULT LOUIS (1877-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus grands constructeurs d'automobiles français. Louis Renault, né à Paris, construisit son premier véhicule en 1898, à l'âge de vingt et un ans. Cette première voiture, entièrement fabriquée par son inventeur, à l'exception du moteur (le moteur était un de Dion d'une puissance de 1,75 cheval-vapeur), comportait un chassis à tubes et une transmission par arbre et différentiel, ce qui constituait une première nouveauté à l'époque de la transmission par chaîne à rouleaux, système qui fut répandu et même utilisé dans les camions. Cette voiture comportait également une boîte de vitesses à trois rapports et une marche arrière, la troisième vitesse constituant une prise directe. Cette prise directe était une autre nouveauté, et Louis Renault songea à vendre le brevet de sa boîte, mais, sur les conseils de son frère Marcel (1872-1903), il décida de créer sa propre entreprise. Le petit atelier familial se transforma en une entreprise Renault frères et commença à produire ses propres voitures. Celles-ci étaient des véhicules légers aussi soigneusement conçus que ceux beaucoup plus lourds de la même époque. Louis Renault prend alors un brevet sur la boîte à prise directe et le changement de rapport par train baladeur ; il inaugure ainsi une carrière d'inventeur, pendant laquelle il déposera plus de cinq cents brevets.

Renault, modèle 1898

Photographie : Renault, modèle 1898

Une automobile Renault modèle de 1898, utilisée ici en 1920. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

Le nouveau constructeur se fait alors rapidement connaître par ses succès dans les premières courses automobiles (Paris-Ostende en 1899, Paris-Toulouse-Paris en 1900, Paris-Bordeaux en 1901), où les voitures Renault sont victorieuses, aidées en partie par leur légèreté. Mais Marcel Renault meurt dans un accident pendant la course Paris-Madrid, et Louis Renault abandonne provisoirement la compétition. Il ne la reprendra qu'en 1906 au Mans pour le grand prix de France, mais sans plus conduire lui-même. Renault sera victorieux en 1906, obtiendra une deuxième place en 1907, puis une huitième en 1908. Une Renault prendra de nouveau le départ en 1929, mais ne remportera aucune distinction, et la firme renoncera, cette fois définitivement, à paraître sur les pistes. La marque ne reparaîtra sur les circuits qu'après la Seconde Guerre mondiale, mais ce sera sous le pavillon de la Régie.

Louis Renault

Photographie : Louis Renault

Le Français Louis Renault (1877-1944) arrive à Bordeaux, terme de la première étape de la course Paris-Madrid, en 1903. Il y apprend que les accidents, au cours de cette première étape, ont fait cinq morts, dont son frère Marcel. La course est annulée. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La mort de Marcel Renault marque un tournant dans la vie de la nouvelle firme. Aidé par son autre frère, Fernand (1865-1909), Louis Renault développe son entreprise dont il accroît et diversifie la production. De nouveau seul après la mort de Fernand, il prend progressivement ce style autoritaire et cassant dont il lui sera longtemps fait grief. La Première Guerre mondiale éclate, et ses ateliers se reconvertissent en partie dans la production de guerre (pièces pour avions, munitions). Sa plus grande contribution à l'effort de guerre est cependant la création du char Renault FT, qui sera pendant longtemps le meilleur des chars légers et dont on retrouvera encore quelques exemplaires en service pendant la guerre civile espagnole (1936-1939). Louis Renault invente ce char, après l'échec relatif des appareils Schneider et Saint-Chamond, et en produit environ trois mille exemplaires, avec le soutien et la participation officieuse — sinon totalement opposée aux injonctions gouvernementales — du général Estienne.

Char Renault en Chine

Photographie : Char Renault en Chine

Un char léger Renault patrouille dans les rues de la concession française, en 1927. 

Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Char Renault F.T.-17

Photographie : Char Renault F.T.-17

Mis au point au cours de la Première Guerre mondiale, les chars d'assaut jouent un rôle déterminant dans l'issue du conflit. Cette nouvelle arme, qui illustre les débuts de la mécanisation des armées, entraîne des changements considérables dans la façon de conduire les opérations. 

Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

Afficher

À la fin de la guerre, Louis Renault retourne aux productions civiles et continue à développer et à diversifier ses fabrications (machinisme agricole, moteurs pour la marine et l'industrie, diesels pour véhicules lourds) et à étendre son empire ; celui-ci compte, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, 50 000 employés et produit quotidiennement 250 voitures ; c'est l'apogée de Renault. Ses usines ayant travaillé pendant la guerre pour les autorités d'occupation, il est accusé de collaboration et meurt à Paris sans avoir pu présenter sa défense. Ses usines, détruites à 80 p. 100, sont saisies et nationalisées par l'ordonnance du 16 janvier 1945, qui crée la Régie nationale des usines Renault (R.N.U.R.).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Renault, modèle 1898

Renault, modèle 1898
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Louis Renault

Louis Renault
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Char Renault en Chine

Char Renault en Chine
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Char Renault F.T.-17

Char Renault F.T.-17
Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RENAULT LOUIS (1877-1944)  » est également traité dans :

AUTOMOBILE - Histoire

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 5 993 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre «  De la Première Guerre mondiale à la crise de 1929 »  : […] Jusqu'en 1914, les industriels de l'automobile, à l'exception de Ford, fabriquent des petites ou moyennes séries. Les nécessités du conflit et la consommation astronomique de munitions imposent dans toutes les industries européennes, et quel que soit l'objet produit, la conversion aux méthodes de Taylor et Ford. En France, André Citroën et Louis Renault prennent la mesure de ce processus et in […] Lire la suite

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « Objet »  : […] La nationalisation a pour objet le transfert d'entreprises ou de biens à la collectivité, à titre définitif. Le caractère définitif de l'opération la distingue de la réquisition de biens, qui transfère de manière provisoire l'usage d'un bien à l'État. Le transfert doit être défini dans son objet et dans sa contrepartie. La nationalisation peut porter sur des entreprises ou sur des secteurs économi […] Lire la suite

SOUPAULT PHILIPPE (1897-1990)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 920 mots

Poète, romancier fantaisiste, mémorialiste à trente ans, cofondateur de la revue Littérature , essayiste et traducteur, Philippe Soupault fut le plus violent des dadaïstes et le plus moderne des écrivains d'avant-garde. Son père, médecin, est peut-être le membre le plus ouvert d'une famille étriquée qui ne pense qu'à l'argent, mais il meurt du diabète alors que Philippe n'a que sept ans. Dans His […] Lire la suite

Les derniers événements

20 mars 1998 Belgique. Condamnation de Louis Schweitzer dans l'affaire Renault-Vilvorde

de Renault, Louis Schweitzer, à une amende de 10 millions de francs belges pour n'avoir pas respecté les lois sur la concertation sociale en matière de licenciements collectifs lors de la fermeture de l'usine de Vilvorde. Ce jugement met un terme à la crise ouverte par l'annonce de cette fermeture, en février 1997.  […] Lire la suite

10-28 juin 1997 France – Belgique. Confirmation de la fermeture de l'usine Renault de Vilvorde

Le 10, lors du conseil d'administration de Renault, le P.-D.G. Louis Schweitzer annonce la désignation d'un expert indépendant chargé d'étudier les solutions de rechange à la fermeture de l'usine belge de Vilvorde, dont l'annonce brutale, en février, avait provoqué de vives réactions syndicales et politiques. Lionel Jospin, notamment, avait déclaré, en mai, lors de la campagne électorale, qu'en cas de victoire de la gauche aux élections législatives « les actionnaires de l'État au conseil d'administration de Renault exigeraient que d'autres mesures soient envisagées [. […] Lire la suite

3-27 mars 1997 France – Belgique. Mobilisation européenne contre la fermeture de Renault-Vilvorde

de Renault, Louis Schweitzer, rencontre des délégués syndicaux belges à Beauvais. Il déclare « irrévocable » la fermeture du site de Vilvorde. Le 20, lors de son conseil d'administration, Renault annonce pour 1996, et pour la première fois depuis 1987, une perte de 5,2 milliards de francs. Le constructeur déclare que la réduction de ses effectifs se poursuivra au rythme de trois mille emplois par an en France. […] Lire la suite

15-22 mai 1995 France. Libération de Michel Garretta et mise en examen de Louis Schweitzer dans l'affaire du sang contaminé

Le 22, le groupe Renault annonce la mise en examen de son P.-D.G., Louis Schweitzer, pour complicité d'empoisonnement dans l'affaire du sang contaminé. Louis Schweitzer est l'ancien directeur de cabinet de Laurent Fabius, Premier ministre au moment des faits et également mis en examen.  […] Lire la suite

6 septembre 1993 France – Suède. Annonce de la fusion entre Renault et Volvo

Après la signature d'un accord de coopération en septembre 1990 et l'échange de participations en janvier 1991, les groupes Renault et Volvo scellent leur fusion qui sera effective le 1er janvier 1994. Le constructeur français détiendra 65 p. 100 de la nouvelle société anonyme, et le constructeur suédois, 35 p. 100. Le directoire de Renault-Volvo sera présidé par Louis Schweitzer, président de Renault, et le conseil de surveillance par Pehr Gyllenhammar, président de Volvo. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre LÉVIS, « RENAULT LOUIS - (1877-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-renault/