PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils cadet d'Amyntas III (mort en 370 av. J.-C.) et d'une princesse illyrienne, Eurydice, Philippe n'aurait jamais régné ni fait de la Macédoine la plus grande puissance du monde grec sans la disparition prématurée de son frère aîné, Alexandre II, assassiné après un an de règne (370-369 av. J.-C.). Celle-ci inaugurait une période de troubles au cours de laquelle le régent, Ptolémée d'Alôros, eut à lutter contre d'autres princes ambitieux soutenus par l'étranger. Appelés à l'aide, les Thébains exigèrent des otages, dont le jeune Philippe, qui ne rentrera en Macédoine qu'après l'avènement, en 365 avant J.-C., de son autre frère, Perdiccas III, prince énergique et cultivé, attiré par la philosophie de Platon et promis sans doute à un grand règne, n'eût été le hasard d'une désastreuse bataille livrée aux Illyriens. Perdiccas périt avec quatre mille de ses hommes (359 av. J.-C.), laissant un fils en bas âge, proclamé roi sous le nom d'Amyntas IV. Mais les Macédoniens ressentaient le besoin d'un chef capable de faire face aux périls qui les environnaient : Philippe fut donc lui aussi proclamé roi, et dans un premier temps il gouverna avec la retenue d'un simple régent.

Philippe II de Macédoine

Photographie : Philippe II de Macédoine

Portrait présumé du roi Philippe II de Macédoine (382-336 av. J.-C.). Marbre. Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague. 

Crédits : Courtesy of the Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague

Afficher

Les débuts du règne

La situation était critique. Les Athéniens et les Thraces poussaient en avant leurs propres candidats au trône ; des peuples vassaux, comme les Péoniens, se soulevaient. Surtout, les Illyriens avaient, semble-t-il, occupé les régions montagneuses à l'ouest du royaume. Philippe sut tirer parti de l'inquiétude générale. Certes, l'armée macédonienne avait été écrasée. Mais c'était une armée aristocratique où prévalait la cavalerie des Hétaïroi (« Compagnons du roi »). En quelques mois, Philippe, qui avait vu s'entraîner l'infanterie thébaine de Pélopidas et d'Epaminondas, mit sur pied, en puisant dans la classe moyenne, une infanterie macédonienne, la fameuse « phalange », dont un noyau permanent de Pézhétaïroi (« Compagnons à pied ») était attaché à sa personne. Disposant désormais d'une armée équilibrée, qu'il renforcera de mercenaires et de techniciens dès qu'il en aura les moyens financiers, Philippe, après s'être débarrassé de ses rivaux, annexa aisément les principautés de la Macédoine occidentale (certaines d'ailleurs plus épirotes que macédoniennes) et obtint la soumission des Péoniens. Puis, un an seulement après son avènement, il fut vainqueur des Illyriens et demeura maître de toutes les terres macédoniennes, en particulier des principautés montagnardes affaiblies par l'invasion illyrienne.

Rien d'étonnant à ce que Philippe ait cherché ensuite à se prémunir contre les menées des Athéniens et des Thraces en s'emparant (automne de 357 av. J. C.) de la place forte d'Amphipolis, à l'embouchure du Strymon : c'était pour lui la clé de la Thrace et un coup porté aux Athéniens, qui rêvaient de la posséder. Il leur enleva encore, autres lambeaux de leur empire, deux cités du golfe Thermaïque, Pydna (fin 357 av. J.-C.) et Potidée (356 av. J.-C.) dont le territoire fut cédé, comme prix de son alliance, à Olynthe, la plus puissante des cités de la Chalcidique. Conforté par cette alliance, Philippe pénétra en Thrace, où l'appelait la petite cité de Crénides, qu'il refonda sous le nom de Philippes : il eut ainsi accès aux mines d'or du Pangée, qui lui permettront de frapper un abondant monnayage, instrument de sa puissance. La diplomatie d'Athènes, qui avait suscité une coalition des Thraces, des Péoniens et des Illyriens, se révéla inefficace et, vers la fin de 354 avant J-C., le Macédonien s'empara, après un long siège, de Méthone : désormais, les côtes de Macédoine étaient fermées aux trières d'Athènes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur de langue et littérature grecques à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 443 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un empire immense et fragile »  : […] Il est difficile de porter un jugement sur une œuvre sans nécessité historique. Le temps des guerres médiques était depuis longtemps passé. Perses et Grecs vivaient en bonne intelligence et l'empire des Achéménides, généralement bien toléré par les peuples qu'il dominait, n'était plus une menace pour les cités grecques d'Europe, où l'on se souciait peu du sort des Ioniens et des Éoliens. En fait, […] Lire la suite

ANDRONICOS MANOLIS (1919-1992)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 622 mots

Né à Brousse, de parents natifs des îles de Samos et d'Imbros, Manolis Andronicos connut dans sa petite enfance le déracinement provoqué par les échanges de populations décidés par le traité de Lausanne (1923), qui mit fin à la présence des communautés grecques en Asie Mineure. Établi désormais à Salonique, il fit ses premières armes d'archéologue avec C. Rhomaios (1874-1966), qui menait la fouill […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Athènes et la Macédoine »  : […] C'est donc isolée qu'Athènes doit bientôt affronter une nouvelle crise d'une extrême gravité, née des ambitions du nouveau roi de Macédoine, Philippe II. Or, Athènes s'endort dans la prospérité que lui vaut le gouvernement d' Eubule, un honnête homme qui rétablit les finances et dont la politique pacifiste satisfait aussi bien les riches que les pauvres. Philippe, lui, s'empare des dernières posse […] Lire la suite

CHÉRONÉE BATAILLE DE (338 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 230 mots

La victoire décisive que remporte Philippe II de Macédoine à Chéronée (Béotie) contre Athènes et ses alliés marque l'échec final de la politique de résistance à la Macédoine qu'a animée passionnément depuis — 354 l'orateur athénien Démosthène ( Olynthiennes , Philippiques ) en s'efforçant de galvaniser les cités grecques, très affaiblies par leurs luttes incessantes. Le pacificateur appelé de leur […] Lire la suite

CHERSONÈSE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 272 mots

Presqu'île de Thrace (actuellement Gallipoli) qui fut colonisée par les Grecs dès la fin du ~ viii e siècle. Vers ~ 560, peu après la première prise du pouvoir par Pisistrate à Athènes, une expédition conduite par Miltiade réussit à s'emparer d'une grande partie de la péninsule où furent installés des colons athéniens. Jusqu'en ~ 493 la Chersonèse demeura en fait le domaine privé de Miltiade l'An […] Lire la suite

DARIUS III CODOMAN, roi des Perses (336-330 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 384 mots

Dernier roi (336-330 av. J.-C.) de la dynastie des Achéménides, mort en 330 av. J.-C. en Bactriane. Darius III Codoman, membre d'une branche secondaire de la famille royale, est placé sur le trône par l'eunuque Bagoas, qui a empoisonné les deux rois précédents : Artaxerxès III en 338 avant J.-C. et Oarsès en 336. Quand Darius III revendique son indépendance, Bagoas tente de l'assassiner mais le […] Lire la suite

DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gilberte RONNET
  •  • 2 501 mots

Dans le chapitre « Au cœur du combat »  : […] Il a devant lui une Grèce divisée, affaiblie par les luttes qui ont opposé dans le passé les cités les unes aux autres, et les ont laissées plus méfiantes à l'égard du voisin grec que de l'étranger. Nul ne s'inquiète des conquêtes successives de Philippe de Macédoine, qui menace les positions d'Athènes dans les Détroits, tandis qu'il s'assure des alliés en Grèce même en écrasant ceux qui lui rési […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Alexandre et l'époque hellénistique »  : […] La Grèce ne fut que très partiellement associée à l'épopée du conquérant macédonien, bien que le pacte de Corinthe ait été renouvelé à l'avènement du jeune prince. Celui-ci avait dû mater durement avant son départ un soulèvement dont Thèbes avait pris l'initiative. Il prit soin de laisser en Grèce des troupes prêtes à intervenir en cas de nouveaux troubles, ce qui explique la relative passivité de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les tombes de Verghina »  : […] Mais les découvertes les plus spectaculaires proviennent de Verghina (Aighai), la plus ancienne capitale des rois de Macédoine. Au cur du grand tumulus remanié après le saccage des sépultures par les mercenaires galates, en 274-273 avant J.-C., se trouvaient trois tombes, une pillée et deux intactes. Ces monuments confirment que dès le dernier tiers du iv e  siècle avant J.-C. toutes les technique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul GOUKOWSKY, « PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii/