ANDRONICOS MANOLIS (1919-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Brousse, de parents natifs des îles de Samos et d'Imbros, Manolis Andronicos connut dans sa petite enfance le déracinement provoqué par les échanges de populations décidés par le traité de Lausanne (1923), qui mit fin à la présence des communautés grecques en Asie Mineure. Établi désormais à Salonique, il fit ses premières armes d'archéologue avec C. Rhomaios (1874-1966), qui menait la fouille d'un palais situé sur un site repéré d'abord par Léon Heuzey en 1855 : appelé alors Palatitsa, ce site est connu aujourd'hui sous le nom de Verghina. Après l'occupation de la Grèce par les Allemands, Manolis Andronicos rejoint les forces grecques libres en Palestine. À son retour, il entre en 1946 dans le Service archéologique grec. Il enseigne l'archéologie classique de 1964 à 1983 à l'université de Salonique. Sa retraite de l'enseignement lui permet de se consacrer, jusqu'à sa mort, aux fouilles de Verghina.

Philologue auteur d'une traduction commentée du Philèbe de Platon et d'une thèse sur Platon et l'art ; historien d'art qui vient parachever sa formation à Oxford, auprès de J. Beazley, en 1954-1955 ; critique d'art et de littérature, c'est en tant qu'archéologue actif à Verghina qu'il devait accéder à la célébrité. Après avoir d'abord repris la fouille du palais avec G. Bacalakis, il entreprit l'exploration d'un vaste cimetière du début du Ier millénaire avant J.-C., dont la publication, en 1969, éclaira les rapports du monde grec en formation avec les peuplades habitant alors les Balkans. Cet intérêt pour les pratiques et les croyances funéraires l'avait amené auparavant à écrire sur l'héroïsation une étude importante (Péloponnèsiaca, I, 1956) puis un fascicule consacré au culte des morts (Totenkult, 1968). Enfin Manolis Andronicos s'attela à la fouille, amorcée dès 1952, d'un énorme tumulus formant une véritable colline artificielle. C'est presque en bordure de celui-ci qu'apparurent finalement, en 1977, les tombes que le fouilleur désespérait de trouver : une petite tombe à chambre pillée, mais décorée de peintures murales, et surtout une grande tombe à voûte, l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ANDRONICOS MANOLIS (1919-1992)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les tombes de Verghina »  : […] Mais les découvertes les plus spectaculaires proviennent de Verghina (Aighai), la plus ancienne capitale des rois de Macédoine. Au cur du grand tumulus remanié après le saccage des sépultures par les mercenaires galates, en 274-273 avant J.-C., se trouvaient trois tombes, une pillée et deux intactes. Ces monuments confirment que dès le dernier tiers du iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_21139

TOMBES DE VERGHINA (Macédoine)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 239 mots
  •  • 1 média

Les découvertes des tombes des rois de Macédoine, faites depuis 1977 près de Verghina, village du sud du royaume antique, ont confirmé ce qu'avait laissé pressentir l'existence d'un vaste palais : c'est le site de la première capitale, Aïghaï, de ce royaume grec resté marginal jusqu'à Philippe II (— 359−— 336). Même après le transfert de la capitale à Pella, les membres de la dynastie des Argéade […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tombes-de-verghina/#i_21139

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « ANDRONICOS MANOLIS - (1919-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manolis-andronicos/