PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'alliance thébaine

Si la destruction d'Olynthe scandalisa beaucoup de Grecs, d'autres virent en Philippe un souverain puissant et efficace. Ce fut le cas des Thébains qui, toujours aux prises avec les Phocidiens (dans l'interminable troisième guerre sacrée), firent appel au Macédonien (347 av. J.-C.). Celui-ci, retenu en Thrace où il réduisait méthodiquement Cersebleptès, attendit l'été de 346 avant J.-C. pour intervenir. Il occupa les Thermopyles, évacuées par les Phocidiens qui, obligés de capituler et durement châtiés, cédèrent à Philippe leur place dans le Conseil amphictyonique veillant sur le sanctuaire de Delphes. Ce fut, pour le Macédonien, un succès de prestige beaucoup plus important que la conclusion d'une paix avec Athènes (dite « paix de Philocrate ») dont les péripéties, connues dans le moindre détail à travers les discours de Démosthène et d'Eschine, reflètent l'agitation qui régnait à Athènes. Constatons qu'Athènes sortit affaiblie d'un long conflit où elle ne s'était jamais engagée totalement, que Sparte était surveillée par ses voisins, Argiens, Messéniens et bientôt Éléens, tous amis de Philippe, et qu'enfin l'alliance conclue avec les Thébains créait en Grèce les conditions d'une paix passagère. Philippe dut seulement intervenir en Thessalie (344 av. J.-C.) pour y maintenir l'ordre, puis pour la diviser en quatre secteurs (tétrarchies) en 342 avant J.-C.

C'est sans doute pourquoi il se tourne désormais vers l'Illyrie où il risque sa vie, de 346 à 344 avant J.-C., dans de durs combats mal connus. Que cherchait-il dans cette région pauvre ? Cette guerre était sans doute préventive et visait à tenir loin des frontières les plus coriaces de ses ennemis.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur de langue et littérature grecques à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 443 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un empire immense et fragile »  : […] Il est difficile de porter un jugement sur une œuvre sans nécessité historique. Le temps des guerres médiques était depuis longtemps passé. Perses et Grecs vivaient en bonne intelligence et l'empire des Achéménides, généralement bien toléré par les peuples qu'il dominait, n'était plus une menace pour les cités grecques d'Europe, où l'on se souciait peu du sort des Ioniens et des Éoliens. En fait, […] Lire la suite

ANDRONICOS MANOLIS (1919-1992)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 622 mots

Né à Brousse, de parents natifs des îles de Samos et d'Imbros, Manolis Andronicos connut dans sa petite enfance le déracinement provoqué par les échanges de populations décidés par le traité de Lausanne (1923), qui mit fin à la présence des communautés grecques en Asie Mineure. Établi désormais à Salonique, il fit ses premières armes d'archéologue avec C. Rhomaios (1874-1966), qui menait la fouill […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Athènes et la Macédoine »  : […] C'est donc isolée qu'Athènes doit bientôt affronter une nouvelle crise d'une extrême gravité, née des ambitions du nouveau roi de Macédoine, Philippe II. Or, Athènes s'endort dans la prospérité que lui vaut le gouvernement d' Eubule, un honnête homme qui rétablit les finances et dont la politique pacifiste satisfait aussi bien les riches que les pauvres. Philippe, lui, s'empare des dernières posse […] Lire la suite

CHÉRONÉE BATAILLE DE (338 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 230 mots

La victoire décisive que remporte Philippe II de Macédoine à Chéronée (Béotie) contre Athènes et ses alliés marque l'échec final de la politique de résistance à la Macédoine qu'a animée passionnément depuis — 354 l'orateur athénien Démosthène ( Olynthiennes , Philippiques ) en s'efforçant de galvaniser les cités grecques, très affaiblies par leurs luttes incessantes. Le pacificateur appelé de leur […] Lire la suite

CHERSONÈSE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 272 mots

Presqu'île de Thrace (actuellement Gallipoli) qui fut colonisée par les Grecs dès la fin du ~ viii e siècle. Vers ~ 560, peu après la première prise du pouvoir par Pisistrate à Athènes, une expédition conduite par Miltiade réussit à s'emparer d'une grande partie de la péninsule où furent installés des colons athéniens. Jusqu'en ~ 493 la Chersonèse demeura en fait le domaine privé de Miltiade l'An […] Lire la suite

DARIUS III CODOMAN, roi des Perses (336-330 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 384 mots

Dernier roi (336-330 av. J.-C.) de la dynastie des Achéménides, mort en 330 av. J.-C. en Bactriane. Darius III Codoman, membre d'une branche secondaire de la famille royale, est placé sur le trône par l'eunuque Bagoas, qui a empoisonné les deux rois précédents : Artaxerxès III en 338 avant J.-C. et Oarsès en 336. Quand Darius III revendique son indépendance, Bagoas tente de l'assassiner mais le […] Lire la suite

DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gilberte RONNET
  •  • 2 501 mots

Dans le chapitre « Au cœur du combat »  : […] Il a devant lui une Grèce divisée, affaiblie par les luttes qui ont opposé dans le passé les cités les unes aux autres, et les ont laissées plus méfiantes à l'égard du voisin grec que de l'étranger. Nul ne s'inquiète des conquêtes successives de Philippe de Macédoine, qui menace les positions d'Athènes dans les Détroits, tandis qu'il s'assure des alliés en Grèce même en écrasant ceux qui lui rési […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Alexandre et l'époque hellénistique »  : […] La Grèce ne fut que très partiellement associée à l'épopée du conquérant macédonien, bien que le pacte de Corinthe ait été renouvelé à l'avènement du jeune prince. Celui-ci avait dû mater durement avant son départ un soulèvement dont Thèbes avait pris l'initiative. Il prit soin de laisser en Grèce des troupes prêtes à intervenir en cas de nouveaux troubles, ce qui explique la relative passivité de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les tombes de Verghina »  : […] Mais les découvertes les plus spectaculaires proviennent de Verghina (Aighai), la plus ancienne capitale des rois de Macédoine. Au cur du grand tumulus remanié après le saccage des sépultures par les mercenaires galates, en 274-273 avant J.-C., se trouvaient trois tombes, une pillée et deux intactes. Ces monuments confirment que dès le dernier tiers du iv e  siècle avant J.-C. toutes les technique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Philippe II évoque les « actes de violence et de cruauté » commis lorsque le pays était la propriété personnelle du roi Léopold II, ainsi que les « souffrances » et les « humiliations » subies par les Congolais durant la période coloniale, et exprime ses « plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par […] Lire la suite

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Philippe présente l’acte II du déconfinement qui doit entrer en vigueur le 2 juin. Il annonce que l’épidémie semble « à ce stade sous contrôle ». Tous les départements sont désormais classés en « zone verte » à l’exception de ceux de l’Île-de-France, de Mayotte et de la Guyane qui demeurent classés en « zone orange ». Le Premier ministre annonce la […] Lire la suite

5-31 décembre 2019 France. Mouvement de contestation de la réforme des retraites.

Philippe précise devant le Conseil économique, social et environnemental les détails de la réforme des retraites. Il annonce notamment l’instauration d’un « âge d’équilibre » – ou âge pivot – de la retraite à taux plein à soixante-quatre ans en 2027, en vue de parvenir à cette date à un équilibre financier du régime des retraites. Cette mesure est  […] Lire la suite

12-13 juin 2019 France. Discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe.

Philippe prononce un discours de politique générale devant l’Assemblée nationale, qui annonce l’« acte II » du quinquennat. Prenant acte du succès des listes écologistes aux élections européennes, il annonce une « accélération écologique » dans les douze mois à venir, sans toutefois fixer de nouveaux objectifs. La « justice sociale » constitue la deuxième […] Lire la suite

3-21 juillet 2013 Belgique. Abdication du roi Albert II au profit du prince Philippe

II, fatigué et souffrant, annonce son abdication. Il avait succédé à son frère Baudouin en 1993. Le 21, jour de la fête nationale, le prince héritier Philippe succède à son père. Philippe prête serment devant le Parlement, appelant au renforcement de l'unité du royaume alors que l'audience des indépendantistes flamands s'accroît dans le contexte des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GOUKOWSKY, « PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii/