VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le conteur

C'est à ses recueils narratifs, cependant, que Villiers devra sans doute l'essentiel de sa renommée. Les Contes cruels, en 1883, ont marqué avec éclat la résurrection d'un écrivain qu'une infortune tenace menaçait de plonger dans l'oubli. Remy de Gourmont en a souligné l'importance historique : « De les avoir lus, des jeunes gens se sentirent troublés. Vers le même temps, on avait connu Sagesse et découvert Mallarmé. À Rebours acheva la moisson, en fournissant le lien. » D'autres volumes devaient suivre : L'Amour suprême (1886), Histoires insolites et Nouveaux Contes cruels (1888), Chez les passants (ouvrage paru un an après la mort de Villiers).

La plupart de ces récits conservent à nos yeux tout leur attrait. L'Intersigne, Le Convive des dernières fêtes, Véra, Le Secret de l'échafaud, La Torture par l'espérance s'imposent par une intensité dramatique et une rigueur de construction qui les apparentent aux œuvres classiques. La maîtrise du conteur tient à l'art de créer une atmosphère, d'éveiller une angoisse, d'entretenir une énigme, d'acheminer le lecteur, de surprise en surprise, vers une fin inattendue, mais éclairante et soulignée souvent par une image d'un grand effet.

Le personnage qui donne son nom au recueil Tribulat Bonhomet (1887), campé par Villiers dès sa jeunesse dans une nouvelle, Claire Lenoir, revient dans d'autres récits d'une élaboration beaucoup plus tardive, dont le meilleur est Le Tueur de cygnes. Tribulat Bonhomet, pédantesque apôtre du sens commun, « archétype » de la conscience bourgeoise, incarne tout ce que Villiers méprise et déteste. En lui donnant la parole, l'écrivain laisse entrevoir, par antiphrase, son propre rêve, qu'humilie et piétine un siècle maudit. Mais tout homme a en lui un Bonhomet qui s'éveille, dans les instants où s'exerce la tyrannie de l'esprit satanique dont ce tragique bouffon est le symbole : « Je suis inévitable ! Je suis inoubliable ! Int [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)  » est également traité dans :

CONTES CRUELS, Philippe Auguste Villiers de L'Isle-Adam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 933 mots

Les Contes cruels regroupent vingt-huit récits brefs rédigés par Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889) entre 1867 et 1883 – date de la publication du recueil chez Calmann-Lévy – et pour la plupart déjà parus en revues. Il s'agit probablement, avec L'Ève future (1884), du livre le plus connu d'un auteur considéré par plusi […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automatisme et les mythes littéraires »  : […] Toutes ces accointances remontant si loin n'ont pas été sans susciter chez les écrivains et les philosophes enchantement ou frayeur, suivant les époques et les hommes. Les témoignages les plus lointains de la littérature en apportent les échos : Héphaïstos moulant dans la glaise un corps de vierge ; Vulcain créant des trépieds ambulants ; Aphrodite animant la statue de Pygmalion ; Athéna apprenant […] Lire la suite

PARNASSE, mouvement littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre FLOTTES
  •  • 2 524 mots

Dans le chapitre « Les néo-romantiques »  : […] Bien que certains traits du romantisme soient épars dans tout le Parnasse, ils sont particulièrement marqués chez Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889), poète du rêve surtout connu comme romancier ; chez Catulle Mendès (1841-1909), brillant polygraphe, poète, romancier, dramaturge et critique, au besoin plus « barbare » que le maître ( Le Soleil de minuit ). Plus discret, plus élevé, poète des « lèv […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Représentation de l'écrivain »  : […] C'est à travers la période « décadente », au début des années 1880, avant qu'il soit question de symbolisme, que se précisent quelques traits de la représentation de l'écrivain dans le symbolisme futur. On les trouve par exemple dans Les Poètes maudits de Verlaine (1884) ou dans le regard que la même année, dans À rebours , Des Esseintes, le personnage de Huysmans, porte sur eux ; ou encore dans […] Lire la suite

SYMBOLISME - Théâtre

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 1 635 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre des limites »  : […] Le théâtre symboliste repose sur un double paradoxe : en premier lieu, il a eu un impact extrêmement important dans l'évolution de l'art scénique au xx e  siècle, alors qu'il s'est développé dans des conditions proches de l'amateurisme, qu'il a essuyé de très nombreux échecs et qu'il a été porté par des artistes mineurs dont les noms sont aujourd'hui oubliés, à quelques exceptions près. Il est po […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Georges CASTEX, « VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE - (1838-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-auguste-villiers-de-l-isle-adam/