VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme de théâtre

Afin de s'imposer au public, il paraît avoir surtout mis son espoir dans le théâtre. Cet espoir fut souvent déçu. Elën (1865) et Morgane (1866) sont des drames écrits dans un langage somptueux, mais dont le romantisme pouvait paraître quelque peu suranné ; il ne parvint pas à faire représenter ces pièces. Il eut un peu plus de chance avec La Révolte, créée en 1870 grâce à l'intervention de Dumas fils, et qui demeure au répertoire ; il y décrivait la détresse d'une jeune femme étouffée dans ses élans par la mesquinerie bourgeoise de son mari. Six ans plus tard, un jury de concours présidé par Victor Hugo distinguait, parmi cent autres pièces, un drame de plus longue haleine, Le Nouveau Monde, composé pour le centenaire de l'indépendance des États-Unis ; après bien des tribulations, il fut joué, en 1883, mais sans succès.

Deux pièces dominent, à des titres divers, l'œuvre dramatique de Villiers. Le Prétendant, révélé par la télévision française en 1965, est une nouvelle version de Morgane, composée par un écrivain dont le métier est parvenu à une pleine maturité. Dans ce drame en cinq actes, qui a pour cadre le royaume des Deux-Siciles pendant la Révolution française, deux aventuriers de haute naissance animent une conspiration dont l'échec final ruine leur rêve de grandeur. Mais c'est un rêve d'absolu qui s'épanouit dans Axël (1872-1890) : le héros et l'héroïne sacrifient la richesse, la puissance, l'amour même et, dédaigneux des contingences terrestres, se réfugient finalement, par la mort, dans l'éternité. Villiers de L'Isle-Adam a travaillé à cette pièce pendant près de vingt ans, laissant à Huysmans le soin de la publier après sa disparition : œuvre peu jouée, peu adaptée aux exigences de la scène, mais sans égale par la sombre profondeur de la conception et par la splendeur du lyrisme.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)  » est également traité dans :

CONTES CRUELS, Philippe Auguste Villiers de L'Isle-Adam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 933 mots

Les Contes cruels regroupent vingt-huit récits brefs rédigés par Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889) entre 1867 et 1883 – date de la publication du recueil chez Calmann-Lévy – et pour la plupart déjà parus en revues. Il s'agit probablement, avec L'Ève future (1884), du livre le plus connu d'un auteur considéré par plusi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-cruels/#i_6142

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automatisme et les mythes littéraires »  : […] Toutes ces accointances remontant si loin n'ont pas été sans susciter chez les écrivains et les philosophes enchantement ou frayeur, suivant les époques et les hommes. Les témoignages les plus lointains de la littérature en apportent les échos : Héphaïstos moulant dans la glaise un corps de vierge ; Vulcain créant des trépieds ambulants ; Aphrodite animant la statue de Pygmalion ; Athéna apprenant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/#i_6142

PARNASSE, mouvement littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre FLOTTES
  •  • 2 524 mots

Dans le chapitre « Les néo-romantiques »  : […] Bien que certains traits du romantisme soient épars dans tout le Parnasse, ils sont particulièrement marqués chez Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889), poète du rêve surtout connu comme romancier ; chez Catulle Mendès (1841-1909), brillant polygraphe, poète, romancier, dramaturge et critique, au besoin plus « barbare » que le maître ( Le Soleil de minuit ). Plus discret, plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parnasse-mouvement-litteraire/#i_6142

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_6142

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Représentation de l'écrivain »  : […] C'est à travers la période « décadente », au début des années 1880, avant qu'il soit question de symbolisme, que se précisent quelques traits de la représentation de l'écrivain dans le symbolisme futur. On les trouve par exemple dans Les Poètes maudits de Verlaine (1884) ou dans le regard que la même année, dans À rebours , Des Esseintes, le personnage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_6142

SYMBOLISME - Théâtre

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 1 635 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre des limites »  : […] Le théâtre symboliste repose sur un double paradoxe : en premier lieu, il a eu un impact extrêmement important dans l'évolution de l'art scénique au xx e  siècle, alors qu'il s'est développé dans des conditions proches de l'amateurisme, qu'il a essuyé de très nombreux échecs et qu'il a été porté par des artistes mineurs dont les noms sont aujourd' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-theatre/#i_6142

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Georges CASTEX, « VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE - (1838-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-auguste-villiers-de-l-isle-adam/