VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Salué par l'enthousiasme des poètes du Parnasse contemporain, Villiers de L'Isle-Adam fut, d'emblée, écouté comme un oracle. « Vraiment l'arrivée fut extraordinaire », rappelait, au lendemain de sa mort, Mallarmé, ami incomparable, qui est resté, pendant un quart de siècle, son admirateur fervent. Pourtant, victime de la noblesse même de son inspiration, Villiers parvint rarement à se faire prendre au sérieux par les administrateurs de théâtre, qui cherchaient la pièce à succès, ou par les éditeurs, peu empressés à risquer leurs capitaux sur des œuvres destinées à une élite, ou par les directeurs des grands journaux, déconcertés par l'accent inhabituel des chroniques soumises à leur verdict. Aussi se succédèrent pour lui des années de bohème et de dénuement. Dans les cafés où il fréquentait, quelques amis cédaient à l'éblouissement de sa conversation ; mais ses propos, jetés au vent, semblaient perdus pour la postérité. On le dénonça comme un faux génie, qui n'avait pas répondu aux espoirs éveillés au temps de sa jeunesse. Mais des œuvres capitales demeurent, qui permettent, aujourd'hui, de mesurer sa vraie dimension.

Tourné vers le passé

Né à Saint-Brieuc, Philippe Auguste Mathias de Villiers de L'Isle-Adam se flatte de descendre d'une des plus anciennes familles françaises et se réfugie volontiers dans un rêve lyrique, où revit un passé glorieux : « Indifférent aux soucis politiques de ce siècle et de cette patrie, aux forfaits passagers de ceux qui les représentent [...] je porte en mon âme le reflet des richesses stériles d'un grand nombre de rois oubliés. » Dès l'adolescence, il compte sur la gloire littéraire pour redorer son blason. Mais ses Premières Poésies (1859), dédiées à Vigny, ne révèlent pas encore un talent original ; son roman « philosophique » Isis (1862), qui témoigne d'une haute ambition, ne livre pas un message très clair.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)  » est également traité dans :

CONTES CRUELS, Philippe Auguste Villiers de L'Isle-Adam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 933 mots

Les Contes cruels regroupent vingt-huit récits brefs rédigés par Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889) entre 1867 et 1883 – date de la publication du recueil chez Calmann-Lévy – et pour la plupart déjà parus en revues. Il s'agit probablement, avec L'Ève future (1884), du livre le plus connu d'un auteur considéré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-cruels/#i_6142

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automatisme et les mythes littéraires »  : […] Toutes ces accointances remontant si loin n'ont pas été sans susciter chez les écrivains et les philosophes enchantement ou frayeur, suivant les époques et les hommes. Les témoignages les plus lointains de la littérature en apportent les échos : Héphaïstos moulant dans la glaise un corps de vierge ; Vulcain créant des trépieds ambulants ; Aphrodite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/#i_6142

PARNASSE, mouvement littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre FLOTTES
  •  • 2 524 mots

Dans le chapitre « Les néo-romantiques »  : […] Bien que certains traits du romantisme soient épars dans tout le Parnasse, ils sont particulièrement marqués chez Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889), poète du rêve surtout connu comme romancier ; chez Catulle Mendès (1841-1909), brillant polygraphe, poète, romancier, dramaturge et critique, au besoin plus « barbare » que le maître ( Le Soleil de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parnasse-mouvement-litteraire/#i_6142

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_6142

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Représentation de l'écrivain »  : […] C'est à travers la période « décadente », au début des années 1880, avant qu'il soit question de symbolisme, que se précisent quelques traits de la représentation de l'écrivain dans le symbolisme futur. On les trouve par exemple dans Les Poètes maudits de Verlaine (1884) ou dans le regard que la même année, dans À rebours , Des Esseintes, le pers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_6142

SYMBOLISME - Théâtre

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 1 635 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre des limites »  : […] Le théâtre symboliste repose sur un double paradoxe : en premier lieu, il a eu un impact extrêmement important dans l'évolution de l'art scénique au xx e  siècle, alors qu'il s'est développé dans des conditions proches de l'amateurisme, qu'il a essuyé de très nombreux échecs et qu'il a été porté par des artistes mineurs dont les noms sont aujourd'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-theatre/#i_6142

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Georges CASTEX, « VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE - (1838-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-auguste-villiers-de-l-isle-adam/