PHARYNX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œsophage cervical et hypopharynx

L'hypopharynx et l'œsophage cervical seront ici regroupés car ces deux organes constituent une zone frontière où se retrouvent certains aspects physiologiques et pathologiques, mentionnés par ailleurs dans l'article digestif (appareil), dont la figure montre le déroulement de la déglutition.

Lors de la déglutition, le muscle cricopharyngien se relâche permettant le passage du bol alimentaire, et une contraction péristaltique commence à la partie haute de l'œsophage cervical, qui se poursuivra jusqu'au sphincter œsogastrique. La pression dans la lumière hypopharyngée correspond à la pression atmosphérique, alors que dans l'œsophage la pression est négative, les parois de l'œsophage étant ainsi collabées sauf lors du passage du bol alimentaire.

Anatomie

L'hypopharynx est la partie la plus inférieure du pharynx, situé au-dessous de l'oropharynx et se poursuivant en bas par l'œsophage cervical. L'hypopharynx constitue avec le larynx un authentique carrefour des voies aériennes et digestives. L'hypopharynx est formé de deux sinus piriformes situés en arrière et latéralement au larynx (cf. figure), sous forme de deux gouttières, chacune formant un angle dièdre antérieur, s'ouvrant largement en arrière et se rejoignant sur la ligne médiane en arrière du larynx. On peut décrire, pour chaque sinus piriforme, une paroi pharyngée externe se poursuivant par la paroi postérieure, une paroi interne constituée par la paroi externe du larynx (mur pharyngo-laryngé) et se poursuivant par la paroi postérieure et latérale du cricoïde, et un angle antérieur très aigu, très profond en haut et de moins en moins marqué de haut en bas, si bien qu'à la partie la plus basse de l'hypopharynx il n'existe plus d'angle, mais un simple conduit circulaire qui se poursuit avec l'œsophage cervical, leur limite étant marquée par un sphincter musculaire formé par le muscle cricopharyngien.

Ainsi, schématiquement, l'hypopharynx est formé d'un hémi-cylindre ouvert en avant et dans lequel s'inscrit complètement un cylindre laryngo-cricoï [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités

Classification


Autres références

«  PHARYNX  » est également traité dans :

ANGINE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 211 mots

On désigne par le terme angine toute affection infectieuse de la muqueuse de l'oropharynx. Le tableau habituel de l'angine aiguë associe la fièvre, un malaise général, des douleurs à la déglutition. L'examen de l'arrière-gorge montre l'aspect inflammatoire de la muqueuse (angine rouge), qui est quelquefois parsemée de formations blanchâtres punctiformes (angine blanche). On retrouve fréquemment un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angine/#i_11847

APNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL SYNDROME D'

  • Écrit par 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 1 261 mots

Le syndrome d'apnées du sommeil (SAS) est une pathologie fréquente – environ 5 p. 100 de la population humaine est touchée – et grave. Le SAS s'inscrit à côté d'autres troubles tels que la respiration périodique et les apnées centrales au cours de l'insuffisance cardiaque (respiration de Cheyne-Stokes) ou la baisse de la ventilation lors du sommeil chez l'obèse (hypoventilation). La plupart des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-d-apnees-obstructives-du-sommeil/#i_11847

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le pharynx et l'œsophage »  : […] Il s'agit de deux conduits superposés, de structure différente et à l'activité sécrétoire très réduite. Leur rôle principal est de faire progresser le bol alimentaire vers l'estomac. Le pharynx se situe en avant de la colonne vertébrale ; sa partie supérieure est céphalique, sa partie inférieure est cervicale. Il s'agit d'un tube incomplet, d'une gouttière largement ouverte en avant, haute de 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_11847

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 981 mots
  •  • 3 médias

Organe de la phonation, puisqu'il joue un rôle très important dans l'émission des sons vocaux, le larynx est placé dans le cou à l'extrémité supérieure de l'arbre respiratoire. Les cartilages qui le constituent s'articulent en bas à la trachée et se rattachent en haut, par l'intermédiaire de l'os hyoïde, au plancher buccal. Directement en rapport avec les téguments du cou (pomme d'Adam), le lary […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larynx-pathologie/#i_11847

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 564 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Voies aériennes »  : […] Les voies aériennes participent à trois fonctions, l'olfaction, l'audition et la phonation. Les fosses nasales sont deux cavités anfractueuses de la face, séparées par une cloison médiane. Chacune s'ouvre à l'extérieur par la narine et débouche en arrière dans le pharynx par un orifice, la choane. La paroi latérale de la fosse nasale est soulevée par des replis, recourbés selon leur grand axe ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-anatomie/#i_11847

RHINOPHARYNGITE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 148 mots

Infection d'origine microbienne ou virale, atteignant à la fois les fosses nasales et la partie supérieure du pharynx. Chez l'enfant, l'hypertrophie des formations lymphatiques du pharynx (végétations adénoïdes) est source de récidives ; leur ablation est conseillée lorsqu'elles déterminent des troubles respiratoires plus ou moins préjudiciables à la croissance du porteur. Dans la plupart des cas, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhinopharyngite/#i_11847

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Circonstances et modalités du diagnostic »  : […] Le ronflement existe chez pratiquement tous les apnéiques. Il est sonore et constitue une plainte fréquente du conjoint et un motif de consultation. Cette vibration du voile du palais et des parties molles pharyngées peut atteindre une amplitude de 80 à 100 dB. Elle est généralement accrue lorsque le sujet dort sur le dos, et aggravée par une surcharge pondérale, l'alcool, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sommeil/#i_11847

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pharynx et espaces péripharyngiens »  : […] Il existe trois muscles constricteurs du pharynx, qui s'insèrent en avant sur divers éléments squelettiques, se dirigent d'abord en arrière, puis transversalement en dedans, s'entrecroisant sur la ligne médiane. L'ensemble dessine une gouttière, continue depuis la base du crâne jusqu'à l'œsophage. Les muscles s'imbriquent partiellement : le constricteur inférieur est laryngé, fixé sur les cartila […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tete-et-cou/#i_11847

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le pharynx »  : […] Dilatation antérieure du tube digestif, le pharynx n'est pas rare chez les Invertébrés, mais celui des Cordés se caractérise par la percée, de chaque côté, d'ouvertures viscérales. Les battements ciliaires de l'épithélium pharyngien créent un courant d'eau qui, entrant par la bouche et s'échappant par les ouvertures, apporte l'oxygène pour la respiration et des particules pour la nutrition, dite m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_11847

VOIX, physiologie

  • Écrit par 
  • Jean ABITBOL, 
  • Bernard VALLANCIEN
  •  • 4 685 mots

Dans le chapitre « Rôle des résonateurs »  : […] Les résonateurs sont formés essentiellement du pavillon pharyngo-buccal, auquel il faut adjoindre la possibilité d'une participation des cavités nasales lorsque le voile du palais est abaissé. Le pharynx inférieur, séparé de la bouche par les piliers amygdaliens, constitue un premier résonateur ; la cavité buccale, grâce à sa cloison mobile, la langue, peut être considérée comme constituant deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voix-physiologie/#i_11847

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel AUBRY, Bernard MEYER, « PHARYNX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharynx/