PHARAON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Titulature et représentations

Dès l'Ancien Empire, tout pharaon porte cinq noms distincts qui lui sont donnés lors des cérémonies de l'intronisation. Ces noms constituent la « titulature royale ». Le premier est le nom d'Horus, dont on vient de parler. Le deuxième, dit des deux maîtresses (ou déesses), rappelle la période où l'Égypte était divisée en deux royaumes distincts protégés l'un par la déesse-cobra Ouadjyt (royaume du Nord), l'autre par la déesse-vautour Nekhbet (royaume du Sud). Le troisième nom, dit d'Horus d'Or, évoque peut-être un événement historique, la victoire d'Horus sur son oncle Seth qui avait cherché à lui dérober l'héritage de son père Osiris. Le quatrième nom, que l'on appelle souvent le prénom, est précédé de la formule « le Roi de la Haute et de la Basse-Égypte », plus précisément « Celui qui appartient au roseau (la plante symbolique du Sud) et à l'abeille (l'animal héraldique du Nord) ». Le dernier nom, enfin, est précédé du titre « le Fils de Rê ». Pour prendre un exemple, la titulature ou protocole de Sésostris III, le grand pharaon de la XIIe dynastie, s'établit de la façon suivante : l'Horus vivant, « Divin de Devenirs » ; les Deux Déesses, « Divin de Naissance » ; l'Horus d'Or, « Celui qui devient » ; le Roi de Haute et de Basse-Égypte, « les Âmes de Rê apparaissent en gloire » ; le Fils de Rê, « l'Homme de la déesse Ouseret (Sésostris) ». Les monuments royaux portent souvent le protocole complet, mais parfois les lapicides se contentent du nom de Roi de Haute et de Basse-Égypte, ou « prénom », qui est le plus personnel de tous, le cinquième nom pouvant, en effet, être porté par plusieurs souverains. C'est ainsi qu'il y a trois « Sésostris » à la XIIe dynastie, et onze « Ramsès » au Nouvel Empire.

Les deux derniers noms du protocole sont inscrits à l'intérieur de ce que l'on appelle le cartouche : c'est un nœud de corde qui symbolise « ce que le soleil encercle », et représente donc l'Univers qui appartient ainsi au pharaon. C'est en partant des signes entourés d'un cartouche que Champollion parvint au déchiffrement des hiéroglyphes.

Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak

Photographie : Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak

Chapiteau d'une colonne des bas-côtés de la grande salle hypostyle du temple de Karnak, orné des cartouches de Ramsès IV. 

Crédits : Renaud de Spens

Afficher

Cartouches royaux dessinés par Champollion

Photographie : Cartouches royaux dessinés par Champollion

Jointe à la fameuse lettre du 22 septembre 1822 à « Monsieur Dacier, secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres », la première planche des hiéroglyphes dessinés par Champollion réunit les cartouches de pharaon utilisés par le génial érudit à l'appui de... 

Crédits : Renaud de Spens

Afficher

Pharaon se distingue donc des hommes par ses noms multiples. De même dans les figurations, on le reconnaît aisément à sa taille, toujours très supérieure à celle des personnages qui l'entourent, et à son costume, qui comporte des couronnes de formes variées suivant qu'il est représenté comme Roi de Basse-Égypte (Pharaon porte alors la couronne ), ou comme Roi de Haute-Égypte (avec la couronne ), les deux couronnes pouvant d'ailleurs être réunies en une seule (c'est le pschent ). Il peut porter d'autres coiffures encore, mais celles-ci sont toujours ornées sur le front d'une uraeus dressée , le cobra, dont le souffle brûlant doit anéantir les ennemis éventuels du pharaon. De même, le pagne royal se distingue du vêtement des simples mortels par la queue de taureau qui pend à la ceinture et par le « devanteau » qui orne le devant du vêtement. Enfin, Pharaon, comme les dieux, porte souvent une barbe postiche.

Pharaon, « roi de Haute et Basse-Égypte »

Vidéo : Pharaon, « roi de Haute et Basse-Égypte »

La figuration du pharaon obéit à des canons, qui ont connu une évolution au fil du temps. Au Nouvel Empire, la statue de Thoutmosis III (env.1479-1425 av. J.-C.) se conforme à la représentation traditionnelle : géométrisation du visage compris dans un triangle, frontalité du buste et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Le dieu Horus et le pharaon Horemheb

Le dieu Horus et le pharaon Horemheb
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Triade d'Osorkon II représenté en Osiris et encadré d'Isis et d'Horus

Triade d'Osorkon II représenté en Osiris et encadré d'Isis et d'Horus
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Scène de repas funéraire

Scène de repas funéraire
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Lille

Classification

Autres références

«  PHARAON  » est également traité dans :

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 526 mots
  •  • 11 médias

L'Égypte antique nous a laissé l’image d’un roi divinisé responsable de l’ordre universel ainsi que de la crue du fleuve sacré, le Nil. Cet ordre correspondait à toute une cosmologie fondée sur des mythes et selon laquelle une multitude de dieux animaient l’Univers. La conception du monde des anciens Égyptiens s’est exprimée dans une forme architecturale – la […] Lire la suite

ABYDOS

  • Écrit par 
  • Christiane M. ZIVIE-COCHE
  •  • 2 685 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les origines d'Abydos remontent aux époques les plus anciennes de l'histoire égyptienne puisqu'on y a trouvé des tombes ou cénotaphes des rois des deux premières dynasties, qualifiées de « thinites » par Manéthon. En fait, des traces de la période prédynastique, dite de Nagada, y ont également été mises en évidence. Le rôle dévolu, durant les deux premières dynasties, à chacune des deux cités, Aby […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Organisation judiciaire »  : […] L'absolutisme du pharaon fait de lui le maître de la justice. Dieu ou fils de Dieu, il dit le droit. Mais cette toute-puissance n'est pas source d'arbitraire. Sous l'Ancien Empire, le pharaon est présenté comme exprimant le droit que lui inspire la déesse de la justice et de la vérité. Des textes du Moyen Empire insistent sur l'obligation, pour le pharaon, de respecter le droit. L'organisation ju […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Essor de la civilisation pharaonique »  : […] La III e dynastie vit s'accentuer les progrès de la civilisation pharaonique. Le roi Djéser paraît avoir eu une forte personnalité et il sut choisir ses collaborateurs. L'un d'entre eux, le génial Imhotep, fut un architecte de premier ordre. Il conçut, pour rendre éternel le tombeau royal, une construction entièrement en pierre, matériau indéfiniment durable. Par ailleurs, il cherchait à traduir […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Contre la mort sans recours »  : […] La momification, l'aménagement de la tombe et la fourniture de mobilier et de nourriture pour maintenir la vie dans l'outre-tombe ne sont qu'un des aspects du culte funéraire. Il faut aussi mettre à la disposition du mort les moyens de se défendre des dangers qui le guettent dans l'au-delà et risquent de le faire mourir une seconde fois, mort qui serait alors sans recours. Cette protection est ass […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le portrait royal »  : […] Les statues des rois de l'époque thinite et de l'Ancien Empire, qui proviennent pour la plupart des complexes funéraires pharaoniques, représentent les souverains dans l'acmé de leur existence : les corps, peu individualisés, sont robustes, les visages, plus nettement personnalisés, affichent une autorité souveraine. Les innovations concernent moins le style que les attitudes. Le premier exemple d […] Lire la suite

HORUS, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 224 mots

Le dieu égyptien Horus est un faucon ou un dieu anthropomorphe à tête de faucon. Ses attributs (double couronne a tef , disque solaire), ses positions (faucon aux ailes déployées, faucon couché) varient suivant la fonction qu’il occupe. L’Horus d’Edfou peut être représenté comme un simple disque solaire ailé. La victoire des souverains d’Hiérakonpolis sous la I re  dynastie fait de lui un dieu-roi […] Lire la suite

MOMIES, Égypte

  • Écrit par 
  • Françoise DUNAND, 
  • Roger LICHTENBERG
  •  • 4 689 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'invention de la momification »  : […] Dans l'Égypte préhistorique, à partir du V e  millénaire, comme chez beaucoup de peuples à la même période, la présence quasi systématique, dans les tombes, d'objets destinés à accompagner le mort suggère l'existence, dès cette époque, d'une certaine conception de la survie. Pourtant, l'idée selon laquelle il est nécessaire de conserver le corps semble propre à l'Égypte. C'est peut-être la réappar […] Lire la suite

NAPATA

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 1 059 mots
  •  • 3 médias

Sous le Nouvel Empire, la domination égyptienne est à son apogée : le pays de Koush (la Nubie et la partie nord de l'actuel Soudan) est annexé. Thoutmosis III (~ 1490 env.-env. ~ 1436) recule la frontière loin vers le sud, jusqu'aux abords de Napata (près de la ville moderne de Karima), sur la rive gauche du fleuve. Point d'arrêt militaire, c'était aussi le comptoir commercial le plus en amont sur […] Lire la suite

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « Les Shilluk et la royauté sacrée »  : […] Au début du xx e siècle, lorsqu'ils furent étudiés par C. G. et Brenda Z. Seligman, les Shilluk occupaient une bande sur la rive occidentale du Nil vers le 10 e parallèle nord. Pays plat et herbeux, aride pendant la saison sèche et marécageux pendant la saison humide, cette région convient à l'élevage et à l'agriculture que pratiquent les quelque 110 000 Shilluk. Selon l'opinion actuellement la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-23 novembre 2012 Égypte. Extension controversée des pouvoirs du président Mohammed Morsi

L'opposition dénonce le « nouveau pharaon ». Le 23, des centaines de milliers de personnes manifestent, parfois violemment, contre le décret présidentiel dans les grandes villes du pays. Au Caire, les opposants, dont de nombreux magistrats, occupent la place Tahrir.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VERCOUTTER, « PHARAON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pharaon/